Mon compte Devenir membre Newsletters

Les achats misent sur la création de valeur

Publié le par

Pour sa quatrième édition, le baromètre achats CSC-TNS Sofres met l'accent sur les achats acteurs de la création de valeur dans un monde en mutation, où ils continuent de monter en puissance et deviennent partie prenante de la stratégie de l'entreprise.

Pour paraphraser Lavoisier, «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme», les achats continuent de monter en puissance et changent d'orientation comme le révèle la quatrième édition du baromètre CSC-TNS Sofres «tout se transforme»Méthodologie. Etude menée entre juin et juillet 2012 selon la méthode Cawi (Computer-assisted web interviewing) auprès de 284 responsables achats en Europe et Amérique du Nord (143 en Europe et 141 en Amérique du Nord), présentée le 27 septembre dernier devant un parterre de directeurs achats.

Dans un monde complexe, où l'approvisionnement fait appel à de nombreux fournisseurs, les objectifs des acheteurs évoluent. «Les achats se tournent davantage vers la création de valeur, avec une logique de chaîne de valeur mondiale, et non uniquement vers la réduction des coûts, explique Frédéric Pichard responsable des baromètres achats de CSC. Les directeurs achats doivent donc dorénavant travailler sur la création de valeur et l'innovation. »

Sans surprise, on continue d'observer une montée en puissance des achats. Aujourd'hui, ils représentent en moyenne 65 à 80 % du chiffre d'affaires des entreprises, contre seulement 40 % dans les années quatre-vingt. Parallèlement, les achats s'invitent dans les hautes sphères décisionnelles de l'entreprise. 62 % des directeurs achats considèrent que l'importance de leur fonction a été renforcée par la crise et qu'ils en retirent une meilleure image auprès des autres services.

La gestion du risque fournisseur, une priorité

L'inonovation demeure le levier numéro un d'amélioration de la performance achats. Citée par 75 % des sondés, la recherche de l'innovation devance la réduction des coûts (73 %), les nouvelles technologies de l'information (72 %) et le management des relations fournisseurs (72 %).

Le risque fournisseur est devenu une priorité pour 70 % des directeurs achats. Les récentes crises naturelles (Fukushima) et géopolitiques (Printemps arabe) ont montré la difficulté de gérer la fragilité de la chaîne d'approvisionnement. Les directions achats peuvent tenter de se prémunir contre ces risques ou, tout du moins, de les prévenir par des actions simples, comme la surveillance du panel fournisseurs en mettant en place un double sourcing, des stocks mais également avec des actions préventives, ou encore des fonds de soutien aux fournisseurs.

Le cloud computing, un outil essentiel

D'une manière plus précise, les leviers pour soutenir la performance achats sont l'utilisation des SI (73 %), le développement des fonctions supports aux achats (70 %) et la formation (65 %). Au niveau des outils, pour la première fois dans le baromètre, le cloud computing arrive en tête et est cité par 70 % des directeurs achats. Selon CSC, « il correspond au besoin de flexibilité et de réduction des coûts ». Viennent ensuite l'approvisionnement et/ou le décisionnel achat (56 %), la mesure de la performance achats (54 %), l'intranet et les réseaux sociaux (52 %) et la dématérialisation (51 %). «Les futurs enjeux de la fonction achats reposent sur sa capacité d'adaptation et l'évolution de ses outils. Les directeurs achats doivent trouver de nouveaux modes de collaboration avec leurs fournisseurs. Ils doivent également concentrer leurs ressources sur la chaîne de valeur la plus compétitive. Et maîtriser la valeur ajoutée des produits et des services à l'exemple du secteur automobile allemand et sa gestion intelligente de la sous-traitance en Europe de l'Est», conclut le responsable du baromètre achats.