Mon compte Devenir membre Newsletters

Les entreprises veulent davantage contrôler les déplacements de leurs collaborateurs

Publié le par

L'édition 2008 du baromètre American Express révèle qu'une proportion de plus en plus importante d'entreprises européennes possède une politique voyage clairement définie.

Un contrôle accru des dépenses. La 18e édition du baromètre American Express Voyages d'Aff airesEnquête réalisée en septembre 2008 auprès de 330 entreprises européennes. traduit la volonté des entreprises européennes de mieux maîtriser les déplacements professionnels de leurs collaborateurs. Ainsi, 88% d'entre elles déclarent contrôler leurs dépenses de voyages, contre 68% en 2007 (lire tableau ci- dessous), soit une progression de 20 points! Au total, 91% des entreprises interrogées possèdent aujourd'hui une politique de voyages clairement défi nie, contre 88% en 2007. «Assez logiquement, le renforcement des politiques voyages et la généralisation d'outils de contrôle s'accompagnent de mesures qui limitent l'autonomie des collaborateurs pour leurs dépenses de déplacements», commente Régis Chambert, directeur général France-Benelux-Italie-Espagne d'American Express Voyages d'Affaires. A ce titre, les outils de réservation en ligne se démocratisent. 57% des entreprises européennes utilisent ainsi ce type de logiciels, principalement les grands comptes.

Régis Chambert (American Express):

«Le renforcement des politiques voyages s'accompagne de mesures limitant l'autonomie des salariés pour leurs dépenses de déplacements.»

Par ailleurs, certains critères s'imposent de plus en plus, notamment la sécurité des collaborateurs (assurance, assistance et traçabilité...) qui est désormais prise en compte par 90% des entreprises (contre 82% en 2007, soit une progression de 8 points). Les considérations environnementales, pour leur part, progressent. Si seulement 31% des sociétés déclarent prendre en compte les émissions de CO2 et le développement durable dans la définition de leur politique voyages, elles n'étaient que 22% l'an dernier. Ces dernières privilégient l'utilisation du train plutôt que de l'avion. «Les entreprises mettent également en place des stratégies pour réduire le nombre de déplacements ou recourir à des solutions alternatives telles que la visioconférence qui est citée par 62% des sociétés interrogées», note Régis Chambert.

Enfin, cette édition 2008 du baromètre American Express souligne une tendance à la globalisation des achats de voyages dans les entreprises. Ainsi, 71% des sociétés interrogées déclarent négocier leurs conditions de déplacements avec les prestataires au niveau international. Cette tendance se vérifie tout particulièrement pour l'aérien et, dans une moindre mesure, pour l'hôtellerie et la location de véhicules. Sur ce point, le rail fait toujours figure d'exception (55% des entreprises négocient au niveau local). Mais, selon Régis Chambert, «l'ouverture du marché européen à la concurrence devrait changer la donne».

Le chiffre
70%

C'est le nombre d'entreprises qui prévoyaient, en septembre dernier, de stabiliser ou de réduire leur budget voyages en 2009. Une tendance plus marquée dans les grandes que dans les petites ou moyennes entreprises où les déplacements représentent un enjeu crucial de développement commercial, selon American Express.