Mon compte Devenir membre Newsletters

Entretien de NICOLAS COUDEYRAS, DIRECTEUR DU SALON DES ACHATS: « Le Salon des achats n'est pas un Bureaux Expo bis »

Publié le par

En s'imposant comme la nouvelle vitrine de la fonction achats, le Salon des achats - dont la première édition s'est tenue les 18 et 19 mai derniers au CNIT à La Défense entend se démarquer du traditionnel Bureaux Expo. Les explications de Nicolas Coudeyras, directeur de la manifestation.

Pourquoi avoir lancé le Salon des achats?

Nicolas Coudeyras: Nous avons lancé ce salon pour mettre fin à un hiatus de taille: l'inexistence, jusqu'à ce jour, de manifestations professionnelles dédiées aux achats hors production. A travers cet événement, notre principal objectif est donc de rallier, en priorité, les acheteurs privés et publics pour conférer à cette profession la visibilité qu'elle mérite. Mieux encore, pour que cette manifestation soit en totale adéquation avec les besoins de cette fonction, nous avons veillé à interroger en amont un panel de donneurs d'ordres. Une manière de permettre aux visiteurs de mieux s'approprier ce tout nouvel événement.

En quoi ce salon diffère-t-il du traditionnel Bureaux Expo, l'ancien Siseg?

Contrairement à Bureaux Expo, qui est dédié aux responsables des services généraux, notre salon revendique clairement sa marque «achats».

Notre démarche ne consiste pas à organiser un Bureaux Expo bis, mais bien à créer une manifestation à part entière et 100 % innovante. Ainsi, ce salon diffère de l'ancien Siseg, aussi bien par la typologie de ses visiteurs que par le contenu de son cycle de conférences et d'ateliers d'experts, axés sur les évolutions du métier d'acheteur: la massification des dépenses, la professionnalisation des achats publics, le développement durable, la sécurisation des achats, etc. Grâce à ce format d'événements volontairement courts et denses (d'une durée de deux jours, en l'occurrence les 18 et 19 mai derniers, NDLR), nous voulons donc permettre aux acheteurs d'aborder en un forum unique toutes les pistes de réflexion propres à mieux appréhender leur fonction et à remplir leurs tâches.

L'autre vocation du salon réside également dans la mise en place d'un nouveau réseau achats...

En effet, le Salon des achats a vocation à être, à travers son site internet (www.reseau-achats.fr), fédérateur d'une communauté d'acheteurs en ligne. Cette plateforme, active 365 jours par an, permettra ainsi au secteur de mieux communiquer et de se faire connaître. Elle représente un moyen supplémentaire pour les acheteurs de se rencontrer et de discuter de leurs problématiques professionnelles. Forum, messages, agendas, annonces, etc., ces derniers peuvent y faire des affaires, nouer des contacts, prospecter et fidéliser, prendre des rendez-vous et, bien sûr, échanger sur les bonnes pratiques achats.

«Notre objectif est de rallier, en priorité, les acheteurs privés et publics pour conférer à cette profession la visibilité quelle mérite. »

@ ZONTONE

«Notre objectif est de rallier, en priorité, les acheteurs privés et publics pour conférer à cette profession la visibilité quelle mérite. »

ZOOM. bFair, fondateur de l'événement

Organisateur du salon des achats, bFair a aussi à son actif un panel d'autres événements, à l'instar de BATIenergie, Vendre! ou encore Creativ'Pack. Cette société française, dirigée par Annelies Helmer et Stéphanie Almon, privilégie les formats d'événements dits «conviviaux» (150 exposants 5 000 visiteurs en moyenne). Pour se démarquer de ses concurrents, bFair associe à l'organisation physique de ces salons, la mise en place de communautés professionnelles sur Internet afin de permettre une préparation en amont et en aval entre fournisseurs et visiteurs. Une manière de rendre plus transparent le montage de ces manifestations.

Mot clés :

Charles Cohen