Mon compte Devenir membre Newsletters

Les DRH favorables à une concurrence accrue entre organismes de formation

Publié le par

Les directeurs des ressources humaines et les responsables de formation des entreprises souhaitent renforcer la mise en concurrence des organismes de formation. Un rôle taillé sur mesure pour les acheteurs.

Près de 83% des directeurs des ressources humaines et des responsables de formation se disent favorables à une mise en concurrence accrue des organismes de formation. Tel est l'un des principaux enseignements d'une étude commanditée par Place de la Formation et réalisée par TNS Direct auprès de 300 entreprises françaises. Un résultat qui ne peut que ravir les acheteurs de formation et renforcer les relations entre les directions des ressources humaines et les directions achats. L'allégement des démarches administratives, l'optimisation du financement des formations, et enfin la création d'un compte emploi formation - qui permettrait aux salariés de conserver leurs heures de formation lorsqu'ils changent d'entreprise - font partie des autres mesures plébiscitées par les DRH.

Près de 83% des DRH se disent favorables à une mise en concurrence accrue des organismes de formation. Et 65% jugent globalement utile la création de catalogues spécialement conçus pour leur entreprise.

Près de 83% des DRH se disent favorables à une mise en concurrence accrue des organismes de formation. Et 65% jugent globalement utile la création de catalogues spécialement conçus pour leur entreprise.

Plus globalement, il ressort que le système actuel de formation est difficile à comprendre pour la moitié des professionnels de la formation. Une tendance très nette se dessine entre les petites, moyennes et grandes entreprises: les difficultés rencontrées par les responsables de formation grandissent proportionnellement à la taille de la société. Pour se faire aider, les décideurs interrogés souhaitent aussi des solutions concrètes. L'élaboration de catalogues spécialement conçus pour leur entreprise est jugée utile par 65% d'entre eux. On atteint même 73% d'opinions favorables dans les entreprises de moins de 50 salariés. Sur ce point, les directions achats pourraient avoir un rôle à jouer, la constitution de catalogues de formation auprès d'organismes référencés relevant de leur compétence, dans certaines grandes entreprises. D'autre part, avoir un conseil ou un accompagnement extérieurs est jugé utile à 62%. Enfin, 55% des sondés sont favorables à la mise en place d'un titre de paiement pour le Droit individuel à la formation (Dif). Ce titre-formation, initialement prévu dans la loi du 4 mai 2004, n'a jamais vu le jour. Il avait pour objectif de simplifier les formalités administratives liées au Dif, notamment pour les PME.