Mon compte Devenir membre Newsletters

Les centres de contacts inquiets pour leur avenir

Publié le par

Laurent Uberti, président du SP2C, reçu à l'Elysée.

@ Philippe Lesage

Laurent Uberti, président du SP2C, reçu à l'Elysée.

Les représentants du SP2C, le Syndicat professionnel des centres de contacts, et son président Laurent Uberti, ont été reçus à l'Elysée. Ils y ont exposé leurs positions quant à l'avenir du secteur et ont défini les conditions d'une externalisation qui soit à la fois socialement responsable et économiquement pérenne. La délocalisation vers les pays à bas coûts était au coeur des préoccupations. Le SP2C estime ainsi que la France a perdu depuis trois ans l'équivalent de 25000 emplois au profit du Maroc, de la Tunisie ou du Sénégal. Le syndicat parle de véritable «dumping social». Pour y remédier, il prône l'émergence d'un cadre réglementaire propre aux services. Dans cet esprit, a déjà été rédigée une charte des relations entre les clients et les donneurs d'ordres, qui proscrit notamment l'utilisation des enchères inversées lors des appels d'offres. De même, un label «responsabilité sociale», émanant du ministère de l'Emploi, entend valoriser les politiques sociales des prestataires les plus responsables du marché. En France, le secteur de la relation client représente près de 250000 emplois.