Mon compte Devenir membre Newsletters

L'entreprise, mécène de la création artistique

Publié le par

Défiscalisation, offre des galeries spécialisées, leasing d'oeuvres d'art pour les entreprises... Le soutien à la création artistique (re)devient une affaire privée. Comment intégrer l'art dans l'entreprise? Suivez l'artiste.

« Nous avons mené un projet en partenariat avec la filiale d'un grand groupe agroalimentaire, explique Pascal Godingen, président d'Art Lease. Pour celui-ci un photographe lisé des portraits de tous les m é tiers de l'entreprise à l'occasion de l'aménagement de nouveaux locaux. Chaque collaborateur possède ainsi un tableau dans son bureau et peut venir l'échanger contre un autre quand il le souhaite, en se rendant dans une pièce où sont installés 15 à 20 clichés sur le même thème. » Vecteur de communication et outil pour fédérer les équipes, les tableaux et les sculptures dans le monde de l'entreprise ne constituent pas vraiment une nouveauté. C'est souvent une question d'image de marque pour la société. « On aime ou on n'aime pas, mais on en parle», confirme Anna Senna, dirigeante d'Art Actuel, spécialisée dans la location d'oeuvres d'art. Les acheteurs sont pour l'instant peu impliqués dans le processus d'achat ou de location, qui reste pour l'instant une prérogative de la direction marketing/communication. Pourtant, «les directeurs généraux et de plus en plus de responsables de services généraux d'entreprises haut de gamme s'y intéressent», commente Pascal Godingen (Art Lease). La présence d'oeuvres dans les bureaux sont souvent le fait de présidents-directeurs généraux amateurs d'art, comme Jacques-Antoine Granjon, le fondateur de Vente-privee.com dont la collection d'artistes contemporains anime les bureaux.

La société Art Actuel fait entrer l'art moderne dans les entreprises

La société Art Actuel fait entrer l'art moderne dans les entreprises

Des locations à très court, court, moyen ou long terme

Sentant ce marché éclore, des galeries spécialisées dans la location et l'achat d'oeuvres d'art ont vu le jour: Art Lease, Bail Art, Art Actuel ou encore Arts Affaires. Sculptures, gravures, photographies, peintures ou mobilier, elles offrent un large choix d'oeuvres et d'artistes contemporains ou «classiques». La plupart des galeries proposent une formule de location avec option d'achat (leasing) ainsi que l'assurance et l'installation des oeuvres. Art Lease présente des contrats s'étalant de 24 à 60 mois, selon le montant de l'investissement, avec possibilité d'acquérir l'objet au terme du contrat. Atout de taille: les loyers passent en charge d'exploitation et diminuent d'autant le bénéfice imposable. Il faut compter 90 euros HT par mois pour une huile sur toile 100 x 100 cm de Tony Soulié, par exemple. De son côté, la galerie Art Actuel a conçu des formules de location allant de la demi-journée à la journée pour de l'événementiel, des expositions itinérantes ainsi que des formules de location longue durée s'étalant sur des années. Ce type de location a été choisi par le comité de direction de l'entreprise General Electric Healthcare. «A l'occasion du déménagement de nos locaux de Pantin à Paris, nous avons offert la possibilité à nos salariés de choisir une lithographie originale pour décorer leurs bureaux. Tous les six mois, ils peuvent changer d'oeuvre en choisissant dans l'artothèque d'Art Actuel», témoigne Martine Tomaseau, directrice financière du groupe. Les galeries spécialisées fonctionnent sur catalogue, mais elles peuvent également aider l'entreprise à se constituer une véritable collection originale. «Nous sillonnons les salles des ventes et travaillons avec Sotheby's en fonction des envies de nos clients», explique Pascal Godingen (Art Lease). Afin de réaliser ce genre d'achat aux enchères, le budget doit être bien défini en amont, tout en laissant une certaine souplesse à l'acheteur. Pour Renaud Sudre, cofondateur de Bail Art: «Les liens entre artistes et entreprises ne sont pas assez développés, contrairement aux Etats-Unis. Les sociétés se contentent souvent de simples oeuvres décoratives. »

L'entreprise, lieu de création pour les artistes

Les galeries servent d'intermédiaires entre deux mondes - l'entreprise et l'art - et proposent aux sociétés de faire réaliser des travaux sur commande, sur une thématique choisie. «Le coeur de métier d'une entreprise peut être source d'inspiration pour un artiste», précise Renaud Sudre. Confrmation du côté des artistes interrogés. «Comme les commandes des grands mécènes de la Renaissance ont permis la réalisation de chefs-d'oeuvre, les entreprises doivent prendre conscience qu'elles peuvent avoir un impact sur la création artistique», explique Tierry Marchal, artiste peintre. Nicolas Martin, photographe, incite à «davantage développer ce genre d'initiatives et à convaincre les décideurs de mettre sur pieds des expositions internes». Il avoue souhaiter exposer un jour son travail photographique sur les piscines au sein d'entreprises dont le coeur de métier concerne l'eau. Jugée «très incitative» par la gérante d'Art Actuel, la défscalisation mise en place pour favoriser une politique de mécénat peut achever de convaincre les entreprises réticentes à se lancer dans une telle démarche. La loi stipule (d'après le Code général des impôts) que les oeuvres doivent être accessibles à tous et situées à des endroits de passage (salles d'attente, accueil, salles de réunions, etc.), la déduction opérée ne pouvant excéder par exercice la limite de 3 %o du chiffre d'affaires. L'entreprise doit inscrire à un compte de réserve spécial au passif du bilan une somme égale à la déduction opérée. Gilles Mezari, cofondateur de Consotel, société spécialisée dans l'optimisation des parcs télécoms et informatiques, explique: «J'ai une SARL patrimoniale, réalisant un chifre d ' afaires d'environ 200000 euros, ce qui ma permis de pouvoir investir entre 12 000 et 13000 euros dans des sculptures de Catherine de Kerhor et des tableaux du peintre Pascal Pilate sur les conseils de Bail Art. J'ai pu rencontrer les artistes dans leurs ateliers pour mieux connaître leur travail. Au lieu de payer des impôts, il m'a paru plus intéressant d'investir dans l'art contemporain». Même écho chez Matthieu Jacquillat, gérant d'Art Afaires: «accrocher une oeuvre d'art sur les murs est décoratif. Acquérir une oeuvre est un geste engagé». A bon entendeur...

Emery Jacquillat, Matelsom

Emery Jacquillat, Matelsom

Expérience
Artiste en résidence chez Matelsom

«Ce projet est né d'une rencontre », explique Marc Perrissin-Fabert, dg de Matelsom. Et de là a surgi un projet de résidence d'artiste pendant trois mois au sein de l'entreprise. Après avoir réalisé la carte de voeux 2009 de la société, l'artiste Anne-Laure Maison a investi les bureaux de Matelsom à Niort et Vernouillet fin 2010 pour un projet créatif de communication interne. Recréer du lien était nécessaire après le déménagement de Matelsom à Niort, suite au rachat de la Camif. «L'envie de créer un projet commun et de fédérer des salariés qui ne se connaissaient pas était important», commente Emery Jacquillat, président de Matelsom. Ce chantier a été piloté par la société Art Affaires. Anne-Laure Maison a puisé son inspiration dans ses contacts quotidiens avec les collaborateurs. Son premier travail a consisté en une suite de photographies dans la continuité de sa série intitulée «Derrière la porte, portraits intimes». Un premier cliché montre les sujets pris en photo sur le pas de leur porte, tandis que le second révèle l'intérieur de leur domicile. Un matin, les salariés découvrent leurs places de parkings taguées aux noms d'artistes célèbres «parce qu'ils sont des artistes dans leur domaine», selon Anne-Laure Maison. Des lignes de scotch fluo au sol représentent les déplacements des salariés. Enfin, un photomontage représente les collaborateurs liés par du scotch rose. «Un mur de photos que nous alimenterons à l'arrivée de chaque nouveau collaborateur», conclut Emery Jacquillat. Chez Matelsom, l'idée de réitérer cette belle expérience fait son chemin...