Mon compte Devenir membre Newsletters

Des familiales toujours plus attractives

Publié le par

Les voitures familiales restent très appréciées des entreprises pour leur polyvalence et leur confort sur route. Les efforts des constructeurs sur la consommation de carburant et les émissions de CO2 permettent de disposer de modèles attrayants et moins coûteux pour l'entreprise.

Les familiales représentent une large partie des parcs auto des entreprises. Berlines, ou breaks, ces modèles sont particulièrement appréciés pour leur espace à bord, leur confort et leur grande polyvalence, permettant de remplir de nombreuses missions. Idéalement taillées pour les longs parcours, elles valorisent également les collaborateurs de l'entreprise. Cependant, les familiales sont largement attaquées par les monospaces compacts, comme le Scénic (Renault) ou le C4 Picasso (Citroën) dans leur version cinq ou sept places, et les SUV (Sport utility vehicule), comme le 3008 (Peugeot) ou le Qashqai (Nissan). Leurs utilisateurs apprécient leur capacité à offrir de l'espace à bord dans un encombrement plus réduit que celui des familiales. Ces dernières font mieux que résister dans la mesure où les constructeurs ont beaucoup travaillé sur leurs motorisations afin de proposer des familiales affichant des consommations moins élevées et des émissions de CO2 par kilomètre en baisse. Une donnée d'autant plus importante que le bonus/malus écologique pour l'achat a été renforcé cette année, avec un abaissement du seuil d'émission de dioxyde de carbone de 5 g de CO2/km en attendant un renforcement des mesures sur le bonus/malus et la TVS (Taxe sur les voitures de société). Celle-ci est basée sur le niveau d'émission de CO de la voiture, avec des effets de seuil importants. Il est désormais possible de choisir une familiale (berline ou break) affichant des émissions de dioxyde de carbone inférieures à 140 g de CO2/km, synonyme d'une TVS à seulement 5 Euros/g de CO2 contre 10 Euros une fois ce seuil dépassé.

Les références françaises

Bien que de plus en plus attaqués, les modèles français conservent une part de marché importante dans les entreprises. Ils ne manquent pas d'arguments à commencer par un confort et un comportement routier sans reproche. C'est le cas de la C5 (Citroën), également appréciée pour ses lignes dynamiques et son design intérieur. La version 1.6 e-HDi 110 AirDream émet 120 g de CO2/km contre 130 g de CO2/km pour la version HDi 110 classique et 139 g de CO2/km pour la 2.0 HDi 163 ch. La toute nouvelle 508 (Peugeot) dispose de nombreux atouts: lignes classiques et réussies, finitions intérieures sans défaut et digne d'une allemande, grand espace à bord, nombreux équipements de confort. La version 1.6 e-HDi 112 ch reçoit l'appui d'un «stop and start» pour n'émettre que 115 g de CO2 /km. La 508 2.0 HDi 140 ch reste, elle aussi en dessous du seuil de TVS à seulement 125 g de CO2/ km. Reste la Laguna (Renault) légèrement restylée en fin d'année 2010. Ses lignes sont aussi banales que son confort, mais son comportement routier est parfait. La gamme comprend deux motorisations à moins de 140 g de CO2/km: le 1.5 dCi 110 ch (118 g de CO2/km à 136 g de CO2/km selon la version) et le 2.0 dCi 150 ch (139 g de CO2/km).

Les premiums allemands

Les constructeurs allemands sont passés maîtres dans l'art de créer des berlines familiales. Leur réputation de qualité de fabrication n'est pas usurpée. Ils sont parvenus à faire évoluer leurs motorisations de façon étonnante, proposant un rapport puissance/émissions de CO2 très attractif.

Chez Audi, cinq versions d'A4 (de 120 à 170 ch) affichent des taux de CO2 inférieurs à 140 g de CO2/km.

La palme revient à l'A4 2.0 TDi efficiency de 136 ch avec 115 g de CO2/km seulement. BMW détient sans doute la palme de la performance mécanique avec sa Série 3 (316d, 318d et 320d) avec une mention spéciale à la 320d Efcient Dynamics qui se résume en deux chiffres: 163 ch et seulement 109 g de CO2/km ; soit une TVS de seulement 436 Euros! Un modèle largement plébiscité par les entreprises et les collaborateurs.

De son côté, la Mercedes Classe C vient de bénéficier d'une remise à niveau. Si les évolutions sont assez discrètes du point de vue esthétique, les changements sont plus importants du point de vue technique avec la généralisation des moteurs adoptant la technologie de réduction des émissions de CO2 Blue Efficiency. Les versions C 220 cdi et C 250 cdi Blue Efficiency, associés à la boîte automatique à sept rapports et la fonction «stop and start» permettent d'afficher un niveau d'émission de seulement 117 g de CO2/km.

Les généralistes étrangers

Les constructeurs généralistes étrangers ne sont pas en reste et la plupart proposent des familiales attractives. Parmi l'immense offre que cela représente, nous avons sélectionné quelques modèles particulièrement intéressants. Chez Ford, la Mondeo reste méconnue et mal-aimée En France. Pourtant, cette grande familiale distille un bel agrément de conduite et dispose de plusieurs versions basse consommation avec les moteurs 1.8 TDCi 125 ch, 2.0 TDCi 140 ch et 2.0 TDCi 163 ch tous à 139 g de 2/km. Encore plus fort, la version 1.6 TDCi 115 ch n'émet que 129 g de CO2/km et même 114 g de CO2/avec le système «stop and start».

Jean-Loup Savigny, Arval

Jean-Loup Savigny, Arval

Plus récente, l'Opel Insignia affiche des lignes agressives à souhait. Elle peut recevoir de nombreux équipements de confort dignes de modèles de catégorie supérieure. Agréables sur route, les versions EcoFlex (2.0 CDT 130 et 160 ch) ne rejettent que 129 g de CO2/km. La Seat Exeo représente un cas à part puisqu'il s'agit de l'ancien modèle d'Audi A4 désormais fabriqué en Espagne et commercialisés sous le logo Seat. A l'intérieur, la qualité de fabrication ne se dément pas, tout comme la fermeté de ses suspensions ou son habitabilité limitée aux places arrière. Il s'agit tout de même d'une excellente voiture, qui faisait encore rêver de nombreuses personnes il n'y a pas si longtemps lorsqu'elle était ornée des quatre anneaux. Avec les moteurs 2.0 TDi 120 et 143 ch, elle ne rejette que 136 g de CO2/km. En conclusion de ce panorama, il est logique de s'adresser à la référence du segment: la Passat. Régulièrement remise au goût du jour, elle s'est construit une solide réputation. La dernière génération a été lancée fin 2010. Elle reçoit des mécaniques à la pointe de la technologie et affiche une qualité de fabrication irréprochable. Les versions 1.6 TDi 105 Blue Motion et 2.0 TDi 140 émettent respectivement 114 et 119 g de CO2/km.

zoom
Hybrides et électriques: une offre en construction

L'offre actuelle en matière de familiale hybride - associant un moteur thermique à un moteur électrique - ou 100 % électrique reste trop peu importante pour espérer pénétrer efficacement le monde de l'entreprise. Du côté des hybrides seules la Prius (Toyota) et la Civic Hybrid (Honda) sont disponibles. Deux modèles qui offrent des performances intéressantes mais le fait qu'elles ne soient disponibles qu'en une seule carrosserie et en très peu de finitions empêchent leur développement. Tout comme leur moteur essence qui ne permet pas à l'entreprise de récupérer la TVA sur le carburant. L'arrivée en 2012 des 508 (Peugeot) et la C5 Hybrid4 (Citroën) - avec une chaîne motrice associant diesel et électricité - devrait faire bouger les choses rapidement puisqu'elles permettront la récupération de la TVA sur le gazole par les entreprises. Quant à la Fluence (Renault) Z.E. 100 %, première familiale 100 % électrique, elle devrait être commercialisée d'ici la fin de l'année. Avec elle, c'est surtout sa vocation urbaine et périurbaine et son autonomie limitée (environ 100 km) qui risque de pénaliser son volume de ventes en entreprise. Une contrainte dont devrait s'acquitter facilement les Ampera (Opel) et Chevrolet Volt (voitures électriques avec un générateur fonctionnant à l'essence intégré dans la voiture), qu devraient être disponibles en début d'année prochaine.

Expérience
Un secteur important pour les loueurs

Les familiales représentent une part importante de l'activité des loueurs longue durée, prouvant l'intérêt des entreprises pour ce type de véhicule. Chez ALD Automotive, Jean-François Chanal, directeur général avoue que « ce genre de modèle représente encore un quart de notre parc même si les berlines traditionnelles perdent un peu de part de marché face aux mono spaces compacts et aux SUV ».
Selon Joanic Tronquet, responsable achats véhicules neufs et synergies chez Leaseplan, « il s'agit d'un segment important chez nous avec environ 15 % des volumes. Si les constructeurs français restent très présents, ils doivent faire face à la poussée de certains étrangers comme Volkswagen ». Point de vue confirmé par Jean-Loup Savigny, directeur commercial d'Arval. « Le segment M2, très important, est le plus compliqué à travailler du fait de la très grande offre disponible, même si les constructeurs «exotiques» ont beaucoup de mal à pénétrer le marché entreprise. » La clientèle reste très sensible à l'effet nouveauté et privilégie des motorisations à faibles niveaux d'émission de CO2. «La grande tendance est à la baisse de la motorisation, pour des raisons fiscales liées à la TVS, compensée pour l'utilisateur par un meilleur niveau d'équipements de confort. Il ne faut pas perdre de vue que ce type de voiture reste un élément fort de fidélisation des collaborateurs ; il ne faut pas trop décevoir les utilisateurs », explique Jean-Loup Savigny.
«Les constructeurs ont fait beaucoup d'efforts pour abaisser les seuils d'émission de CO2. Désormais, nos clients se doivent de raisonner en TCO (Total cost of ownership) et prendre en compte tous les coûts de détention d'un véhicule », confirme Joanic Tronquet. « Le niveau d'émission de CO2 a un impact direct sur le TCO. Une fiscalité favorable peut attirer de nombreuses entreprises. De ce point de vue, les nouveaux modèles, profitant d'évolutions techniques favorables à la réduction des émissions de CO2, disposent d'un attrait supérieur, expliquant en partie l'intérêt des clients pour les nouveaux modèles », conclut Jean-François Chanal.

Jean-François Chanal, ALD Automotive

Jean-François Chanal, ALD Automotive

Joanic Tronquet, Leaseplan

Joanic Tronquet, Leaseplan

Mot clés :

Guillaume Geneste