Mon compte Devenir membre Newsletters

Faites entrer votre stratégie achats dans l'ère du 3.0

Publié le par

Les majorités changent, les problématiques restent. Il en est ainsi des relations PME-donneurs d'ordres. Même s'il s'est réjoui de la nomination de Fleur Pellerin au poste de ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique, Jean-François Roubaud président de la CGPME, a souligné la fragilité d'un grand nombre de TPE-PME. Il a insisté tout particulièrement sur la nécessité d'accompagner les PME à l'export, de favoriser l'innovation et de rééquilibrer les relations donneurs d'ordres-sous-traitants. Et les acheteurs ont naturellement leur place dans ce débat. Car aujourd'hui il s'agit pour les organisations achats d'innover dans leur façon de gérer la relations fournisseurs en sortant du schéma de la dualité fournisseur-donneur d'ordres.

Emmanuelle Serrano, rédactrice en chef

@ THOMAS KOLLER

Emmanuelle Serrano, rédactrice en chef

Etre une passerelle entre l'entreprise et son écosystème, l'acheteur remplit déjà cette fonction. Mais il lui faudra de plus en plus assumer le rôle de catalyseur et de business developer, comme le décrit Natacha Tréhan, responsable du master Desma (Master de management stratégique des Achats) à l'IAE de Grenoble pour faire passer son entreprise d'une logique de coûts à une logique d'innovation. Avoir une vision globale de la chaîne de valeur créée par l'entreprise en sachant que la contribution des achats devra s'articuler autour d'une logique de travail en réseaux est un must. Et c'est à une réflexion sur les contours de l'innovation, ou plutôt des innovations, que nous vous invitons ce mois-ci. Vous aurez l'occasion de confronter votre point de vue à celui de Bernard Monnier, président de MIM (Monnier Innovation Matrix) et «accessoirement» responsable des achats chez Thales Research & Technology. Comme lui, vous êtes peut-être convaincu que « la mise en place d'une stratégie d'open innovation consiste à introduire le savoir-faire d'autres acteurs et procure à la fonction achats un positionnement à forte valeur ajoutée, si celle-ci sait s'adapter aux nouveaux enjeux, qui ne sont plus basés uniquement sur les économies à court terme ». Mais les injonctions de vos directions générales vont-elles toutes dans ce sens? Je suis curieuse de recueillir vos avis.