Mon compte Devenir membre Newsletters

L'acheteur de demain fait salle comble à Lyon

Publié le par

La quatrième édition de la Conférence HA, organisée par le cabinet de conseil Crop and co, a porté cette année sur les compétences attendues des acheteurs dans les organisations de demain. Près de 200 responsables achats y ont participé.

A quoi ressembleront les acheteurs de demain? «A des mutants noétiques!», répond Natacha Tréhan, maître de conférences au sein du Desma, le master achats de l'IAE de Grenoble, en reprenant l'expression du philosophe Marc Halévy. Et d'expliquer: «Les acheteurs de demain, en s'appuyant sur leur réseau, devront être capables de créer du sens et de la valeur, plutôt que de se focaliser sur les réductions des coûts et la recherche de l'efficacité. Ce qui passe par une relation plus étroite avec leurs fournisseurs stratégiques.» Le ton de la Conférence HA 2009 est donné. La manifestation, organisée par le cabinet de conseil Crop and co, continue de rencontrer un certain succès dans le microcosme des achats, d'autant que la thématique retenue, les nouvelles compétences dans les achats, a suscité la curiosité.

Plusieurs témoignages d'entreprises sont venus confirmer l'analyse de Natacha Tréhan, à l'image du Club Méditerranée, dont les acheteurs suivent des formations en interne pour mettre en place des plans de développement avec ses prestataires stratégiques. «L'idée est de provoquer l'innovation chez nos fournisseurs, insiste Fabienne Lecuyer, sa directrice des achats supports pour l'Europe, l'Afrique et l'Amérique du Nord. Pour ce faire, il faut privilégier une relation durable avec eux, sur un autre plan que la négociation pure et dure.»

Construire des relations durables avec les fournisseurs

Pour de nombreux responsables achats, cette nouvelle conception du métier est le moyen de retenir leurs meilleurs éléments sur un marché de l'emploi où l'off re est encore supérieure à la demande. Par exemple, chez Sanofi-Aventis, 80% des acheteurs ont été formés à des techniques de construction des relations durables avec les fournisseurs. «Nos programmes de formation se doivent d'évoluer en permanence et de prendre en compte ces nouveaux paramètres. L'objectif est de faire évoluer nos collaborateurs pour les motiver, afin qu'ils restent chez nous», témoigne Patrick Valode, responsable du développement des compétences achats au sein du groupe pharmaceutique.

Dans la sphère publique, en pleine professionnalisation, les organisations cherchent au contraire à attirer ces «acheteurs de demain». «Au-delà des compétences techniques, nous recherchons de véritables investigateurs, capables de faire preuve d'une grande adaptabilité, notamment dans leur environnement fournisseurs», rappelle Sylvie Tricard, chargée de projet RH et formation au sein d'Uni-HA, qui fédère les achats de 52 hôpitaux publics dans toute la France. Un avis partagé par Natacha Tréhen (IAE de Grenoble): «Demain, les entreprises ne devront plus recruter sur des compétences mais à travers des talents capables d'amener de la créativité.» La fonction achats est bel et bien en pleine mutation.