Mon compte Devenir membre Newsletters

Les ordinateurs entrée de gamme qu'il vous faut

Publié le par

Tout en allégeant le budget informatique, les PC entrée de gamme permettent d'accomplir l'ensemble des tâches bureautiques dans les collectivités. Et parfois même plus. Explications.

@ FOTOLIA/ RENE GASTINEL

Les ordinateurs de bureau entrée de gamme conviennent aux établissements publics qui destinent leurs machines aux tâches bureautiques les plus simples comme le traitement de texte, le tableur ou les logiciels métiers (Sage, Ciel, etc.), la navigation sur Internet. La lecture de fichiers multimédias (audio et vidéo), l'utilisation de logiciel de communication (téléphonie, visiophonie, messagerie...) ou encore la gravure de CD et de DVD sont en revanche des fontionnalités dont les collectivités peuvent se passer. «Les ordinateurs de bureau entrée de gamme représentent 70% de la demande en équipements informatiques dans le secteur public», précise Vannina Maestracci, directrice de Factea Reprographie, filiale du cabinet Factea spécialisé dans les achats. Côté fabricants, les acteurs traditionnels du monde du PC tels que Acer, Dell, Fujitsu Siemens, Hewlett Packard, Lenovo et Nec Computers sont positionnés sur ce segment.

Lors de l'élaboration du cahier des charges, la collectivité doit prendre en compte un certain nombre de paramètres pour bien choisir le modèle correspondant à ses besoins. Au coeur de la machine et de sa puissance, le processeur est un élément-clé de l'ordinateur. En effet, c'est le «cerveau» du PC. Deux constructeurs se partagent le marché: Intel avec sa série des Intel Core 2 Duo et AMD avec ses Athlon 64x2. Second critère déterminant: la mémoire installée (RAM) qui permet aux applications de fonctionner plus ou moins vite. C'est pourquoi il faut compter au moins 512 Mo de mémoire RAM. Une puissance de 1 Go semble préférable, surtout si l'ordinateur doit supporter le système d'exploitation Windows Vista.

Vannina Maestracci, Factea Reprographie

«Les ordinateurs de bureau entrée de gamme représentent 70% de la demande dans le secteur public.»

Bien choisir ses composants informatiques

Vient ensuite le choix du disque dur. Ce dernier est le périphérique sur lequel sont stockées les données ainsi que les applications. Aujourd'hui, les PC de bureau entrée de gamme disposent le plus souvent d'une capacité de 160 Go. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde, les utilisateurs enregistrent généralement leurs documents sur le serveur de leur collectivité. Pour Vannina Maestracci (Factea Reprographie), un disque dur à partir de 80 Go semble donc suffisant. Il est également préférable de s'orienter vers un disque dur dont la vitesse de rotation est de 7200 tpm.

Actuellement, tous les micro-ordinateurs intègrent au minimum un lecteur de DVD-Rom. Si l'utilisateur a besoin de graver des CD-Rom ou des DVD-R, mieux vaut alors s'orienter vers un modèle «tout-en-un» (dit combo), permettant de lire et graver des CD et des DVD-Rom. En matière de connectique, il est important d'avoir un certain nombre de pistes informatiques: un bon compromis semble être six prises USB 2.0 et une prise firewire. Par ailleurs, les PC de bureau sont systématiquement vendus avec l'un des systèmes d'exploitation de Microsoft. Selon Vannina Maestracci (Factea Reprographie), même si Windows Vista est plus gourmand en ressources que Windows XP, il vaut mieux une licence de la version la plus récente. Celle-ci deviendra la règle en 2009, date à laquelle Microsoft a prévu d'arrêter de commercialiser Windows XP. Pour l'heure, il existe une solution de «rétrogradation» («downgrade»), c'est-à-dire un passage de Windows Vista vers XP. En effet, Microsoft autorise les fabricants qui commercialisent ses produits à proposer, en plus du CD classique d'installation de Windows Vista, un CD pour Windows XP. Quant à l'aspect général de l'unité centrale, il existe deux modèles. D'un côté les boîtiers dits «tours», érigés verticalement, de l'autre les boîtiers dits «desktops», reposant horizontalement. Ces derniers ont presque totalement disparu, les boîtiers «tours» leur étant supérieurs, notamment au niveau de l'évacuation de la chaleur.

Des ordinateurs moins gourmands en énergie

En ce qui concerne les écrans, les PC de bureau étaient auparavant vendus avec un moniteur. Aujourd'hui, les machines ne sont plus accompagnées que d'un clavier et d'une souris. L'écran doit être acheté séparément. Autre point à surveiller: la garantie. Sur du matériel entrée de gamme, les fabricants ont tendance à garantir leur machine pendant un an, à charge pour la collectivité d'acheter une extension sur trois ans avec des formules J + 1, c'est-à-dire prévoyant l'intervention d'un technicien le lendemain de tout appel un jour ouvré. Par ailleurs, le développement durable constitue un nouveau critère d achat. Des PC de bureau dits «écolos» ont ainsi fait leur apparition. Leurs fabricants, à l'instar de l'ensemble du secteur des nouvelles technologies, se sont positionnés sur ce créneau. C'est le cas de HP, qui vient de lancer un PC «vert»: le de 5800. Celui-ci dispose des labels EPEAT (Electronic Product Environmental Assessment Tool), niveau gold, et Energy Star 4.0, qui sont définis par l'agence américaine pour la protection de l'environnement (EPA). Avec Energy Star 4.0, les mesures de consommation d'un PC sont désormais effectuées en mode idle (appareil allumé, pas d'application lancée...) au lieu d'être réalisées en mode veille comme avec la version 3.0. Les alimentations à rendement énergétique de 80% sont également une condition à l'obtention d'Energy Star 4.0. Lorsqu'une alimentation convertit le courant alternatif d'une prise murale en courant continu qui vient alimenter les composants, il se produit toujours des pertes d'énergie. Celles-ci varient en fonction de l'utilisation de l'ordinateur. Par conséquent, une alimentation à rendement énergétique de 80% garantit moins de 20% de perte d'énergie, quel que soit le degré d'utilisation du PC, alors que les alimentations classiques n'affichent un rendement que de 65 à 75%. «Les certifications EPEAT et Energy Star 4. 0 attestent que le PC respecte V environnement en consommant moins d'énergie», souligne Olivier Rouchon, chef produit PC professionnel chez HP. De nombreux fabricants d'ordinateurs, comme Dell et Lenovo, ont aussi mis en place des services de reprise et des filières de recyclage dans tous les pays où sont commercialisés leurs produits. Depuis 2005, une directive européenne sur les déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE) impose, en effet, aux constructeurs d'assurer la collecte, le tri et le traitement de ces déchets. Dans le cadre de la directive RoHS, effective depuis juillet 2006, les constructeurs doivent réduire, voire éliminer, la présence des substances nocives comme le plomb dans les composants informatiques.

Olivier Rouchon, HP

«Les certifications EPEAT et Energy Star 4.0 attestent que le PC consomme moins d'énergie.»

Claude Marti, responsable du service TIC Education, conseil général de la Vienne

Claude Marti, responsable du service TIC Education, conseil général de la Vienne

Témoignage

«Nous avons été attentifs aux critères de fonctionnalités et de services»
Depuis plus de 20 ans, le conseil général de la Vienne souhaite favoriser l'accès du plus grand nombre de jeunes à l'informatique. Pour ce faire, la collectivité a mis en place, depuis 1985, un programme pour équiper ses 45 collèges en PC de bureau. Elle verse, par ailleurs, une subvention à hauteur de 35% du prix de l'ordinateur aux communes du département pour équiper leurs écoles. Entre 2006 et 2007, ce sont près de 700 appareils qui ont ainsi été financés. Dans le but de renouveler le parc informatique et acquérir de nouveaux PC pour les collèges pour la période 2005-2007, le conseil général a lancé un appel d'offres en 2005, en s'appuyant notamment sur Camif Collectivités. Celle-ci a proposé au conseil général l'offre du fabricant Nec. «Nous avons choisi les PC PowerMate VL 360 de Nec car ils présentaient le meilleur rapport en termes de prix, de fonctionnalités techniques et de services associés, comme une maintenance de trois ans sur site», précise Claude Marti, responsable du service TIC Education au conseil général. Le déploiement des 1500 PC Nec s'inscrit dans le plan de renouvellement des 3500 machines, qui équipent les établissements secondaires du département (soit un ordinateur pour quatre collégiens). Ces PC sont équipés d'un disque dur de 80 Go, d'un processeur AMD et d'une carte graphique.


Conseil général de la Vienne
REGION
Poitou- Charentes
NOMBRE d'HABITANTS 416000
BUDGET 2007 351,3 millions d'euros

Mot clés :

Nathalie Costa