Mon compte Devenir membre Newsletters

Les achats durables face à la crise

Publié le par

Les achats durables vont-ils être victimes de la crise économique? Les grands comptes, si enclins à parler de leurs actions en la matière il y a quelques mois, communiquent désormais sur leur programme de réduction des coûts. Et comme le confirme notre grande enquête annuelle sur la fonction achats dans les entreprises, réalisée en partenariat avec Demos, les achats durables ne sont pas non plus une priorité dans une majorité de PME. Leurs objectifs restent les mêmes d'une année sur l'autre: réduire les coûts et le nombre de fournisseurs, améliorer la qualité des produits et des services achetés. Dès lors, certains observateurs avaient-ils raison en affirmant que le développement durable ne serait qu'un effet de mode? Pas si sûr.

Sébastien de Boisfleury, rédacteur en chef

@ ARNAUD OLSZAK

Sébastien de Boisfleury, rédacteur en chef

«De plus en plus de directions achats se rendent compte que le développement durable peut être synonyme d'économies.»

Tout d'abord, les manifestations autour des achats durables ne désemplissent pas. Le Salon Buy & Care, en décembre dernier, a su attirer près de 58 000 visiteurs à Lyon, selon les organisateurs. Ou encore Les Assises des décideurs achats, organisées le 11 mars par Editialis, reprennent justement le thème des achats durables en temps de crise.

Ensuite, cette thématique reste présente dans le discours des directeurs achats: collaboration plus étroite avec certains fournisseurs, ajout de critères sociaux dans les appels d'offres, rédaction de chartes éthiques, etc. Enfin, de plus en plus de directions achats se rendent compte que le développement durable peut être synonyme d'économies: réductions des déchets, de la consommation d'énergies, des déplacements, etc. D'une certaine manière, le contexte actuel oblige ainsi les entreprises à mettre en place une politique d'achats durables concrète, et non de façade. La crise aura eu, au moins, cette utilité-là.