Mon compte Devenir membre Newsletters

Les utilitaires font peau neuve

Publié le par

Le marché des utilitaires a fait le plein de nouveautés depuis le début de l'année. Il s'agit toutefois le plus souvent de versions remises au goût du jour, qui misent sur la réduction des émissions de CO2 et la sécurité.

@ GRAP X/FOTOLIA

Méconnu du grand public, le marché des véhicules utilitaires fourmille pourtant de nouveautés. Ou tout du moins de nouvelles versions, sachant que les noms des modèles varient beaucoup moins que pour les véhicules particuliers. Dernier exemple marquant en date: Volkswagen et son Caddy. Annoncé en août dernier et présenté lors du Mondial de l'Automobile de Paris, ce fourgon compact a été amélioré dans différents domaines comme la sécurité, la finition ou encore la capacité de chargement, celle-ci pouvant désormais aller jusqu'à 4,7 m3. A l'image des autres constructeurs, Volkswagen a ainsi fait de la sécurité une priorité. Le nouveau Caddy est notamment équipé d'un ESP de série sur tous les modèles de la gamme, ce qui permet de mieux contrôler la trajectoire du véhicule. Autre objectif commun à tous les constructeurs sur le marché des utilitaires: permettre aux utilisateurs de réduire leurs consommations de carburant. Là encore, Volkswagen et son Caddy se sont mis au diapason. Selon le constructeur, ses six nouvelles motorisations TDI et TSI réduisent la consommation de carburant jusqu'à 21 %. Le modèle le plus économe en la matière est le nouveau Caddy 1.6 TDI BlueMotion (102 CV), avec une consommation moyenne de 4,9 litres de diesel aux 100 km. Trois finitions font leur apparition: le Caddy Van Eco (entrée de gamme), le Caddy Van et le Caddy Van Clim./CD. Ce dernier propose, en série, la climatisation, la radio CD-MP3 «RCD210»et le système Stop & Start, qui permet l'arrêt du moteur juste avant et pendant l'immobilisation du véhicule. Il se remet en marche lorsque le conducteur lâche la pédale de frein.

Même élan chez Mercedes, avec son nouveau Vito. «Endurant, inusable, fiable». Le constructeur à l'étoile n'y va pas par quatre chemins pour décrire la dernière génération de son petit utilitaire, dévoilée en septembre. Comme chez ses concurrents, Mercedes met l'accent sur la réduction des consommations de carburant et des émissions de CO2 notamment grâce à la technologie baptisée BlueEffciency, disponible seulement en option. Par exemple, pour le Vito 110 CDI de 95 CV, la consommation en cycle mixte est de 7,7 l/100 km, pour un taux d'émission de CO2 de 203 g/km (7,4 l/100 km et 195 g/km avec la technologie BlueEfficiency). On note que tous les moteurs diesel de la gamme disposent désormais d'un catalyseur d'oxydation, d'un filtre à particules et d'un système de recyclage des gaz d'échappement refroidi. Au niveau du poste de conduite, les nouveaux équipements sont tous destinés à améliorer le confort des utilisateurs, comme chez l'ensemble des constructeurs. «Du nouveau levier de vitesses aux touches du panneau de commandes situé sur la console centrale supérieure, le poste de conduite du Vito est plus convivial que jamais », se félicite Mercedes.

Annoncé en août dernier et présenté lors du Mondial de l'automobile de Paris, le nouveau Volkswagen Caddy a été amélioré dans différents domaines comme la sécurité, la finition ou encore la capacité de chargement, celle-ci pouvant désormais aller jusqu 'à 4, 7 m3.

Des lignes robustes et volontaires

Si certains constructeurs, à l'image de Fiat (avec son nouveau Dobló) et d'Opel (avec le lifting opéré sur le Movano), ont marqué l'actualité du marché des utilitaires ces derniers mois, la palme revient sans doute à Renault, ultradominateur sur ce créneau en France, avec la présentation en début d'année de la nouvelle version du Master. Plus design, plus confortable et des motorisations plus puissantes. Le nouveau Renault Master s'est ainsi offert ainsi une petite cure de jouvence pour conserver son leadership sur le marché des utilitaires. Côté design, le constructeur a privilégié «des lignes robustes et volontaires». En témoignent les grands phares avant, l'imposante calandre ou les larges feux arrière. Au niveau de l'habitacle, la marque au losange offre désormais un grand nombre de rangements, «conçus spécifiquement pour accueillir les objets que les clients professionnels utilisent au quotidien», précise le constructeur: porte-téléphone, boîte à gants réfrigérée, grand rangement sous la banquette, vide-poches, porte-cannette, etc. Renault indique également avoir travaillé sur l'ergonomie du poste de conduite, mieux adapté aux personnes de grande taille, grâce à une augmentation de 5,7 cm de l'espace longitudinal en cabine.

La cylindrée du nouveau moteur 2.3 dCi, bien qu'inférieure de 200 cm3 à la précédente génération de motorisation, délivre une puissance plus importante. Il en résulte, selon Renault, une consommation mixte à partir de 7,1 l/100 km, soit un gain moyen de 1 l/100 km par rapport à l'ancien Master. Cette nouvelle version rejette 187 g de CO2 par km et offre trois niveaux de puissance: 100, 125 et 150 CV. Sur le plan commercial, Renault insiste beaucoup sur l'optimisation des coûts de maintenance: augmentation de l'intervalle de vidange, porté à 40 000 km ou tous les deux ans (contre 30 000 km et tous les ans auparavant), augmentation de 20 % de la durabilité des plaquettes et des disques de frein, etc. Au final, le constructeur annonce une réduction de 40 % des coûts de maintenance. Niveau sécurité, outre l'ABS et l'aide au freinage d'urgence, Renault se targue de posséder la plus courte distance de freinage du marché des utilitaires (environ 45 m pour 100 km/h).

Un marché où la course à la performance entraîne le plein de nouveautés.

«Endurant, inusable, fiable»: Mercedes n'y va pas par quatre chemins pour décrire la dernière génération de son utilitaire Vito, dévoilée en septembre. Plus design, plus confortable et avec des motorisations plus puissantes. Le nouveau Renault Master s'est ainsi offert ainsi une petite cure de jouvence pour conserver son leadership sur le marché des utilitaires.