Mon compte Devenir membre Newsletters

Les familiales, un marché en effervescence

Publié le par

Le segment des familiales, très prisé pour les flottes auto, ne cesse d'évoluer. En quelques années, les constructeurs ont revu leur offre afin de l'adapter aux contraintes environnementales et ainsi mieux répondre aux besoins des gestionnaires de parc. Tour d'horizon du marché.

C'est un marché en pleine évolution. Le segment des familiales connaît, depuis quelques années, de grandes avancées. Et plus encore depuis 2008, qui a vu l'offre des constructeurs se renouveler en grande partie. « La mise en application du bonus écologique a profondément changé la donne », rappelle Francis Harnie, directeur de Peugeot Parc Alliance et responsable des ventes aux entreprises chez le constructeur. Avec une obligation pour les marques automobiles, soucieuses d'avoir leur mot à dire sur un marché concurrentiel : afficher des taux d'émission de CO2 les plus faibles possible afin d'éviter d'être pénalisés par un malus venant alourdir la facture. « Cette tendance s'est multipliée avec l'arrivée de la crise, qui a amplifié un changement de comportement des particuliers comme des entreprises, tous désireux de limiter les dépenses », estime Steven Blanchard, chef de marché grands comptes chez LeasePlan. En l'occurrence, de mieux maîtriser les coûts liés au carburant.

La réponse des constructeurs n'a pas tardé à suivre. Désormais, une majorité d'entre eux proposent une version «verte» de la familiale de leur gamme. EcoFlex, BlueEfficiency, EfficientDynamics, DriveE, Bluemotion, etc. Les appellations ne manquent pas. Et 2009 a même vu certains constructeurs s'en sortir avec brio, en faisant rimer consommation maîtrisée et puissance alléchante. C'est le cas d'Opel, qui a marqué sa volonté de séduire les flottes en faisant quelques modifications techniques sur son Insignia, déjà forte d'une ligne sans rupture, pour apposer le badge EcoFlex. Le résultat est à la hauteur : la berline, équipée d'un moteur turbo-diesel de 160 chevaux, se contente d'une consommation de citadine avec moins de 5 litres aux 100 km ! Une performance synonyme d'un taux de 136 g de CO2 / km et, donc, de TVS réduite. La réponse de BMW ne s'est pas fait attendre. Le constructeur allemand a rétorqué en portant la puissance de sa 320d à 163 chevaux, et en lui permettant de consommer en moyenne 4,1 litres pour 100 km : du jamais vu !

Chevrolet cruze

Inutile de chercher : aucun autre constructeur ne propose de familiale à moins de 14 000 euros ! Il n'y a que Chevrolet ! Sa Cruze, sortie en 2009, se monnaie, en effet, à des tarifs de citadine et cet atout devrait lui permettre de jouer les trouble-fête sur ce marché. D'autant que la conduite du véhicule est très agréable, même sur le diesel de 125 chevaux. Les prestations et le confort intérieur ne sont pas en reste. Quant à sa ligne conformiste, elle s'avère néanmoins un brin innovante avec sa face avant racée.

- Prix : à partir de 13 830 euros HT

- Consommation : à partir de 5,5 litres

- CO2 : à partir de 138 g

- Motorisations : de 11 3 à 150 ch

- Longueur : 4,59 m

Ford Mondeo

La Ford Mondeo mise sur des tarifs attractifs pour séduire la clientèle du segment des familiales. Sobre et discrète côté design, elle n'en demeure pas moins intéressante avec ses motorisations économes ou, à l'inverse, avec des alternatives turbo-diesel puissantes offrant un bon agrément de conduite. La Mondeo bénéficie également d'un gabarit important, offrant largeur aux coudes, espace aux jambes et coffre volumineux.

Prix : à partir de 17 205 euros HT

- Consommation : à partir de 5,3 litres

- CO2 : à partir de 139 g

- Motorisations : de 1 00 à 220 ch

- Longueur : 4,77 m

Skoda octavia

Le restylage de fin 2008 a offert à l'Octavia un regain de personnalité, notamment grâce à ses optiques inspirées de sa grande soeur Superb. Elle s'est au passage dotée d'un intérieur de meilleure qualité et d'une finition davantage maîtrisée. Mieux : la petite familiale de 4,56 m offre une conduite dynamique avec ses suspensions fermes, qui, si elles préservent la voiture du roulis, dégradent quelque peu le confort des passagers.

- Prix : à partir de 16 995 euros HT

- Consommation : à partir de 6 litres

- CO2 : à partir de 159 g

- Motorisations : de 1 02 à 1 60 ch

- Longueur : 4,56 m

Citroën c5

La familiale aux chevrons a fait entièrement peau neuve en 2008. Elle a acquis une ligne fluide, dynamique et racée, prête à défier les concurrentes allemandes. Une vraie réussite esthétique qui s'accompagne d'une bonne qualité de finition. A l'intérieur, le confort est de mise et, sur la route, la C5 se montre agréable à conduire. Son moteur HDi 173, par exemple, s'avère suffisamment puissant et coupleux pour offrir un bon agrément de conduite. Il est accompagné d'une direction relativement souple et précise. Pour marquer sa volonté de concurrencer le haut de la gamme, la marque propose depuis cet été un gros moteur V6 HDi de 240 chevaux.

- Prix : à partir de 17 370 euros HT

- Consommation : à partir de 5,6 litres

- CO2 : à partir de 149 g

- Motorisations : de 110 à 240 ch

- Longueur : 4,77 m

Renault Laguna

La troisième génération de la Laguna est sortie en 2008. Elle se caractérise par une ligne entièrement revue, une offre de motorisations améliorée et un aménagement intérieur corrigé. Disponible en version écologique de 110 chevaux, la familiale de Renault offre notamment un moteur turbo-diesel de 150 chevaux souple et performant, qui assure une conduite sereine. Si, en général, la Laguna ne brille pas par sa qualité de finition, il n'en est pas de même pour le modèle GT qui offre un efficace système doté de quatre roues directrices. Ainsi négocier un virage rapide ou serré devient une formalité.

- Prix : à partir de 17 530 euros HT

- Consommation : à partir de 4,9 litres

- CO2 : à partir de 130 g

- Motorisations : de 110 à 235 ch

- Longueur : 4,69 m

Opel Insignia

Elle a tout pour elle ! L'Insignia présente une ligne fluide sans rupture. Son gabarit, le plus important du marché, offre un espace dans l'habitacle large et confortable, des équipements riches et surtout un moteur de 160 chevaux affichant des consommations de citadines malgré des performances dignes de sa puissance. Une alternative sérieuse à la concurrence allemande qui s'avère particulièrement attractive pour les flottes avec sa TVS réduite et ses tarifs accessibles.

- Prix : à partir de 17 610 euros HT

- Consommation : à partir de 4,5 litres

- CO2 : à partir de 136 g

- Motorisations : de 110 à 325 ch

- Longueur : 4,83 m

Seat Exeo

Le transfert de technologies induit par l'appartenance de Seat au groupe Volkswagen a bien servi à l'Exeo. Son look d'Audi A4 n'est pas fortuit car l'Espagnole repose sur la plateforme de l'Allemande. A l'intérieur, les matériaux et l'aménagement de l'habitacle évoquent les berlines VW. La synergie se poursuit avec les motorisations et l'ensemble permet à Seat de proposer une berline élégante, performante sur la route et dont les tarifs sont moins élitistes que ceux d'Audi.

- Prix : à partir de 17 680 euros HT

- Consommation : à partir de 5,5 litres

- CO2 : à partir de 143 g

- Motorisations : de 102 à 200 ch

- Longueur : 4,66 m

Alfa Romeo159

Le constructeur italien a souhaité prendre part à la bataille du meilleur rapport performances/ consommations. Son nouveau turbo-diesel de 170 chevaux s'avère ainsi dynamique et souple grâce à un couple de 360 Nm disponible à bas régime, mais pour autant relativement sobre : avec ses 5,6 litres en cycle mixte, il évite le malus écologique avec un taux de 142 g d'émission de CO2. L'Alfa Romeo 159 bénéficie également du charme à l'italienne et, depuis peu, s'intéresse aux flottes. Une version moins puissante et plus propre est d'ailleurs disponible.

- Prix : à partir de 18 410 euros HT

- Consommation : à partir de 5,2 litres

- CO2 : à partir de 138 g

- Motorisations : de 140 à 260 ch

- Longueur : 4,66 m

Volkswagen Passat

La Volkswagen Passat aussi a sa version «verte». Mais celle-ci, pour afficher des consommations et rejets de CO2 faibles, se contente de 105 chevaux et n'offre logiquement pas les mêmes performances que ses concurrentes allemandes. Une alternative intéressante existe : le moteur TDi de 140 chevaux n'est pas trop glouton et s'avère en revanche beaucoup plus performant, dynamique et coupleux, malgré un creux à bas régime. La familiale est en outre confortable et, avec ses tarifs, reste beaucoup plus accessible que les Audi A4, BMW Série 3 ou Mercedes Classe C Un choix intéressant pour les flottes.

- Prix : à partir de 18 650 euros HT

- Consommation : à partir de 4,5 litres

- CO2 : à partir de 118 g

- Motorisations : de 1 05 à 250 ch

- Longueur : 4,76 m

Hyundai sonata

Avec ses 4,80 m, la Sonata est généreuse en volumes, que ce soit pour son coffre ou son habitacle. La finition et la qualité de celui-ci sont correctes. Mais sous le capot de la discrète familiale, se trouve un unique moteur turbo-diesel qui, malgré l'injection directe, se montre un peu trop gourmand avec plus de 6 litres en moyenne pour 140 chevaux. Le malus écologique est évité avec 159 g de CO2, mais la facture est déjà salée pour un véhicule dont l'offre se limite à un moteur et deux niveaux de finitions.

- Prix : à partir de 20 500 euros HT

- Consommation : 6 litres

- CO2 : 159 g

- Motorisation : diesel 140 ch

- Longueur : 4,80 m

Peugeot 407

La familiale française a bénéficié d'un restylage au cours de l'été 2008. Peu de grands changements, mais quelques retouches esthétiques destinées à faire patienter la clientèle en attendant l'arrivée sur le marché de la 408. La familiale offre un confort et une qualité de finition digne des véhicules d'outre-Rhin. Sur la route, elle se montre efficace et ne souffre d'aucun défaut majeur. Son HDi 140 assure même un agrément de conduite à la hauteur. Depuis quelques mois, la lionne est accessible en version «verte» avec un moteur turbo-diesel de 110 chevaux.

- Prix : à partir de 20 360 euros HT

- Consommation : à partir de 5,6 litres

- CO2 : à partir de 129 g

- Motorisations : de 1 1 0 à 170 ch

- Longueur : 4,69 m

BMW série 3

Outre quelques changements aérodynamiques tendance, BMW a porté la puissance de sa 320d à 163 chevaux. Le résultat est exceptionnel : 4,1 litres en moyenne et 109 g de CO2 ! Des performances de mini citadines qui lui donnent droit au bonus de 700 euros. Un bémol : la sobriété de son habitacle alliée à un confort intérieur basic ne sont pas à la hauteur de ses performances routières.

- Prix : à partir de 21 950 euros HT

- Consommation : à partir de 4,1 litres

- CO2 : à partir de 109 g

- Motorisations : de 143 à 306 ch

- Longueur : 4,53 m

Audi A4

L'Audi A4 est une référence. Cette voiture offre un ensemble de prestations homogène. Design élégant et dynamique, habitacle ergonomique, bien fini et bénéficiant de matériaux haut de gamme, ses qualités routières sont de haut niveau. Ses V6 diesel sont particulièrement efficaces mais restent élitistes. Le choix raisonnable d'un quatre cylindres de 120 à 170 chevaux s'avère plus adapté à la tendance écologique. Pour répondre aux besoins de motorisations «vertes», Audi a présenté cette année le TDIe de 1 36 chevaux, peu gourmand et affichant un taux de CO2 de 119 g.

- Prix : à partir de 22 680 euros HT

- Consommation : à partir de 4,5 litres

- CO2 : à partir de 119 g

- Motorisations : de 120 à 265 ch

- Longueur : 4,70 m

Mercedes classe c

Avec son petit gabarit et sa direction à assistance variable, la Mercedes Classe C se comporte aussi bien en ville que sur autoroute. Elle est bien aidée par ses motorisations. Notamment par le sobre mais puissant quatre cylindres 2,4 CDi de 204 chevaux, qui se contente de 6 litres pour parcourir 100 km. En dépit de ses qualités, ce bloc manque toutefois de couple à bas régime. Il offre l'avantage d'une TVS réduite particulièrement intéressante pour les flottes. La Classe C bénéficie également d'un design statutaire, fluide et dynamique, propre à Mercedes. Chère, mais performante.

- Prix : à partir de 24 845 euros HT

- Consommation : à partir de 5,1 litres

- CO2 : à partir de 133 g

- Motorisations : de 136 à 457 ch

- Longueur : 4,52 m

Saab 9-3

Pour se distinguer sur ce marché concurrentiel, Saab joue la carte du dynamisme. Sa 9-3 bénéficie ainsi d'un châssis qui se veut sportif et dont les suspensions fermes permettent une conduite nerveuse. Surtout avec le turbo-diesel TTiD de 1 80 chevaux. A l'extérieur, la Saab montre aussi sa différence avec ses optiques encadrées et son museau agressif. A l'intérieur, les plastiques sont médiocres. L'écran de contrôle tactile est en revanche de qualité. La 9-3 reste pénalisée par ses tarifs premium et des rapports prix/prestations qui ne jouent pas en sa faveur.

- Prix : à partir de 23 075 euros HT

- Consommation : à partir de 5,3 litres

- CO2 : à partir de 139 g

- Motorisations : de 120 à 210 ch

- Longueur : 4,64 m

Infiniti G37

Elle ne représentera jamais une grosse partie des ventes du segment. Et pour cause, l'Inifiniti G37 n'est disponible qu'avec un V6 essence de 320 chevaux Néanmoins, la Nippone concurrence les modèles haut de gamme des constructeurs premium et, dans ce contexte, affiche des caractéristiques intéressantes : performances sportives, agrément de conduite, confort. L'espace dans l'habitacle est digne d'une grande routière.

- Prix : à partir de 34 780 euros HT

- Consommation : 10,5 litres

- CO2 : 248 g

- Motorisation : essence 320 ch

- Longueur : 4,77 m