Mon compte Devenir membre Newsletters

Les espaces détente, antidotes au stress

Publié le par

Dans un monde où le travail est de plus en plus stressant, les sociétés soignent davantage leurs salariés et mettent à disposition des lieux de repos au coeur de leur bâtiment. Quelles sont les tendances? Comment l'entreprise implique-t-elle ses salariés dans la conception de ces espaces? Décryptage d'une tendance.

 

L'espace détente de Google, résolument ludique.

L'espace détente de Google, résolument ludique.

Zen ou ludique? Telle est la question. «Les grands comptes autant que les PME optent soit pour des espaces axés sur le repos et la zen attitude, soit pour des lieux plus ludiques avec des consoles de jeu », explique Julien Diard, chef de projet mobilier chez le space planner Mobilitis. Le choix dépend surtout de la culture de l'entreprise. «Pour favoriser le bien-être des salariés, nous avions l'idée d'inscrire une dimension ludique au projet d'aménagement, en installant des aires de jeux équipées de baby-foot, de consoles Wii, etc. Puis nous avons compris que pour faire rimer performance avec bien-être, il fallait favoriser les échanges et le partage intellectuel plutôt que le jeu et l'amusement», explique Jacques-François Fournols, directeur exécutif de Médiamétrie, qui a opté pour des lieux de rencontre avec machines à café et magazines, à disposition des salariés (lire notre rubrique Visite guidée p. 40). Les espaces de repos des «start-up» ont vécu. Et avec eux l'idée selon laquelle un salarié «bien dans sa peau» est un salarié qui joue à la console ou au baby-foot. Aujourd'hui, Google France installe un fauteuil massant dans un espace ludique et coloré, Microsoft opte pour les jeux vidéo à Issy-les-Moulineaux et Coca-Cola crée «Le Verger», un espace détente avec du mobilier en bois brut et des couleurs vitaminées.

Certains métiers soumis à une forte activité nécessitent des lieux de décompression. Ainsi, les 115 conseillers de clientèle du site Vente-privee.com jouissent d'un espace lounge de plus de 100 m2 spécialement aménagé pour eux. De simples sièges et quelques tables basses dans un environnement apaisant peuvent suffire, comme au sein de Johnson & Johnson, le fabricant de produits pharmaceutiques et de matériel médical d'Issy-les-Moulineaux. De son côté, la compagnie d'assurances britannique Royal Sun Alliance a disposé des poufs, des tables basses et des fauteuils Chesterfeld dans un esprit lounge. Un des immeubles de Danone à Saint-Ouen dispose pour sa part d'espaces détente depuis 2006, sous forme de salons aux couleurs vives. Le département Danone produits frais France dispose ainsi de «La Véranda», au 7e étage. «L'Agora», au 4e, est quant à elle dédiée au département CAC 40. Par ailleurs, une réflexion sur la végétalisation d'autres salons de ce même bâtiment est en cours, aux services généraux. Quant au siège du groupe agroalimentaire français, situé boulevard Haussmann à Paris, il comporte une salle de sieste pour une à deux personnes. Un projet identique est envisagé sur le site de Saint-Ouen. Le géant de l'alimentaire est dans la tendance: une étude RegusEtude réalisée par Regus auprès de 500 salariés français dans le cadre de la Semaine de la qualité de vie au travail (17-25 juin 2010). souligne que pour 43 % des salariés interrogés, le centre de massage arrive en 2e position dans le classement des équipements synonymes de bien-être au travail, juste après la salle de sport. L'espace «salon», accompagné de fauteuils confortables et d'un bar dans l'entreprise, serait propice à la détente pour 40 % d'entre eux. Fait notable, les entreprises impliquent fréquemment leurs salariés dans le processus de décision et de définition de l'espace lui-même, sinon du mobilier.

Des salariés impliqués dans les projets

De leur côté, selon TNS SofresCe sondage TNS Sofres a été mené auprès des salariés et dirigeants travaillant dans un bureau au sein d'entreprises de services de plus de 100 salariés, implantées en Ile-de-France. 600 interviews ont été réalisées auprès des salariés via Internet du 20 au 29 novembre 2010 et 150 par téléphone entre le 21 octobre et 8 novembre 2010 auprès de directeurs des ressources humaines (37%) et de directeurs immobiliers (63%), les dirigeants semblent davantage conscients des attentes de leurs salariés. 77 % des patrons pensent que ces espaces détente sont importants pour leurs collaborateurs. Le comité d'entreprise, ainsi que le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSTC) des entreprises sont souvent sollicités pour donner leur avis sur ces espaces, et des showrooms peuvent être organisés en interne pour le choix du mobilier. Cette implication des salariés paraît indispensable. 56 % des personnes interrogées ne sont pas satisfaites des espaces de détente (cafétéria, bibliothèque, etc.) de leur entreprise. Odile Duchenne, la directrice générale d'Actineo, (observatoire de la qualité de vie au bureau) plaide elle aussi pour une concertation conjointe des salariés, du CHSTC, des ressources humaines, mais aussi du médecin du travail, d'ergonomes et des partenaires sociaux. «Nous travaillons sur le thème de la convivialité depuis deux ans à l'aide de questionnaires diffusés auprès de nos salariés. Des commissions composées de six personnes (ressources humaines, ergonomes, responsables de la communication) et de trois personnes du CHSTC ont été créées à cet effet», explique Christine Chambelland, auditrice développement durable sur le nouveau siège social de SGS, entreprise spécialisée dans l'inspection, le contrôle, l'analyse et de la certification à Arcueil (Val-de-Marne). Des photos affichées sur les murs ainsi que sur l'intranet ont permis aux 300 collaborateurs de se tenir régulièrement informés du projet. Ont ainsi été créés cinq espaces de convivialité d'une capacité d'une demi-douzaine de personnes, répartis sur chaque étage du site. Meublés de canapés avec de hauts dossiers en alcôve de couleur framboise sur une moquette verte aux poils type «green de golf», ces lieux offrent «une meilleure insonorisation et plus d'intimité», ajoute Manéa Pesquet, responsable communication chez SGS.

@ ALAIN DOVIFAT

Danone a créé deux salon aux couleurs vives, L'Agora (en haut) et La Véranda (en bas).

@ ALAIN DOVIFAT

Danone a créé deux salon aux couleurs vives, L'Agora (en haut) et La Véranda (en bas).

Un revers pour chaque médaille...

Si les entreprises se montrent davantage préoccupées par ces lieux de détente qu'il y a quelques années, le revers de la médaille est la rationalisation de l'espace de travail. En conséquence de ces mètres carrés toujours grignotés sur l'espace de travail, les entreprises optent plus volontiers pour l'aménagement d'espaces ouverts. Une tendance observée par les professionnels du mobilier de bureau, les space planners et mise en exergue lors de la dernière édition du salon international du mobilier de bureau Orgatec à Cologne fin 2010. «La tendance vient d'Europe du Nord et de Grande-Bretagne, où l'espace de travail des salariés peut être limité à 5 m2», explique Julien Diard (Mobilitis). Pour Odile Duchenne (Actineo), «les risques psychosociaux, le stress et la densification de la productivité horaires» sont également à prendre en compte dans la réflexion sur l'aménagement des lieux de repos. L'experte souligne aussi le côté pernicieux de ces lieux de détente, dans la mesure où l'entreprise préfère garder ses collaborateurs en son sein, à proximité et sous contrôle, espérant ainsi ne pas trop perdre en productivité.

Bien que certaines études médicales montrent que dormir 15-20 minutes peut faire gagner deux heures de productivité supplémentaire, la sieste au bureau reste encore anecdotique en France. L'exemple souvent cité concerne la PME Leblon-Delienne, spécialisée dans la conception et la fabrication de figurines située à Neufchâtel-en-Bray, qui autorise ses salariés à récupérer le temps d'une courte sieste. En Suisse, les sièges massant installés face à des aquariums chez Google à Zurich, font rêver bien des collaborateurs... Irons-nous jusqu'à envier la Chine, dont la Constitution précise, sans rire, que «le travailleur a droit à son temps de repos pendant le travail s'il en a besoin»? ...

Arnaud Fimat, Manutan

Arnaud Fimat, Manutan

Témoignage
« Des espaces détente identiques pour les logisticiens et l'ensemble des collaborateurs»

«Nous n'avons pas axé le concept de nos espaces détente sur le ludique, car notre futur gymnase répondra à ce besoin: se défouler», explique Arnaud Fimat , responsable des services généraux et du développement durable chez Manutan, spécialiste de la fourniture industrielle et du mobilier de bureau pour professionnels. À l'été 2011, Manutan France déménagera l'ensemble de ses 500 collaborateurs au coeur du Val-d'Oise, dans le "Triangle de Gonesse". Ce projet d'aménagement, baptisé Dreda pour "Des racines et des ailes", prévoit la construction d'un entrepôt de sept cellules de 41 000 m2, d'un bâtiment dit tertiaire de 9500 m2 sur cinq niveaux, d'un complexe sportif et d'une crèche interentreprises. Selon ce nouveau projet, des espaces détente seront implantés dans chaque bâtiment. «Que ce soit pour nos salariés qui travaillent dans la logistique ou dans le bâtiment tertiaire, ces espaces seront construits dans les mêmes matériaux», commente le responsable des services généraux.
Ainsi , trois espaces détente sont répartis sur toute la longueur de l'entrepôt : un à chaque extrémité, plus un autre implanté en son milieu. La raison? «Nos salariés n'ont que dix minutes de pause le matin et dix minutes l'après-midi. Il faut donc que ces espaces soient proches d'eux», explique Arnaud Fimat. Des machines à cafés seront installées et des bornes interactives type SNCF permettront au personnel de la logistique de pouvoir consulter leurs e-mails et l'intranet de l'entreprise. Ce qui n'était pas possible jusqu'à présent, faute de travailler dans un bureau.
Pour les collaborateurs du bâtiment tertiaire, une salle de convivialité sera ouverte à chaque étage, avec des écrans de télévision.
Enfin, une salle de sieste pour quatre à cinq personnes sera installée au rez-de-chaussée. Un comité de huit salariés, issus de chacune des directions, a suivi le projet et un blog participatif avec des réunions thématiques a été créé. Enfin, le choix de l'architecte du projet a été décidé par l'ensemble du personnel . Bel exemple d'implication des salariés dans la vie de l'entreprise.

Manutan

ACTIVITE
Vente à distance aux entreprises et collectivités d'équipements et de consommables industriels et de bureaux


CHIFFRE D'AFFAIRES 2009
563 millions d'euros


SITES
24 filiales opérationnelles implantées dans 20 pays européens


EFFECTIF TOTAL
plus de 500 pour Manutan France


EFFECTIF ACHATS HORS PRODUCTION
Une équipe d'une douzaine de personnes plus un responsable

Vincent Vinolo, ICF La Sablière

Vincent Vinolo, ICF La Sablière

Témoignage
«Un espace calme pour nos conseillers en relation client»

Fin 2008, le personnel d'agence (60 postes) et le centre d'appels (40 postes) d'ICF La Sablière, filiale du groupe ICF spécialisée dans l'habitat social en Île-de-France, se sont regroupés sur un seul site dans le XIIIe arrondissement de Paris. Dans ce nouveau bâtiment de 1 000 m2, 800m2 ont été dédiés à l'agence et 200 m2 au centre de relation client. Pour les collaborateurs de ce service, «nous voulions un espace repos à côté des bureaux de nos salariés, car la pause n'est pas longue (dix minutes toutes les heures, NDLR), mais toutefois séparé visuellement», explique Vincent Vinolo, directeur achats d'ICF La Sablière. Un défi relevé par le space planner Mobilitis. Si les collaborateurs travaillant en agence bénéficient d'une cafétéria fermée, ce n'est pas le cas du personnel du centre d'appels. En raison d'un temps de pause court et de l'isolation phonique des bureaux, l'espace détente qui leur est dévolu a été simplement séparé des postes de travail par des plantes. D'une superficie de 30 m2 environ, il comporte des canapés, des fauteuils et un écran. «Un espace avec des jeux n'est pas dans la mentalité de l'entreprise. Nous ne sommes pas dans une start-up. Et puis cela ferait trop de bruit», conclut Vincent Vinolo.

ICF La Sablière

ACTIVITE
SA de logement social qui possède et gère 37000 logements en Île-de-France
CHIFFRE D'AFFAIRES 2009
221 millions d'euros
VOLUME D'ACHATS HORS PRODUCTION 2009
Environ 100 millions d'euros
EFFECTIF TOTAL
650 collaborateurs
EFFECTIF ACHATS HORS PRODUCTION
Une dizaine de collaborateurs

Mot clés : travail |

Marie-Amélie Fenoll