Mon compte Devenir membre Newsletters

Maîtriser ses contrats de LLD

Publié le par

La location longue durée est un mode de financement plébiscité dans les entreprises. Mais dans un contexte difficile pour les loueurs, le coût des contrats peut devenir exorbitant si certaines règles de base ne sont pas respectées.

La location longue durée (LLD) est un contrat par lequel une entreprise confie à une société spécialisée le financement et la gestion de son parc automobile. Il est également possible de souscrire en option à certains services complémentaires tels que l'entretien, l'assurance, la gestion du carburant ou des pneumatiques, etc. Le marché de la LLD est ultra-concurrentiel entre, d'un côté, les constructeurs automobiles et, de l'autre, les établissements bancaires, chacun ayant sa propre filiale spécialisée.

Le contrat de location est basé sur une durée déterminée, de 6 à 72 mois, et sur un kilométrage annuel maximum (120 000 km pour les véhicules à essence, 160 000 km pour les diesel). En fonction de ces deux paramètres, le loyer est ensuite calculé selon la valeur d'achat du véhicule destiné à être loué, du taux de financement, des services souscrits (où se trouve souvent la marge des loueurs), et surtout de la valeur résiduelle du véhicule, c'est-à-dire l'estimation de son prix de revente sur le marché de l'occasion. Ainsi, plus un modèle a de chances de se revendre, plus le loyer est financièrement intéressant. Les frais de gestion représentent également une bonne partie de la marge des loueurs.

Depuis le début des années 2000, le marché de la LLD est en crise : surproduction automobile, marché de l'occasion sinistré, crise de liquidités, etc. La prise en compte de critères liés au développement durable et l'arrivée de nouvelles technologies, notamment les véhicules électriques, ne font que compliquer la situation des loueurs.

@ ARNAUD OLSZAK

Un contexte difficile

Dans ce contexte de crise, il peut être compliqué pour une entreprise de maîtriser les contrats que les loueurs cherchent évidemment à revoir à la hausse. Pour éviter un loyer trop élevé, il faut d'abord cibler des véhicules qui se revendent facilement sur le marché de l'occasion, afin de bénéficier d'un modèle à haute valeur résiduelle. D'autre part, il est conseillé de benchmarker en permanence les loueurs, et ce, pas seulement lors du renouvellement d'un contrat, car il existe des écarts substantiels entre leurs offres commerciales selon les périodes. Il ne faut pas non plus hésiter à jouer sur la durée et le kilométrage prévus, tout en restant vigilant sur les modifications apportées. Pour gérer les coûts, il est préférable de contacter plusieurs loueurs au sein d'une même flotte. Enfin, attention aux services optionnels souscrits. S'ils permettent à l'entreprise de se soustraire à la gestion fastidieuse de son parc auto, les loueurs en profitent pour réaliser des marges importantes. Dans ce cas, il vaut mieux passer directement par des prestataires.

Les clés

- Choisir des véhicules dont la valeur résiduelle sur le marché de l'occasion sera élevée - Faire jouer la concurrence entre les loueurs, y compris au sein de son propre parc d'entreprise - Souscrire aux services optionnels si c'est absolument nécessaire.

Par Olivier Rigoni, fondateur du cabinet de conseil Cogecar