Mon compte Devenir membre Newsletters

L'optimisation des achats de transport

Publié le par

De l'approvisionnement chez les fournisseurs à la livraison des clients, le transport est une problématique phare dans les entreprises. Cependant, pour les services achats, les leviers d'économies sont peu nombreux.

Par Olivier Wanjsztok, directeur associé du cabinet AgileBuyer

@ FOTOLIA/MIKAEL DAMKIER

Un secteur peu propice aux acheteurs

Bien que le marché du transport routier soit très concurrentiel, avec près de 40 000 prestataires identifiés, la marge de manoeuvre des acheteurs reste limitée. En effet, la pénurie de chauffeurs qualifiés et le taux d'occupation très élevé des prestataires, notamment en fin d'année, ne jouent pas en faveur des services achats. D'autre part, la Loi d'orientation des transports intérieurs (Loti) impose des contrats-types qui rendent quasi impossible l'application de pénalités de retard ou un engagement de résultat de la part des prestataires. De même, la législation française interdit le transport de marchandises les week-ends et jours fériés. Enfin, la volatilité des prix du pétrole est un facteur difficile à appréhender.

Un cahier des charges basé sur le passé

Pour rédiger le cahier des charges, le service achats doit tout d'abord identifier les risques susceptibles de se produire et recenser tous les problèmes survenus lors du précédent contrat. En la matière, l'aide de l'administration des ventes ou du magasinier de l'entreprise se révèle bien souvent très utile. Ces services savent pointer, notamment, les critères généralement difficiles à respecter pour les prestataires. Le cahier des charges précise alors les moyens à mettre en oeuvre pour éviter ces problèmes, de même que le niveau de services attendu par l'entreprise en cas de retard de livraison, d'altération du conditionnement et d'avarie sur les marchandises.

Des propositions commerciales illisibles

Les propositions commerciales des prestataires de transport se présentent sous la forme d'un tableau avec autant de lignes que de départements français métropolitains (95) et autant de colonnes que de palettes dans un camion plein (33), soit en moyenne 3 135 tarifs à traiter par proposition commerciale! Pour simplifier ce traitement, les services achats doivent donc identifier les flux de transport les plus fréquents, ainsi que les quantités transportées, et comparer les offres des prestataires sur ces flux.

L'optimisation du temps de transport

Pour réduire ses coûts, l'entreprise doit optimiser le remplissage des camions, et donc le temps de transport. Pour ce faire, une technique consiste à utiliser un seul transporteur pour collecter des marchandises chez plusieurs fournisseurs ou pour livrer ses produits chez plusieurs clients. Cette organisation suppose une coordination extrêmement élaborée tandis que le prestataire économise, pour sa part, du temps et du carburant. Dès lors, les services achats les plus aguerris n'hésitent pas à demander un retour sur investissement et un partage des bénéfices générés chez le transporteur.

D'autres leviers à actionner

Lorsqu'une entreprise choisit de faire appel à un nouveau transporteur, la prestation est rarement optimale dès le début du contrat, mais s'améliore au fur et à mesure. C'est pourquoi les services achats les plus expérimentés négocient, dès la signature du contrat, une diminution annuelle des tarifs, de 1 à 5%, correspondant à l'augmentation de la productivité du prestataire. Il est également conseillé de négocier une remise de fin d'année sur le chiffre d'affaires réalisé avec le transporteur. Bien entendu, plus celui-ci est élevé, plus le pourcentage de remise augmente.

@ ARNAUD OLSZAK

L'expert:

Olivier Wajnsztok est le directeur associé du cabinet AgileBuyer spécialisé dans les achats opérationnels. AgileBuyer propose également des prestations de conseil stratégique.