Mon compte Devenir membre Newsletters

Immobilier d'entreprise état des lieux

Publié le par

BNP Paribas Real Estatea lancé, en 2009, un baromètre qui décrit la situation immobilière des utilisateurs ainsi que leurs projets. L'édition 2011 brosse à grands traits un paysage dans lequel les utilisateurs veulent en premier lieu plus de surface et de performance technique.

Dans l'enquête 2011Méthodologie: Enquête réalisée au premier trimestre 2011, sur un panel représentatif de grandes entreprises françaises. Cette troisième édition a permis d'interroger 176 grands utilisateurs (contre 119 en 2010), qui représentent des sociétés ayant un effectif moyen de 6 900 salariés et qui sont à 73 % des utilisateurs multisites. menée par BNP Paribas Real Estate, 68 % des sondés (contre 73 % en 2010) se déclarent «insatisfaits» de leur situation immobilière. Premier motif de mécontentement: la surface occupée. Le deuxième concerne la performance technique. Ensuite vient le niveau du loyer, critère qui était en deuxième position l'an dernier. Ces éléments démontrent le lien entre la surface occupée, le loyer et l'efficience générale de l'immeuble. « Le parc de bureaux se modernise. Les forts mouvements observés depuis trois ans ont amélioré le confort des utilisateurs. Les secteurs de l'industrie et du conseil conservent un fort taux d'insatisfaction vis-à-vis de leurs locaux actuels, ce qui est un gage de mobilité pour le futur », explique François Chauvey, directeur du département grandes opérations bureaux Ile-de-France.

@ FOTOLIA / KROMOSPHERE

Priorité est donnée aux prix et à l'implantation

37 % des personnes interrogées déclarent avoir re négocié leur loyer en 2010, avec des disparités selon les secteurs d'activité. La banque/assurance et l'industrie se placent en tête. Mais ces chiffres sont en baisse par rapport à 2009 et 2010. En ce qui concerne les loyers, 24 % des utilisateurs estiment se situer au-dessus du marché (contre 31 % en 2010), 57 % au niveau du marché (contre 46 % en 2010) et 19 % à un niveau inférieur au marché (contre 23 % en 2010).

La proximité de l'implantation actuelle apparaît comme déterminante pour 72 % des utilisateurs. La localisation, le prix et le caractère indépendant de l'immeuble ainsi que l'accessibilité en transport en communs constituent les critères dominants. Les plateaux de profondeur mixte 12/18 m sont favorisés. Le baromètre confirme que les services qui paraissent indispensables aux utilisateurs restent les parkings et la climatisation (pour 93 % des répondants). « Une période de sensibilisation aux enjeux écologiques paraît indispensable, car certains paramètres semblent moins en phase avec les contraintes environnementales», souligne François Chauvey. La sécurité vient ensuite pour 67 % (contre 90 % en 2010), suivi de la présence d'un restaurant interentreprises, pour 53 % des sondés. Les services de confort, comme la salle de sport, la conciergerie, ou encore la crèche, sont considérés comme accessoires. Les directions immobilières estiment que la priorité doit porter sur la maîtrise des coûts d'exploitation, une meilleure adaptation des immeubles à leur usage et la construction d'indicateurs d'information, de reporting et de pilotage de l'immobilier.

zoom

L'appétit des utilisateurs pour le vert, une tendance de fond...
La thématique «verte» est prise en compte par tous les utilisateurs et pas uniquement par les grandes entreprises. Trois quarts des grands utilisateurs se projettent dans des bureaux labellisés, contre 56 % pour les entreprises de moins de 1 000 salariés. Le label que l'on retrouve en tête est la norme HQE (à 53 %), suivi du BBC (52 %), LEED (17 %), THPE (13 %) et BREAM (12 %). Le respect de l'environnement (32 %), les économies de charges (31 %, contre 22 % en 2010) et l'impact sur leur image (30 %) restent les principaux bénéfices de l'entreprise. Enfin, le baromètre 2010 montre que 65 % des utilisateurs sont prêts à traduire leurs convictions environnementales dans un bail vert.