Mon compte Devenir membre Newsletters

HEC note un retour aux fondamentaux dans les politiques achats

Publié le par

Interrogés sur les stratégies de leur entreprise, les membres de l'association achats d'HEC réaffirment que le rôle des acheteurs est de réduire les coûts, surtout en temps de crise.

Les acheteurs, vecteurs de la performance de l'entreprise en temps de crise. Tel est le bilan d'une étude menée par l'organisme de formation Cegos pour l'Aca, l'association achats d'HEC, qui a été dévoilée lors de la conférence annuelle de l'organisation, fin octobreEtude réalisée en septembre 2009 auprès des 150 adhérents de l'Aca. Ainsi, 92 % des membres de l'Aca interrogés ont rappelé que le rôle attendu des achats, notamment en période de récession, est d'améliorer le résultat opérationnel de l'entreprise via la réduction massive des coûts. Une mission visiblement remplie. «La crise s'est révélée une véritable opportunité pour les acheteurs. Elle a boosté la mise en oeuvre de tous les plans de réduction des coûts qui avaient déjà àé programmés avant la crise», témoigne Laurent Jehanin, vice-président de l'Aca et ancien directeur achats de Safran. Les responsables ont également souligné que la performance des services achats se mesure à leur capacité à réduire le besoin en fonds de roulement (39 %) et à développer le chiffre d'affaires (21 %).

Autre tendance : les actions traditionnelles de renégociation des prix, de remise en concurrence des fournisseurs, de rationalisation du panel ou de massification des volumes sont les leviers d'optimisation les plus simples et efficaces à mettre en place. Suivent les actions à moyen et long termes, comme la remise en cause technique des spécifications du besoin et l'intégration des innovations fournisseurs. Concernant la gestion de la relation client/fournisseur, les responsables achats privilégient le rapprochement avec les prestataires stratégiques et la surveillance de la santé financière de ceux-ci. Seul résultat surprenant : les achats durables sont jugés difficiles à mettre en oeuvre et peu rentables. «Dans un contexte où laprioritédes acheteurs est de réaliser des économies immédiates, les entreprises ont mis la question complexe du développement durable entre parenthèses», regrette Stéphane Canonne, manager unité performance des organisations et des projets chez Cegos et vice-président de l'Aca.

Laurent Jehanin (Aca)

« La crise a boosté la mise en oeuvre des plans de réduction des coûts programmés avant la crise. »

Les e-achats en suspens

Quant aux outils d 'e-achats, ils ne suscitent plus l'attention des entreprises. « Ces systèmes nécessitent un investissement considérable. Ils ont donc àé mis en stand-by par les entreprises qui n'avaient pas déjà initié un tel projet avant la crise», note Stéphane Canonne. Un avis partagé par Laurent Jehanin : «Le développement de nouvelles màhodes achats a largement àé remis en question, les entreprises préférant se concentrer sur les fondamentaux : renégociation des contrats, gestion du risque fournisseur, etc. »

L'action des achats est-elle pour autant plus visible ? Pas si sûr. «Si la reconnaissance de notre fonction est patente, elle doit s'accompagner d'une meilleure compréhension des autres services financiers, RH, R&D...) à l'égard des achats. Ceci afin que des synergies puissent véritablement être mises en place en interne», conclut Laurent Jehanin.