Mon compte Devenir membre Newsletters

Les achats durables ne connaissent pas la crise

Publié le par

Le développement durable est toujours au coeur des préoccupations des acheteurs. Cette thématique a été longuement débattue, lors des premières Assises des décideurs achats, par les responsables achats des Cafés Malongo, Lafarge, Pierre & Vacances et SNCF, après un exposé de Gordon Crichton, directeur du master achats de Bordeaux.

Les cafés Malongo, Lafarge, Pierre & Vacances et la SNCF ont présenté leur politique d'achats durables

Les cafés Malongo, Lafarge, Pierre & Vacances et la SNCF ont présenté leur politique d'achats durables

La crise économique et financière actuelle ne remet pas en cause la stratégie des achats durables dans les entreprises françaises. Bien au contraire, le développement durable reste au coeur des priorités des acheteurs. Tel est l'enseignement de la table ronde organisée le 11 mars dernier par le groupe Editialis, à l'occasion des premières Assises des décideurs achats. Comme l'a rappelé Olivier Menuet, directeur des achats durables et solidaires de la SNCF, 85% des grandes entreprises européennes placent les achats durables en troisième position de leurs priorités, selon l'étude HEC/Ecovadis publiée à la fin 2008.

Laurent Leschi, Lafarge

«Nous travaillons sur des bâtiments qui dégagent moins de CO2 et présentent une meilleure isolation.»

Dans les faits, cette préoccupation environnementale au sein des sociétés se traduit par la mise en place de programmes spécifiques dans les stratégies achats des entreprises. C'est le cas de la SNCF qui a d'ailleurs reçu le Trophée Décision Achats dans la catégorie achats durables. Lancé en février 2008, le plan SynergiA de la compagnie ferroviaire comprend différents axes parmi lesquels figurent les achats solidaires. Ces derniers consistent à sélectionner des fournisseurs qui emploient des personnes handicapées (issues d'Esat, des établissements et services d'aide par le travail) ou éloignées de l'emploi (chômage de longue durée...). «Nous avons prévu de réaliser 35 millions d'euros d'achats solidaires auprès d'Esat d'ici à trois ans», confirme Olivier Menuet.

Pour les groupes Lafarge et Pierre & Vacances, le développement durable est inscrit dans leur stratégie achats depuis de nombreuses années. Ces deux grandes entreprises ont notamment signé un partenariat avec le Fonds mondial pour la nature, le WWF. Par exemple, Pierre & Vacances a mis en place, en collaboration avec l'ONG, des kits d'entretien écologiques dans les appartements de ses résidences de vacances. Une initiative qui s'inscrit dans le plan d'action développement durable mis en oeuvre en 2008 au sein du groupe Pierre & Vacances. «Parmi les objectifs annuels réalisés par chaque acheteur figure l'utilisation de lampes basse tension ou de véhicules électriques sur nos sites de vacances», détaille Patrice Fortin, son directeur achats. Quant au groupe Lafarge, il s'est engagé avec les architectes et le WWF à travailler sur des bâtiments innovants, «qui dégagent à la fois moins de dioxyde de carbone et présentent une meilleure isolation pour une consommation d'énergie moindre», indique Laurent Leschi, directeur du sourcing global du groupe Lafarge.

Patrice Fortin, Pierre & Vacances

«Parmi nos objectifs annuels figure l'utilisation de lampes basse tension ou de voitures électriques.»

Ne pas oublier les achats équitables

Autre volet du développement durable: les achats équitables. Une problématique souvent méconnue des acheteurs, notamment par rapport aux enjeux environnementaux. Pourtant, des initiatives existent, comme celle de la SNCF. Ainsi, toutes les nouvelles chemises des 10 000 contrôleurs sont en coton blanc équitable et leur origine est garantie par le label Max Havelaar.

Les achats équitables sont donc bel et bien une réalité dans les entreprises. Une thématique que connaît bien Jean-Pierre Blanc, directeur général des Cafés Malongo. Engagé depuis plusieurs années dans le commerce équitable, ce voyageur infatigable, constamment à la recherche de variétés de cafés rares et en voie de disparition, s'occupe personnellement d'acheter les cafés verts. «Nous nous approvisionnons directement auprès de petits producteurs auxquels nous garantissons un tarif minimal et ce, quel que soit le prix du marché. L'objectif est de permettre à nos fournisseurs de vivre dignement du fruit de leur travail», explique Jean-Pierre Blanc.

Un avis partagé par Gordon Crichton, expert et responsable du MS Management des achats industriels (MAI) de Bordeaux Ecole de Management. «Les achats, même durables, sont basés sur une relation de confiance avec les fournisseurs. Il est important de tisser des liens étroits avec ses prestataires», précise Gordon Crichton. Pour Olivier Menuet (SNCF), les achats durables sont au coeur de la relation avec les fournisseurs qui doivent être audités sur leur politique de développement durable. Pour ce faire, le groupe Lafarge a mandaté un cabinet spécialisé pour vérifier que ses fournisseurs respectent son cahier des charges éthique et social. Du côté de Pierre & Vacances, la performance durable des prestataires est évaluée à l'aide d'un questionnaire. Pour tous les participants, la crise n'a donc pas mis fin aux achats durables. Bien au contraire, ces derniers constituent une opportunité pour repenser le «business».

zoom

Les participants à la conférence
- Gordon Crichton, directeur du master des achats industriels de Bordeaux Ecole de Management
- Jean-Pierre Blanc, directeur général des Cafés Malongo
- Patrice Fortin, directeur achats du groupe Pierre & Vacances
- Laurent Leschi, directeur du sourcing global du groupe Lafarge
- Olivier Menuet, directeur achats durables et solidaires de la SNCF