Mon compte Devenir membre Newsletters

Interview de ANTOINE DOUSSAINT, DIRECTEUR ACHATS DU GROUPE LA POSTE: « La performance doit se mesurer même s'il s'agit d'achats responsables »

Publié le par

Le groupe La Poste possède sans doute l'une des directions achats les plus engagées en matière de développement durable. Pourtant, selon son directeur achats Antoine Doussaint, il reste du chemin à parcourir, notamment concernant la mesure de la performance dans ce domaine.

Sommaire du dossier

À LIRE AUSSI

Le développement durable est au coeur de la stratégie du groupe La Poste depuis 2003. Pouvez-vous nous donner un exemple récent d'une catégorie d'achats dans laquelle vous avez intégré pour la première fois des critères responsables ?

ANTOINE DOUSSAINT : Du 25 au 28 mars, le groupe La Poste a participé au salon Planète durable. Notre stand de 120 m2, fabriqué à partir de matériaux écoconçus et recyclables, était réutilisable. En effet, nous l'avons acheté en 2009 à l'occasion du salon des Maires de France. A l'époque, nous avons travaillé pour la première fois avec la direction de la communication sur ce sujet pour trouver le fournisseur susceptible de répondre à notre besoin. Cet exemple témoigne non seulement de l'augmentation de notre périmètre d'intervention mais aussi de l'intégration du développement durable dans tous les achats de l'entreprise.

Dans quelles autres familles d'achats avez-vous intégré dernièrement de tels critères ?

En 2009, nous avons beaucoup travaillé sur des familles comme l'informatique, la flotte automobile, le transport routier et l'immobilier. Aujourd'hui, notre objectif est d'intégrer systématiquement des critères d'achats responsables dans les consultations du groupe. Même s'il nous reste du chemin à parcourir, je pense que nous possédons une certaine expertise en la matière, par exemple dans l'achat de papier, de mobilier de bureau, de vêtements de travail ou de restauration collective.

Quel est votre plan de progrès ?

Maintenant que les prescripteurs et les acheteurs sont bien sensibilisés au sujet et que les achats responsables ne relèvent pas d'initiatives isolées, notre volonté est que l'ensemble des clients internes soient autonomes dans leur démarche. Il faut donc mettre en place un certain nombre d'outils et de services à leur disposition afin de les aider à intégrer des critères d'achats responsables dans chacun de leurs dossiers.

Quels genres de supports avez-vous créés ?

Nous avons rédigé un certain nombre de guides - guide d'initiation aux achats responsables, de l'écoconception, du secteur protégé et adapté, etc. - de même que des fiches dans lesquelles on retrouve la réglementation, les enjeux, les critères de sélection ou encore les clauses contractuelles spécifiques pour chaque famille d'achats. Nous nous sommes également dotés d'une charte des achats responsables pour encourager nos fournisseurs à s'inscrire dans notre démarche, ce qui va plus loin qu'un simple référencement.

C'est-à-dire ?

Au sein de nombreuses entreprises, la politique d'achats responsables consiste à référencer des fournisseurs qui se sont déjà engagés dans une démarche de développement durable et qui bénéficient à ce titre d'un certain nombre de labels et autres certifications. Cette politique est tout à fait respectable, mais je pense qu'elle est insuffisante. Il est de la responsabilité d'un grand donneur d'ordres comme le groupe La Poste d'inciter tous ses fournisseurs à se lancer dans une démarche d'achats responsables, avec à la clé des engagements réciproques et des plans de progrès partagés.

Comment mesurez-vous vos progrès en matière d'achats responsables ?

Aujourd'hui, je pense que nous ne pouvons plus être dans le déclaratif et que nous devons être capables, pour chaque famille d'achats, de mesurer notre degré d'engagement et notre niveau de maturité en matière d'achats responsables. Dans ce dessein, nous venons de créer un référentiel d'évaluation des achats responsables sur lequel nous allons nous appuyer dans les années à venir.

En quoi consiste ce référentiel ?

Un groupe de travail intermétiers, constitué d'acheteurs et de spécialistes du développement durable, s'est réuni pendant près d'un an pour le construire. Dans un premier temps, il s'agissait d'adopter une définition de l'achat responsable qui devait être commune et partagée par l'ensemble des métiers et des filiales du groupe. Ensuite, l'objectif était de déterminer, quelle que soit la famille d'achats, un certain nombre de points qui, une fois validés, permettent de dire si oui ou non vous réalisez un achat responsable.

Quelle forme cela prend-il concrètement ? Pour chaque dossier traité, l'acheteur doit répondre à 23 questions, ce qui permet ensuite de déterminer un taux en fonction d'un certain nombre de pondérations. Si le taux obtenu est supérieur à 70 %, l'acte d'achat est alors considéré comme responsable. S'il est compris entre 40 et 70 %, nous estimons que l'acheteur est bel et bien dans une démarche d'achats responsables mais que des progrès peuvent être facilement réalisés. Enfin, s'il est inférieur à 40 %, nous jugeons que l'acte d'achat ne correspond pas à la définition de l'achat responsable retenue par le groupe La Poste.

Quelle est la portée de ce référentiel ?

Ce référentiel n'apporte pas simplement une définition de l'achat responsable. L'objectif est d'évaluer concrètement la performance des acheteurs sur des opérations réelles. Il s'agit d'un outil de pilotage extrêmement important pour nous. A la fin de l'année, nous aurons une vision très concrète des actions qui auront été menées et du niveau de maturité en matière d'achats responsables du groupe.

La Poste

Activité Groupe postal et bancaire
Chiffre d'affaires 2009 20,4 milliards d'euros
Effectif 295 000 salariés
Volume d'achats 5,5 milliards d'euros
Effectif achats 650 collaborateurs

@ ARNAUD OLSZAK

« Nous avons créé un référentiel pour que l'ensemble des clients internes soient autonomes dans leur démarche d'achats responsables. »

Biographie

Diplômé de l'IUT de Sceaux, Antoine Doussaint (44 ans) est directeur achats du groupe La Poste depuis 2006. Après une première expérience chez Random/Networx (1991-1993), il a été notamment responsable des achats informatiques du groupe La Poste (1993-1996) et directeur achats de Chronopost et de Colis France (2001-2006).