Mon compte Devenir membre Newsletters

Philippe Pellegrin cultive la fibre RSE de ses acheteurs chez STMicroelectronics

Publié le par

Déployer les meilleures pratiques RSE et instaurer des rapports gagnant-gagnant avec les fournisseurs porteurs d'innovation, voilà des idées qui tiennent à coeur à Philippe Pellegrin, directeur délégué des achats monde de STMicroelectronics.

En 2004, nous avons lancé le déploiement de la charte RSE de STMicroelectronics au sein du service achats, explique Philippe Pellegrin, directeur délégué des achats monde de STMcroelectronics. Cette initiative s'inscrit dans la démarche de bonnes pratiques du groupe, signataire de la charte PME et du code de conduite de l'industrie de l'électronique élaboré par de grands donneurs d'ordres comme ST, qui ont demandé à leurs fournisseurs de respecter certaines règles de bonne conduite. » Ce code définit notamment des règles relatives à l'éthique des affaires. « Le déploiement de l'EICC s'est traduit par un renforcement des processus de référencement de nos fournisseurs. Nous les avons sensibilisés à un certain nombre d'exigences définies par ce code et leur avons demandé de s'engager à les respecter. Certains ont investi dans des processus de certification et cela a porté ses fruits. En interne, nous avons formé nos acheteurs à évaluer les risques liés à certaines situations ou scénarios, à l'aide d'outils on line. Nous avons aussi été amenés à réviser notre sourcing production et hors production, poursuit le directeur achats. Par ailleurs, notre démarche est auditée par nos clients. »

STMicroelectronics

ACTIVITE
Conception, production et commercialisation de semi-conducteurs
CHIFFRE D'AFFAIRES 2010
10,35 milliards de dollars (7,66 milliards d'euros)
EFFECTIF GROUPE
53 000 personnes (comprenant ST- Ericsson)
VOLUME D'ACHATS 2010
6 millions de dollars (4,44 millions d'euros)
EFFECTIF ACHATS (MONDE)
170 personnes

Parcours

Diplômé de Polytech Montpellier France, Philippe Pellegrin, 48 ans, a été recruté en 1994 par SGST omson en tant qu expert en équipements de production. Entré en 1998 chez STMicroelectronics , il est en charge depuis 2008 des matériaux et équipements directs employés dans le front-endphase de production initiale ainsi que des services indirects et matériaux à l'échelle internationale.

La création de valeur, signe de maturité d'un service achats

Les efforts de STMicroelectronics ont été récompensés en 2010 par le trophée décerné par l'EIPM (European Institute of Purchasing Management) dans la catégorie Meilleures pratiques de responsabilité sociale en entreprise dans le domaine des achats. « Les services achats les moins matures cherchent souvent à faire des économies. Tandis que les plus avancés créent de la valeur en travaillant sur l'innovation fournisseurs. C'est ce que nous avons entrepris depuis deux ans », déclare Philippe Pellegrin. Ainsi, en tant que client de grands groupes IT, ST peut leur demander de lui livrer de nouvelles solutions et biens d'infrastructure informatique qui peuvent susciter de l'innovation chez ces dernières. Et inversement, en tant que fournisseurs de composants électroniques auprès de ces groupes, ST peut favoriser l'in novation auprès de ses fournisseurs. Autre exemple, en achetant des composants et des services à des entreprises innovantes, les achats leur apportent un soutien commercial et instaurent avec elles des relations de confiance pouvant déboucher sur du co-développement. Autre axe d'intervention: pour suivre le rythme imposé par la loi de Moore et rester dans la course, les achats travaillent sur l'acquisition de nouvelles technologies de design et de fabrication auprès de grosses sociétés ou de start-up innovantes. En ce qui concerne l'organisation de la fonction achats, Philippe Pellegrin est fier « d'avoir conduit la centralisation et la consolidation des achats d'une compagnie présente dans de nombreux pays, notamment en développant les aspects outils pour améliorer la productivité achats et faire évoluer l'expertise de la fonction achats vers les nouvelles technologies ». Même si le directeur achats avoue manquer de RH pour «vendre» la fonction achats en interne, « notre travail sur l'innovation fournisseurs est très gratifiant pour les acheteurs qui veillent au juste coût mais créent aussi une vraie valeur », se réjouit-il.