Mon compte Devenir membre Newsletters

JEAN-LUC BARAS, DECIDEUR ACHATS DE L'ANNEE«Une fonction stratégique et passionnante»

Publié le par

Coordinateur achats du groupe Eiffage, directeur achats de Forclum et d'Eiffage Construction, Jean-Luc Baras vient d'être élu Décideur Achats de l'année par les lecteurs de Décision Achats. Rencontre avec un homme de réseau qui se bat pour la reconnaissance de la fonction.

 

Biographie :

Diplômé de l'Enit et du MAI Bordeaux, Jean-Luc Baras a débuté sa carrière chez Schneider comme acheteur. Il a ensuite rejoint Arcelor en tant que Group Category Manager. Entre 1996 et 2003, il a successivement occupé les postes de directeur achats, directeur industriel et responsable achats Europe chez Myriad et Corus Group. Depuis 2004, il cumule les fonctions de directeur achats de Forclum et d'Eifage Construction, ainsi que celle de coordonnateur des achats du groupe Eiffage.

Les lecteurs de Décision Achats vous ont élu Décideur achats de l'année. Quel est votre premier sentiment ?

Jean-Luc Baras : Bien évidemment, je suis très heureux de recevoir ce prix décerné par mes pairs et je remercie tous ceux qui ont voté pour moi. Mais au-delà de la récompense individuelle, je crois surtout qu'il s'agit d'une récompense collective. Je pense à tous mes collaborateurs, directs et indirects, qui travaillent depuis plusieurs années avec moi. Je pense aussi à mon entreprise, le groupe Eiffage, dont les objectifs de développement permettent à la fonction achats de se professionnaliser et de se développer.

Déploiement d'un intranet achats, plan de formation... Selon vous, quel projet a emporté le vote de nos lecteurs ?

Je ne saurais dire si vos lecteurs ont été plus sensibles à tel ou tel projet. J'ai tendance à penser qu'il s'agit d'un tout. Eiffage est un groupe attaché à son histoire et à sa culture entrepreneuriale, bâti autour de métiers et d'activités variés. En tant que coordinateur des achats du groupe, mon rôle est donc de respecter ces différences, tout en initiant et en mutualisant un certain nombre de bonnes pratiques à l'échelle de l'entreprise. C'est vrai que ces deux dernières années ont été très importantes pour notre communauté avec, par exemple, l'organisation de notre première convention achats ou les projets que vous avez cités.

Jean-Luc Baras, Décideur Achats de l'année, entouré par Pierre Ravenel (à gauche), directeur général de Factea Durable, et Matthieu Pettex, directeur général de Factea Sourcing.

Jean-Luc Baras, Décideur Achats de l'année, entouré par Pierre Ravenel (à gauche), directeur général de Factea Durable, et Matthieu Pettex, directeur général de Factea Sourcing.

Vous êtes membre de plusieurs associations, notamment la Cdaf. Pensez-vous que cela vous a permis de remporter ce trophée ?

Cela a peut-être joué au moment du décompte final. Si tel est le cas, je ne peux qu'être satisfait car cette distinction vient aussi récompenser mon action pour que la fonction achats, dans toutes les entreprises, soit reconnue à sa juste valeur. C'est une fonction stratégique et passionnante, qui va bien au-delà de la réduction de coûts dont on entend si souvent parler. Son exercice fait appel à de nombreuses qualités et pas uniquement à des aptitudes en matière de négociation commerciale. Faire des achats est un défi permanent que j'ai plaisir à relever depuis plusieurs années.

@ CHARLY POUPLIN

Les acheteurs sont-ils encore trop considérés comme des cost killers ?

De moins en moins, même si je dois bien reconnaître que, malheureusement, les acheteurs n'ont pas toujours une bonne image. Dans le cadre de mes activités à la Cdaf, j'ai rencontré des responsables politiques qui pensaient que les acheteurs pouvaient être comparés à des «traders», avec une rémunération indexée à 90 % sur les baisses de prix obtenues ! D'autres estimaient que les stratégies achats déployées dans les grands groupes n'avaient pour but que de réduire les prix, avec pour conséquence la destruction du tissu industriel dans les filières, notamment au niveau local. C'est pourquoi nous avons décidé de rédiger une charte des bonnes pratiques achats entre les grands donneurs d'ordres et les PME, pour rappeler les bases d'une relation clients-fournisseurs économiquement viable et pérenne.

Tout de même, les directions achats seront toujours tenues à des objectifs de réduction de coûts par leur direction générale...

Sans doute, mais l'action d'une direction achats ne peut se résumer à ce seul objectif. Créer les conditions d'un véritable partenariat avec ses fournisseurs stratégiques, chercher l'innovation sur les marchés fournisseurs, maîtriser les risques inhérents à l'achat, faire du codéveloppement ou encore positionner la fonction le plus en amont possible dans la conception d'un produit ou l'élaboration d'un service constituent des challenges à plus grande valeur ajoutée que la simple réduction des coûts.

Eiffage

ACTIVITE
Construction
CHIFFRE D'AFFAIRES 2009
13,23 milliards d'euros
EFFECTIF
71 000 salariés
VOLUME D'ACHATS
6,5 milliards d'euros
EFFECTIF ACHATS
150 collaborateurs

Quelles sont, selon vous, les caractéristiques d'un achat réussi ?

C'est évidemment un achat qui répond aux besoins de l'entreprise en termes de qualité, de coûts et de délais. Mais c'est aussi un achat innovant, qui permet à son entreprise de prendre une longueur d'avance sur ses concurrents ; un achat constructif, qui fonde les bases d'une relation gagnante-gagnante avec son fournisseur; ou encore un achat responsable, sur le plan environnemental et sociétal.

Quelles sont les qualités, professionnelles et personnelles que vous attendez d'un acheteur ?

Elles doivent aller bien au-delà de la simple maîtrise des techniques d'achats. L'acheteur doit être capable de s'intégrer à un projet, de challenger le besoin, de convaincre et de faire adhérer, de créer un climat de confiance avec ses interlocuteurs, notamment chez ses fournisseurs.

Mais en cette période de crise, la tentation de réduire à tout prix les coûts n'était-elle pas trop grande ?

C'est à nous, directeurs et responsables achats, de faire prendre conscience à notre hiérarchie qu'il faut élargir le champ d'action pour garantir une performance pérenne sur le long terme. Une stratégie basée uniquement sur la réduction des coûts, qui paraît gagnante à court terme, a toutes les chances d'être négative à long, voire à moyen terme. D'une part parce que vous risquez de dégrader la qualité des produits ou des services achetés. Et d'autre part parce que vous mettez vos fournisseurs dans une situation difficile dont ils ne pourraient pas se remettre.

Beaucoup de directeurs achats partagent-ils aujourd'hui votre philosophie ?

Je le pense. C'est un fait, la fonction achats s'est énormément professionnalisée ces dernières années. Et même si nous ne sommes pas toujours très bien compris, notre rôle est reconnu comme stratégique, notamment par les directions générales. Il reste sans doute beaucoup de chemin à parcourir, mais votre manifestation participe à la reconnaissance de notre métier.

2e Décideur Achats de l'année Géraldine Olivier, Groupe Canal +«C'est la récompense de toute une équipe »

Elue 2e Décideur Achats de l'année, Géraldine Olivier ne cachait pas son plaisir. Depuis son arrivée chez Canal + il y a quatre ans, le taux de couverture de sa direction est passé de 35 % à près de 80 %.

Une deuxième place à son nom, certes, mais c'est surtout à toute son équipe que Géraldine Olivier, directeur achats du groupe Canal +, a dédié son prix. « Je tiens à remercier tous mes collaborateurs pour leur travail et leur implication au quotidien. Ce trophée, c'est aussi le leur », a-t-elle immédiatement indiqué. Une équipe resserrée de «seulement» dix collaborateurs, alors que le volume d'achats du groupe audiovisuel est estimé à un milliard d'euros. Mais les résultats sont là. Depuis la nomination de Géraldine Olivier en janvier 2006, le taux de couverture de la direction achats est passé de 35 % à près de 80 %. Une vraie performance dans le contexte de l'entreprise. « Nous gérons des familles très éclectiques : des décodeurs et du matériel de diffusion aux dépenses de marketing ou informatiques, en passant par les moyens généraux. » Son service s'attaque aussi à certaines dépenses liées à des émissions produites en interne, telles que Les Guignols ou Groland Magzine. En revanche, Géraldine Olivier ne négocie pas les droits de certaines séries phares de la chaîne. « 24h Chrono ou Desperate Housewives, ce n'est pas nous ! », dit-elle avec le sourire. Aujourd'hui, Géraldine Olivier ne manque pas de défis avec le déploiement progressif d'une plateforme d'e-sourcing. Signe que la professionnalisation des achats de l'entreprise est toujours en marche.

3e Décideur Achats de l'année Jacques Bazet, Nature & Découvertes « Partager notre vision des achats durables »

Les achats responsables ne sont pas qu'un effet de mode. Les votants l'ont rappelé en élisant Jacques Bazet, fervent défenseur de relations durables avec les fournisseurs, 3e Décideur Achats de l'année.

Surpris mais très honoré. » Jacques Bazet, directeur achats de Nature & Découvertes, ne s'attendait pas à faire partie des Décideurs Achats de l'année. Pourtant, les lecteurs de Décision Achats ont décidé de récompenser l'action de cet ancien marketeur dont l'un des objectifs est d'améliorer les performances environnementales et sociétales de ses fournisseurs.

Outre la rédaction d'une charte éthique, sa direction achats a, par exemple, organisé des audits sur le terrain afin de vérifier les conditions de travail chez les prestataires. «Notre but n'est pas de sanctionner les fournisseurs les moins responsables mais plutôt de les aider et de trouver des pistes d'amélioration », indique Jacques Bazet. Autre exemple : la mise en place d'un extranet. « Ce système nous aide à mieux communiquer sur notre stratégie achats et à la faire partager avec nos partenaires. »

Sans doute le capital sympathie de la marque Nature & Découvertes a-t-il également joué dans l'élection de Jacques Bazet. Mais à l'image de son employeur, ce dernier croit dur comme fer aux vertus des achats durables et responsables, qui plus est en période de crise. Un sentiment partagé par les votants.