Mon compte Devenir membre Newsletters

Les formations achats intègrent la dimension «verte»

Publié le par

Si le développement durable est abordé depuis plusieurs années dans les formations achats traditionnelles, certains diplômes ou chaires de recherche spécifiques voient le jour. Les opérationnels d'aujourd'hui et de demain n'ont jamais été aussi bien formés à cette problématique.

Sommaire du dossier

À LIRE AUSSI

En février dernier, Negocia annonçait la création de son tout nouveau mastère spécialisé achats responsables, accrédité par la Conférence des grandes écoles. Cette formation de quinze mois, dont la première session sera lancée en octobre, réunira une vingtaine d'étudiants de profils différents: acheteurs en poste désireux de redynamiser leur carrière, managers et ingénieurs souhaitant accroître leurs compétences dans le domaine des achats et étudiants fraîchement diplômés d'écoles d'ingénieurs ou de commerce. Pour mettre en place ce programme, Negocia a su tirer parti de son expérience. «Depuis plus de deux ans, je m'efforce d'insuffler une nouvelle philosophie dans les différentes formations, en m'appuyant sur les échanges avec les entreprises autour du développement durable», souligne Damien Forterre, responsable scientifique du nouveau mastère.

Pour cet enseignant-chercheur, il est aujourd'hui indispensable de créer des nouvelles compétences chez les acheteurs. «Acheter de façon durable incite les responsables à aborder différemment les relations entre les parties prenantes et à développer des rapports basés sur la confiance, le partenariat et la gestion de projet», détaille-t-il. Tous ces aspects de la fonction achats seront abordés dans ce mastère autour duquel s'est créé un réseau de partenaires: Solvay, Société Générale et Veolia Environnement, des ministères comme celui de la Défense ou de l'Ecologie, des associations telles que l'AACT (l'Association des acheteurs des collectivités locales), Max Havelaar ou l'Académie des sciences commerciales, ou encore des cabinets de conseil dont Btconnect, KLP, Green Buying, Lincoln Associés et Alma Consulting Group.

Patrice Pourchet, Essec

« Nous abordons systématiquement la dimension développement durable et achats responsables dans nos formations.»

Des modules achats responsables dans les formations généralistes

Si l'Essec n'a pas choisi une formation longue spécialisée dans les achats responsables, ces questions sont abordées de façon transversale dans le cadre de son mastère spécialisé en achats internationaux ou de sa formation courte d'un an sur le management des achats. «Nous abordons systématiquement cette dimension développement durable et achats responsables dans nos formations. Et ce, depuis des années», assure Patrice Pourchet, responsable pédagogique du mastère. Ce dernier rappelle ainsi qu'une unité de valeur du mastère portant sur le management environnemental des achats existe depuis 1997. «Près de 60 heures de cours sur 500 sont consacrées au développement durable, aux achats équitables et plus généralement à la RSE», détaille-t-il. Des thèmes qui ne sont finalement que des éléments parmi d'autres de la fonction achats, selon Patrice Pourchet. «Mais c'est un mouvement de fond structurant qui modifie les modes de fonctionnement, évaluation de la performance et le comportement des entreprises, en particulier sur deux points concernant les achats: le management de la relation client! fournisseur d'une part, et l'éco-conception d'autre part, souligne-t-il. Et c'est ce à quoi nous devons préparer nos étudiants. »

Le Pôle universitaire Léonard-de-Vinci a, lui aussi, choisi d'intégrer les questions liées au développement durable et aux achats responsables à son MBA spécialisé en ingénierie et management des achats. «En 2006, nous avons organisé un premier colloque sur ce thème», signale Arnaud Salomon, directeur du MBA, qui anime également le Club des achats responsables réunissant plus de 20 entreprises. Pour ce dernier, il n'est aujourd'hui plus envisageable de traiter la question des achats sans s'intéresser à celles de la responsabilité sociétale des entreprises, de l'équité et de la protection de l'environnement. Pour ce faire, le Pôle universitaire Léonard-de-Vinci s'appuie sur les contributions d'entreprises et d'institutions partenaires tels le Gesat (Groupement national des établissements et services d'aide par le travail) ou Vigeo, l'agence de notation extra-financière et d'audit en responsabilité sociale.

Les cabinets de conseil surfent sur la vague

Conscient de la nécessité de faire avancer la réflexion sur ces sujets, le Groupe Euromed Management a inauguré, le 1er avril dernier, à l'occasion de la Semaine du développement durable, une chaire de recherche internationale sur les achats durables et socialement responsables. Trois entreprises (la SNCF, Sodexo et l'Occitane), ainsi que trois organisations non gouvernementales (ExtraMuros, WWF et Max Havelaar) en sont partenaires. «L'achat est un important levier de changement et de création de valeurs: il est, en effet, au coeur des modèles économiques des entreprises. En faire un acte responsable est un exercice difficile qui implique d'apprendre à gérer des situations paradoxales, des dilemmes, voire des conflits», insiste Robert Spenser, responsable de cette chaire qui se veut un laboratoire d'idées, d'échanges, de partage des connaissances et d'expériences de terrain.«A partir de ces réflexions communes et des thèmes qui apparaîtront comme porteurs, nous pourrons bâtir des nouveaux modules et les intégrer aux formations proposées à nos étudiants».

Tout comme les instituts de formation, les cabinets de conseil ont structuré leurs offres afin d'être capables de répondre aux demandes des entreprises souhaitant former, en interne, leurs collaborateurs. Parmi eux, CKS propose différents séminaires portant notamment sur le pilotage d'une politique d'achats publics durables ou le recours aux salariés en situation d'insertion socioprofessionnelle. De son côté, le cabinet de conseil en achats Erics Associés a fait de la norme ISO 26 000, destinée à encadrer la responsabilité sociétale des entreprises, un de ses chevaux de bataille. «Les équipes auront besoin d'être accompagnées pour passer le cap de cette norme, insiste Xavier Robaux, dirigeant-fondateur du cabinet. L'ISO 26000 implique un changement total de comportement dans la pratique des affaires et la gouvernance des entreprises. Et les acheteurs doivent y être préparés aujourd'hui. »

Olivier Menuet, membre du comité de direction achats, SNCF

Olivier Menuet, membre du comité de direction achats, SNCF

Témoignage « Nous souhaitons transformer durablement la fonction achats »

Depuis plus de deux ans, la SNCF a mis en place SynergiA, un nouveau programme d'achats, et lui a associé un cycle de formations destiné à sensibiliser les quelque 700 acheteurs du groupe aux questions de développement durable et d'achats responsables. «Ces sessions de formation sont un investissement important pour la SNCF», explique Olivier Menuet, directeur délégué aux achats durables et solidaires, membre du comité de direction achats de la SNCF, et aussi rattaché à la direction du développement durable.
Pour mettre en place tous ces programmes, la SNCF a fait appel à trois cabinets de conseil en formation : Achats concept éco, Corell et Des enjeux et des hommes. Ces formations durent deux jours et réunissent 10 participants. «À travers ce dispositif, nous souhaitons transformer durablement la fonction achats au sein de la SNCF. » Non seulement d'un point de vue technique, en donnant de nouveaux outils aux acheteurs, mais aussi en modifiant les comportements et les modes de calcul de la performance. « Nous devons désormais y intégrer d'autres critères que ceux purement financiers, en remettant l'homme et son environnement au coeur des processus d'achats », insiste Olivier Menuet.


SNCF
ACTIVITÉ
Transport ferroviaire
CHIFFRE D'AFFAIRES 2009
30 milliards d'euros
EFFECTIF
235 000 salariés
VOLUME D'ACHATS 2009
12 milliards d'euros
EFFECTIF ACHATS
700 collaborateurs