Mon compte Devenir membre Newsletters

Mobilier de bureau: entre esthétisme prix et ergonomie

Publié le par

Les salariés placent en tête de leurs priorités la qualité de vie au travail (38 %) juste après l'intérêt du travail (53 %), selon le baromètre Actineo-TNS Sofres 2011Baromètre Actineo-TNS Sofres 2011 Menée en avril 2011 , cette enquête s'appuie sur des entretiens réalisés en face-à-face auprès d'un échantillon représentatif de près de 600 actifs en France. sur la qualité de vie au bureau. Preuve que le choix des bureaux et armoires ne doit pas se faire à la légère, compte tenu de sa dimension sociale et humaine.

Après une baisse de 16 % en 2009, le marché français du mobilier de bureau s'est redressé en 2010 pour atteindre une valeurMarché intérieur apparent ou marché dit «sortie d'usine». de 1,049 milliard d'euros (contre 1,024 milliard d'euros en 2009). C'est ce qui ressort de l'étude annuelle du cabinet Global Insight France pour le compte de l'Union nationale des industries françaises de l'ameublement (Unifa). Les grands comptes, publics et privés, sont à l'origine de la croissance du marché en 2010. Les ventes de mobilier de bureau aux grands comptes privés ont progressé de 4 % en 20 10 ; les ventes au secteur public de 9 % (une hausse de 18 % pour les administrations publiques et de 2 % pour les collectivités territoriales). La grande distribution professionnelle affiche une forte augmentation (8 %) de ses ventes de mobilier de bureau, l'Ugap étant intégrée à ce circuit de distribution. Sans prendre en compte la centrale d'achat public, l'évolution de la grande distribution professionnelle est similaire à celle du marché. Les grandes entreprises (plus de 200 salariés) représentent 50 % du chiffre d'affaires du marché, les TPE 30 % et les PME 20 %. Le canal de distribution le plus utilisé reste celui des revendeurs (46 % du marché), loin devant la grande distribution (23 %) et la vente directe (21 %). Les fournituristes proposent leurs propres produits. On parle alors de marques de distributeur (MDD), par opposition aux produits conçus par les fabricants. Les MDD sont moins chères que les marques traditionnelles. Et si un débat existe autour de leur moindre performance, ce manque de qualité reste à prouver.

Belles performances des sièges et cloisons

Les sièges opérateurs bénéficient de la prise en compte plus systématique de l'ergonomie dans l'aménagement des espaces de travail. Ils sont renouvelés plus fréquemment que le mobilier. Les performances les plus importantes concernent les sièges d'accueil +13 % (chiffres l'Unifa). L'évolution des ventes de mobilier suit celle du marché: + 2 % pour les bureaux et les tables ; + 3 % sur les rangements. La tendance au «recloisonnement» se confirme avec une croissance des ventes de cloisons de 14 % (cloisons simples, non porteuses et non connectées).

La gamme série (f) bench (Kinnarps) est composée de bureaux réglables en hauteur.

La gamme série (f) bench (Kinnarps) est composée de bureaux réglables en hauteur.

Les critères d'achat

Le prix est l'un des premiers critères d'achat du mobilier de bureau. Ce facteur conduit certaines entreprises à privilégier les MDD. Mais il n'est pas l'unique critère qui conditionne l'achat, surtout pour les sièges de bureau. L'ergonomie d'un modèle doit être prise en compte notamment pour lutter contre le mal de dos et les troubles musculo-squelettiques (TMS) dont sont victimes de nombreux salariés. Pour remédier à cette situation, les entreprises investissent de plus en plus dans les sièges à mécanisme synchrone, qui s'adaptent à la morphologie de chaque individu. Parmi les autres facteurs qui déterminent l'achat, le design occupe une place croissante. D'après, le baromètre Actineo-TNS Sofres 2011Baromètre Actineo-TNS Sofres 2011 Menée en avril 2011 , cette enquête s'appuie sur des entretiens réalisés en face-à-face auprès d'un échantillon représentatif de près de 600 actifs en France. sur la qualité de vie au bureau, l'esthétique est le parent pauvre du bureau, seulement 14 % des salariés se disent très satisfaits de l'esthétique du mobilier et seulement 10 % de l'aménagement et de la décoration. Dans certaines entreprises, le choix des produits est confié à un groupe projet et non à la seule direction des achats généraux. Ce groupe réunit des représentants du personnel, de la direction des ressources humaines et de la direction des services généraux. Autres critères à prendre en compte: les délais de livraison, la garantie propre à chaque modèle et le suivi des gammes. Le respect des normes en vigueur, comme dans les Immeubles de grande hauteur (IGH) par exemple, notamment concernant les matériaux utilisés, fait partie des contraintes à prendre en compte le cas échéant. Les aspects environnementaux, de la conception à l'emballage des produits, sont de plus en plus présents dans les cahiers des charges pour refléter la politique d'entreprise en la matière. Enfin, les fabricants de mobilier de bureau proposent des prestations associées (déménagement, agencement d'espaces, recyclage des produits, etc.) pouvant se révéler utiles lors d'un appel d'offres d'envergure. Au final, le coût moyen d'un poste de travail comprenant un bureau, un siège, un caisson et une armoire oscille généralement entre 1 500 et 2 500 euros HT selon les gammes de produits choisis.

Associations

Actineo
Observatoire de la qualité de vie au bureau 28 bis, avenue Daumesnil - 75012 Paris
Tél.: 01 44 68 18 60
www.actineo.fr


AFPD
Association française des distributeurs de papier et d'emballage
23-25, rue d'Aumale - 75009 Paris
Tél.: 01 53 89 24 00
www.afdp.fr


AIPB
Association des industriels de la papeterie et du bureau
12, rue des Pyramides - 75001 Paris
Tél.: 01 42 60 11 59
www.aipb.fr


FCBA
Pôle Ameublement
10, avenue de Saint-Mandé - 75012 Paris
Tél.: 01 40 19 49 19
www.fcba.fr


Unifa
Union nationale des industries françaises de l'ameublement
28 bis, avenue Daumesnil - 75012 Paris
Tél.: 01 44 68 18 00
www.unifa.org