Mon compte Devenir membre Newsletters

Les pôles de compétitivité commencent à structurer leurs achats

Publié le par

Entre le partage d'expériences et la mutualisation de leurs achats, les entreprises membres de pôles de compétitivité se sont engagées sur la voie de la professionnalisation.

Près de 25% des 71 pôles de compétitivité ont déjà pris des initiatives pour améliorer leurs achats. Un résultat encourageant même s'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Tel est le principal constat d'une étude menée par HEC et AFM Performance Booster sur le niveau de maturité achats de ces pôles qui regroupent, sur un territoire donné, des entreprises, des centres de recherche et des organismes de formation engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets innovants. Le niveau de maturité achats des pôles de compétitivité est, en effet, très hétérogène. Certains, comme Arve Industries, Pégase et EMC2, apparaissent comme particulièrement matures. «Ces pôles ont mis en place de nombreux projets pour améliorer leurs achats et ils portent leurs fruits, observe Olivier Bruel, professeur à HEC. Ils interviennent notamment lors de conférences organisées par d autres pôles afin de transmettre leurs bonnes pratiques.» Début 2008, EMC2 a ainsi mis en place un programme, baptisé Innov'Achat, afin d'aider ses membres à professionnaliser leurs achats.

Françoise Odolant-Missant (AFM Performance Booster)

«Les PME d'un même pôle peuvent mutualiser leurs achats et bénéficier du poids d'un grand groupe dans une négociation.»

D'autres pôles proposent à leurs adhérents de mutualiser leurs achats, à l'image de Cosmetic Valley. «les PME peuvent ainsi réaliser des économies d'échelle et bénéficier du poids d'un grand groupe dans une négociation», indique Françoise Odolant-Missant, fondatrice du cabinet de conseil AFM Performance Booster. Toutefois, la mutualisation n'est pas toujours possible. «les acteurs et les métiers peuvent être différents au sein d'un même pôle, ce qui ne favorise pas la collaboration», reconnaît-elle. C'est le cas, par exemple, de S2E2.