Mon compte Devenir membre Newsletters

Orgatec: pleins feux sur l'édition 2012

Publié le par

Le Salon international du mobilier de bureau de Cologne a rassemblé près de 600 exposants issus de 36 pays. Ce rendez-vous incontournable pour les responsables de l'environnement de travail est l'occasion de découvrir les tendances de demain: mobilier connecté, partagé ou isolé, coloré ou high-tech. Décryptage.

La grand-messe du mobilier international Orgatec, qui s'est tenue du 23 au 27 octobre à Cologne, a rassemblé près de 600 exposants venant de 36 pays. Cette vitrine des univers de travail modernes a réuni une majorité d'exposants étrangers (plus de 60 %), accourus principalement d'Italie, d'Espagne, de Suède et de Turquie. De nombreux fabricants asiatiques venus de Chine ou du Japon y ont fait une première apparition. L'offre de mobilier a été présentée sur près de 105 000 m2. Et certains fabricants comme Vitra, Bene ou Interstuhl ont exposé leurs nouveautés produits sur des stands avoisinant les 200 m2. « Comparé à l' édition précédente, nous avons enregistré plus d'un tiers de visiteurs supplémentaires. Nous constatons aussi que le nombre et la qualité des demandes «grands projets» des visiteurs allemands dépassent également de 30 % celles du dernier Salon Orgatec», résume Helmut Link, directeur des ventes et marketing chez Interstuhl.

The Box lounger

The Box lounger

Be Individual

Be Individual

Des box et des éléments modulaires

Sur le Salon, les nouveaux open spaces dits «modernes» se caractérisent par des zones individuelles qui s'adaptent aux activités des collaborateurs. Des canapés, des cabines pour téléphoner ou encore de petits espaces confidentiels pour s'isoler le temps d'un travail nécessitant une certaine concentration ont ainsi été présentés. Des grands noms comme Vitra et Bene ont fait la démonstration de leur ingéniosité. Le finlandais LoOok Industries propose ainsi une version 2 de son box baptisé Te Box lounger (2), aux coloris multiples, qui permettra au collaborateur de s'isoler.

Le box se décline également chez le Britannique Bisley avec sa bulle Be Individual (3), une sorte d'arche aux vertus acoustiques, qui s'aimante directement sur des systèmes de rangement. Ce modèle sera disponible dès janvier 2013. De son côté, le fabricant Bene a exposé, pour la première fois, son poste de travail baptisé Docklands (5), qui se présente comme «une alternative de poste de travail dédié aux activités temporaires». Le collaborateur est isolé grâce à une protection acoustique. L'intégration de prises électriques et d'accès au réseau autorise la connexion de périphériques plug and play, tandis que les accessoires, tels que l'éclairage et les patères, assurent la création «d'une sphère privée dans un espace de plus en plus compté». Designatics Production a, lui, mis au point une bulle de travail baptisée Sonic chair (1). Chez le Scandinave EFG (European Furniture Group AB), des étudiants d'une école de design ont travaillé sur ce concept d'espace de travail pour un salarié. De là est né un prototype: Gaïa, une sorte de sphère en bois aérienne munie d'une table et d'un siège. Une des autres tendances du Salon est celle des éléments modulaires.

Autonomes, autoportants, ils bénéficient d'un traitement acoustique spécifique et divisent l'espace «sans intervenir sur l'aspect architectural». Ils peuvent également être intégrés en tant qu'étagère ou paroi mobile. Eurosit a ainsi présenté en avant-première sur le Salon un élément de séparation dénommé «Cloud wall» (mur nuage, en français). « Il se déplie en deux secondes, aussi facilement qu'une tente instantanée!», explique Ludovic Meunier, responsable réseau Centre-Ouest chez Eurosit. Cet élément de séparation permet de créer un espace privatif à l'intérieur d'un open space. Il peut se positionner aussi bien à l'horizontale qu'à la verticale et se décline en de nombreux coloris. Il se combine avec plusieurs autres éléments. Le Cloud wall (6) est proposé avec un piétement qui sert de support, pour le stockage et le transport. Il sera en vente au premier trimestre 2013 (150 euros HT pour le panneau, 160 euros HT pour le socle).

L'acoustique constitue également un sujet incontournable. Des fabricants innovent, comme Sedus, avec une gamme d'éléments baptisée Mooia. Les Mooia Cube et Mooia Sound absorbent en partie les sons de la pièce, le Mooia Wall se présente sous la forme d'éléments séparés avec des panneaux acoustiques personnalisables. Cette année, le belge BuzziSpace a multiplié par quatre la surface de son stand pour y présenter ses nouveautés produits. Connu pour ses solutions acoustiques colorées et axées développement durable, comme ses fameuses cabines téléphoniques, les BuzziHood, BuzziSpace a conçu de nombreuses innovations, à l'instar des BuzziWings (7). Ces accessoires, sortes de grandes lamelles à fixer au plafond, sont conçus en BuzziFelt, matériau 100 % déchets PET recyclés. Leur vocation? Séparer acoustiquement et visuellement de grands locaux. Disponibles en différents coloris, ils offrent une plus grande modularité. Le bureau évolue et devient également plus connecté. Chez Medialine (4), le support de travail se fait tactile. Les fabricants innovent en trouvant des solutions pour intégrer la technologie à l'intérieur des bureaux sans qu'elle soit visible.

Medialine

Medialine

Docklands

Docklands

Cloud wall

Cloud wall

BuzziWings

BuzziWings

zoom

La couleur mise à l'honneur
Vert chlorophylle, rouge pétard ou bleu pétrole, le Salon a produit une explosion de couleurs. Pour cette nouvelle édition, les fabricants ont tenté de faire oublier le mobilier terne et gris des environnements de travail. Les sièges prennent des couleurs, comme chez le fabricant allemand EasyChair, avec son fauteuil à boudins Almere. Chez le Britannique Bisley, les casiers deviennent colorés avec les éléments de la gamme Lateral Files. Ils peuvent également être personnalisés et recevoir du courrier grâce à une fente située sur le dessus. Des rangements communs semblables à des coffres-forts sont également proposés dans des coloris vifs. «Désormais, les couleurs et les matières sont utilisées tout à fait sciemment dans la conception des nouveaux immeubles de bureaux, expliquent les maîtres de conférences Jürgen Glaser et Britta Herbig. On les utilise également pour souligner le caractère de différentes zones, comme les secteurs réservés au travail de concentration ou les zones de communication et de réception.» D'une façon générale, un environnement de travail agréable assure des performances de qualité et favorise la créativité. Dans ce domaine, les couleurs, les matières et le design ont une influence sur le bien-être sensoriel des collaborateurs et représentent à ce titre un facteur important lors de l'aménagement «psychosocial» du lieu de travail.

Des sièges toujours plus techniques

Les fauteuils deviennent ergonomiques. Le high-tech est de plus en plus présent. Autant que l'esthétique. Certains fabricants empruntent la technologie issue de l'industrie automobile connue sous le nom de «space-frame-technologie». Celle-ci consiste à emboutir les cadres des sièges et des dossiers, ainsi que les raccords des pieds de chaises, puis à les souder à l'aide de robots. Parmi les nouveautés, Sokoa a dévoilé un siège high-tech, tout en résille, baptisé M4 (8). Celui-ci est doté d'une nouvelle mécanique intégrée, qui offre une adaptation personnalisée automatique au gabarit de l'utilisateur, sans besoin de réglages. Les accoudoirs sont coulissants en hauteur sur les barres latérales qui permettent une translation avant- arrière, droite gauche, ainsi qu'une rotation à 180°. Le M4 se décline en quatre modèles: direction (avec têtière), manager (dossier haut), opérateur (dossier moyen) et conférence (retour automatique). Une version avec assise garnie tapissée est en cours de développement. Ce fauteuil haut de gamme existe en différentes déclinaisons et est destiné aux fonctions de managers ou aux équipes de direction. Son prix public conseillé est de 770 euros HT pour le modèle direction haut dos résille avec têtière et 690 euros HT pour le modèle manager haut dossier résille. Il sera disponible en mai 2013. «Ce fauteuil entre dans le club très privé des quelques sièges professionnels 100 % résille du marché mondial du bureau», souligne Sokoa. Le japonais Okamura a également présenté un spécimen tout en résille baptisé Sabrina (12). D'autres fabricants peaufnent leurs sièges pour un maximum de confort d'assise. Chez Dauphin, le X-Code (9) a été dessiné par le designer Daniel Figueroa. La membrane souple du dossier permet d'ajuster l'assise. Ce siège a notamment bénéficié d'un travail sur les matériaux afin d'éviter l'effet de transpiration et, ainsi, «limiter les infections». De son côté, Wilkhahn, après le succès de son fauteuil «On» présenté lors de la précédente édition, a innové cette année avec un siège de direction Graph (10, 13). Sa ligne design et ses finitions confèrent à ce modèle un aspect haut de gamme. Enfin, pour un prix plus abordable, Haworth décline son célèbre siège Comforto avec le Comforto 29 (11), un nouveau modèle pour les PME. Le prix, pour une unité avec le minimum d'options (accoudoirs 3 D et qualité de tissu supérieure), est de 399 euros HT.

M4 Sokoa

M4 Sokoa

X-Code

X-Code

Graph

Graph

Comforto

Comforto

Sabrina

Sabrina

Graph

Graph

Little Perillo

Little Perillo

zoom

Martin Ballendat, la star montante du design allemand
Le designer allemand Martin Ballendat a signé de nombreuses créations originales sur le Salon. Né en 1958, à Bochum en Allemagne il compte déjà plus d'une centaine de récompenses dans le domaine du design. Il a travaillé pour des fabricants comme Sokoa, Mobica ou Dauphin. Il est, entre autres, le créateur du «Perillo» et du «Little Perillo» chez Züco (Dauphin). «Avec la conception émotionnelle de «Perillo», le designer Martin Ballendat parvient exactement à saisir l'esprit de notre époque», explique Roland Zü nd de Züco. Lors de sa présentation sur la foire Orgatec 2008, le «Perillo» a été récompensé par le prix du public du magazine AITm avant de remporter le concours Design Plus et le prix Red dot 2009. Il avait été nominé pour le prix du design allemand Deutscher Designpreis 2010. Sokoa a également fait appel au talent du designer pour dessiner son siège 100 % résille, le M4. «Une décision pour pouvoir pénétrer le marché allemand», explique Camille Garatain responsable presse chez Sokoa. Martin Ballendat a, de plus, imaginé le fauteuil Shark ainsi que le bureau Nomad chez le fabricant Mobica. Le Shark présente un design épuré qui traduit parfaitement la référence au prédateur marin. Quant au bureau Nomad, il se présente comme un secrétaire plat et rectangulaire sur roulettes où l'utilisateur déplie sa table de travail. Un vrai gain de place dans un espace de travail toujours plus restreint.

Trois questions à ... Jérôme Menin, responsable des achats et des moyens généraux chez Primagaz

Selon vous, en quoi ce Salon international du mobilier de bureau peut-il être intéressant pour un acheteur?
Le Salon Orgatec est intéressant pour un acheteur dans le cadre d'un projet ponctuel. Cet événement international permet de rencontrer les fournisseurs en direct et de ne pas passer par des distributeurs, comme c'est trop souvent le cas. De ce fait, en termes de prix, c'est plus intéressant. C'est également l'occasion de tester les produits au lieu de courir les showrooms. Mais, j'évite de passer trop de temps sur les salons. Pour un acheteur, le Simi (Salon professionnel de l'immobilier d'entreprise, NDLR) est le rendez-vous incontournable. Je m'y rends chaque année. On y retrouve des acteurs spécialisés dans l'aménagement. C'est l'occasion d'échanger avec eux et de leur donner des idées glanées sur Orgatec, par exemple, afin de mieux cadrer le projet souhaité.


Dans quel but vous y êtes-vous rendu?
J'y suis davantage allé dans une démarche projet que dans une démarche achat. Nous travaillons actuellement sur une étude de faisabilité de changement de siège social, notre bail de Saint-Ouen arrivant à échéance en 2013.
Je me suis demandé si j'allais y envoyer un acheteur ou y aller moi-même. Au final, je suis parti une journée et demie sur le Salon. C'était la deuxième fois que je m'y rendais. La première fois, c'était il y a environ six ans. J'y étais en tant qu'acheteur, mais aussi comme responsable des services généraux et de la direction immobilière.


Quelles sont les nouveautés, produits et tendances qui ont retenu votre attention sur le Salon?
Je cherchais des produits collaboratifs pour des réunions classiques ou plus informelles. Mais également des produits innovants comme des bornes de recharge pour portables par induction ou des tableaux intelligents, type smartboards.
J'y ai vu des produits collaboratifs intéressants liés à la problématique de «comment s'isoler» et travailler de manière informelle. Ainsi, des grands noms comme Vitra ou Haworth proposent des espaces collaboratifs ou des tables avec écrans intelligents. Le fabricant Methis propose une version de cloison intéressante, réalisée par l'architecte Jean Nouvel. Le Belge BuzziSpace a présenté des produits axés développement durable qui ont également retenu mon attention. Enfin, le Finlandais PowerKiss innove avec des recharges de portable par induction.

Primagaz

ACTIVITE
Fourniture de solutions en énergie gaz pour particuliers et professionnels
EFFECTIFS
16 personnes dont 3 responsables des services généraux et 3 acheteurs
BUDGET
200 millions d'euros par an sur quatre familles d'achats (transports, IT, prestations intellectuelles et frais généraux)

La sieste au bureau

Haworth a présenté, en avant-première, sa cabine de sieste qui porte le nom évocateur de Calm Space (15). Cet espace de détente a été créé par la jeune styliste Marie-Virginie Barbet. Semblable à un rocher ou à un igloo, cette cabine ofre une programmation de sieste sur 10, 15 ou 20 minutes. La cabine dispense une musique apaisante et travaille avec la luminothérapie. Des Calm Spaces ont déjà été installées dans un centre d'appels de France Télécom Orange, à Lyon, en février 2011. Cette cabine devrait être commercialisée en 2013 à un prix compris entre 12000 et 15 000 euros HT. Parce que travailler doit être synonyme de bien-être, des fabricants imaginent du mobilier permettant d'allier activité intellectuelle et activité physique. C'est ce que propose le fabricant Markant avec Oxydesk (16), un plateau de bureau associé à un vélo d'appartement. Ce bureau sera commercialisé en février 2013 au prix de 1 995 euros HT.