Mon compte Devenir membre Newsletters

Le papier de demain sera auto-effaçable

Publié le par

Près de la moitié des feuilles imprimées au bureau ne sont utilisées que pour une journée. Xerox et Toshiba ont compris tout le potentiel et les enjeux écologiques d'un papier réutilisable. Avec pour objectif de vider les corbeilles des sociétés.

En moyenne, chaque salarié d'une entreprise imprime 1 200 pages par mois. 44,5% d'entre elles ne sont utilisées que l'espace d'une journée. Et 21% finissent dans la foulée à la corbeille, d'après les résultats d'une étude commandée par Xerox. «En dépit de l'usage massif des ordinateurs, l'utilisation de papier imprimé reste considérable. De nombreuses personnes estiment qu'il est impossible de s'en passer», souligne Paul Smith, responsable des nouveaux matériels dans un des centres de développement de Xerox. C'est pourquoi le groupe a inventé une technologie d'impression, baptisée «Erasable Paper». L'innovation: l'encre s'efface automatiquement au bout de quelques heures.

La B-SX8R de Toshiba Cette solution permet d'imprimer, d'effacer puis de réimprimer à vitesse élevée un document.

La B-SX8R de Toshiba Cette solution permet d'imprimer, d'effacer puis de réimprimer à vitesse élevée un document.

Paul Smith, Xerox.

«L'utilisation de papier imprimé reste considérable. Pour de nombreuses personnes, il est impossible de s'en passer.»

Le procédé paraît tout simple: en l'espace de 16 à 24 heures, le texte s'estompe sous l'effet de la lumière ambiante, jusqu'à disparaître totalement de la feuille. Cette dernière peut être alors replacée dans l'imprimante pour une utilisation ultérieure. Entre 25 et 50 réimpressions sont d'ores et déjà possibles, mais Xerox envisage d'accroître nettement ce résultat qui «mènera à terme à une réduction significative de l'usage du papier». Toutefois, le procédé est encore loin de la phase de production. Xerox cherche notamment à en affiner la résolution et à en abaisser le coût. L'objectif étant de fixer un prix guère supérieur à deux ou trois fois celui des feuilles traditionnelles. Le groupe américain doit également apporter des améliorations à l'imprimante chargée d'illuminer une première fois le papier pour marquer le texte.

Xerox et Toshiba dans la course

 

La B-SX8R de Toshiba. Cette solution permet d'imprimer , d'éffacer puis de réimprimer à vitesse élevée un document.

La B-SX8R de Toshiba. Cette solution permet d'imprimer , d'éffacer puis de réimprimer à vitesse élevée un document.

Toshiba s'est également lancé dans la course. Avec une technologie différente, le Japonais a présenté à Londres, en novembre dernier, un papier spécial qui peut être réutilisé jusqu'à 500 fois avec une imprimante thermique. La B-SX8R, c'est son nom, est donc une solution qui permet d'imprimer, d'effacer puis de réimprimer à vitesse élevée, grâce à un système d'effacement qui est intégré au chargeur de feuilles automatique d'une capacité de 500 pages. La méthode d'impression thermique directe ne nécessite aucun consommable de type encre, toner ou cartouches. En effet, la feuille présente une couche «plastifiée» (du polyéthylène téréphthalate) sur laquelle sont déposés des pigments sensibles à la chaleur: en chauffant ou refroidissant le papier, il est possible de faire apparaître et d'effacer un texte en noir et blanc. Cette technologie nécessite encore des ajustements. Lors de la présentation à Londres, l'ombre de ce qui avait été imprimé auparavant était parfois visible sur les documents. Le papier ne peut pas non plus être laissé trop longtemps à la lumière du jour, sous peine d'être endommagé. La B-SX8R est vendue environ 7 400 euros, le papier 7,3 euros la feuille. Pour l'heure, l'imprimante est uniquement disponible au Japon, mais Toshiba envisage d'approvisionner également l'Europe si la demande s'avère suffisante.