Mon compte Devenir membre Newsletters

Des entreprises toujours plus vertes

Publié le par

Pour favoriser le bien-être de leurs collaborateurs et visiteurs, les grandes sociétés n'hésitent pas à investir dans le «vert». Murs végétaux, plantes dépolluantes de bureau, cloisons ou encore toitures végétalisées font partie des aménagements paysagers intérieurs et extérieurs privilégiés par les entreprises. Tour d'horizon.

Les murs peuvent être équipés d'un réseau de gaines à goutteurs, connecté à une station de contrôle qui assure les apports en eau et en nutriment (ici, le mur végétal du siège social de Casino, à Saint-Etienne).

@ JARDIN DE GALLY

Les murs peuvent être équipés d'un réseau de gaines à goutteurs, connecté à une station de contrôle qui assure les apports en eau et en nutriment (ici, le mur végétal du siège social de Casino, à Saint-Etienne).

Malgré le contexte économique actuel, les entreprises accordent toujours de l'importance au végétal en faisant appel à des prestataires pour mettre en place ou entretenir leurs espaces verts. «Pour le moment, notre activité n'est impactée que par les entreprises de secteurs en crise comme l'automobile, souligne Xavier Laureau, directeur général des Jardins de Gally. Nos autres donneurs d'ordres ne remettent pas en cause leurs dépenses dans les aménagements paysagers.»

De nombreux groupes considèrent, en effet, les espaces verts comme étant «une vraie valeur ajoutée en termes de cadre de vie, agréable pour les salariés», précise Xavier Laureau. Un avis partagé par Emmanuel Mony, président de l'Union nationale des entrepreneurs du paysage (Unep): «La présence de verdure contribue, d'une part, au bien-être du personnel, car la seule vue de plantes provoque une baisse de la pression artérielle et donc du niveau du stress. D'autre part, l'aménagement d'espaces paysagers améliore l'image de marque de l'entreprise.» Et si les services généraux ne sont pas encore prescripteurs, les directions générales sont de plus en plus sensibles à ces arguments.

Des halls d'accueil luxuriants

A la fois esthétiques et écologiques, les murs végétaux et les grands bacs contenant des plantes sont des éléments décoratifs très prisés par les entreprises, qui souhaitent aménager leurs halls d'entrée.

Certaines grandes entreprises ou enseignes telles que Casino ont choisi d'aménager leur hall d'accueil avec des murs végétaux. Ces derniers se présentent sous forme d'un tableau conçu comme une oeuvre d'art et comportent différents types de plantes comme le lierre. Si les murs végétaux se veulent être des éléments esthétiques de décor, ils coûtent cher, «entre 700 et 1 000 euros HT le mètre carré», précise Xavier Laureau (Jardins de Gally), et présentent des contraintes importantes au niveau de la maintenance. Par exemple, il est nécessaire que ces murs soient arrosés régulièrement.

Outre les parois végétales, de nombreuses sociétés installent de grands bacs contenant des plantes au feuillage persistant de type ficus ou elastica, voire un palmier, pour apporter une touche végétale à leur hall d'accueil. Côté prix, «un bac contenant des végétaux coûte entre 150 et 220 euros HT à l'achat», explique Olivier Bedouelle (Vertdéco).

Xavier Laureau, Jardins de Gally

« Les murs végétaux coûtent entre 700 et 1 000 euros HT le mètre carré. »

Les plantes réduisent le stress au travail

Les entreprises du végétal proposent aux donneurs d'ordres d'aménager les bureaux de leurs collaborateurs avec des plantes vertes et des cloisons végétales. Objectifs: faire baisser l'absentéisme et améliorer la productivité.

L'installation de plantes vertes dans les bureaux permet de diminuer fortement le nombre d'arrêts maladie consécutifs à des troubles de santé (gorge sèche, maux de tête, fatigue, toux chronique...), selon Christel Van Capelleveen, coordinateur du projet Plantes vertes et santé au travail chez Nigz-Work & HealthInstitut néerlandais spécialisé dans la promotion de la santé au travail. Ces affections résultent notamment de la présence de substances nocives dégagées par le matériel informatique et les matériaux de construction ainsi que d'un air trop sec.

Pour lutter contre ces troubles, il existe des plantes dépolluantes, comme le ficus à petites feuilles (micro-carpa ginseng), capables d'absorber et de dégrader les particules de formaldéhyde, de xylène et d'ammoniac. Il est également possible d'installer des cloisons végétalisées à base de plantes artificielles et de branches de bambou placées entre deux parois de verre. «En diminuant le stress au travail, la présence de plantes optimise la productivité des salariés de 10 à 15%», affirme Emmanuel Mony (Unep).

L'entretien des plantes est primordial lors de l'achat. Certaines espèces nécessitent peu d'arrosage comme les zamioculcas (à gauche) et les crassula ovata (à droite).

@ VERTDECO

L'entretien des plantes est primordial lors de l'achat. Certaines espèces nécessitent peu d'arrosage comme les zamioculcas (à gauche) et les crassula ovata (à droite).

La toiture végétalisée, une technique d'avenir

Végétaliser la toiture de son bâtiment présente des avantages indéniables pour les entreprises en termes d'isolation thermique et d'évacuation des eaux. Cette technique, encore peu répandue en France, se développe progressivement.

Bien que la sauvegarde de l'environnement (accords de Kyoto, Grenelle de l'environnement) soit inscrite comme une priorité dans l'Hexagone, les entreprises françaises ont encore peu recours aux techniques de végétalisation des toits. Celle-ci consiste à recouvrir le toit des bâtiments de différentes sortes de végétaux (sédums, plantes herbacées, grasse ou de rocaille). Mais, dans ce domaine, la France tend à rattraper son retard sur ses homologues européens, et notamment allemands.

Selon l'Association pour le développement et l'innovation en végétalisation extensive de toiture (Adivet), le nombre de toitures végétalisées extensive (TVE) - qui recouvrent les bâtiments de différentes sortes de végétaux - est passé de 65 000 à 300 000 m2 entre 2002 et 2006. A l'horizon 2010, les TVE pourraient représenter 1 million de m2. Dans ce secteur, les donneurs d'ordres se partagent entre une majorité d'acteurs publics (75%) et des entreprises privées (25%). Celles-ci optent pour une toiture végéta- lisée car cela s'inscrit souvent dans une démarche de Haute qualité environnementale (HQE) permettant une amélioration de la qualité de l'air (diminution des taux de CO2...), une filtration et une épuration biologique des eaux de pluies, de même qu'une meilleure isolation thermique. Il fait ainsi moins chaud en été et moins froid en hiver. En outre, les toitures végétalisées contribuent à l'augmentation de la superficie d'espaces verts, ainsi qu'à u ne protection de la biodiversité (ces toits offrent des habitats à la vie sauvage). Seul inconvénient, le prix. «Pour une toiture végétalisée, il faut compter entre 120 et 200 euros HT le mètre carré», conclut Olivier Bedouelle (Vertdéco).

Olivier Bedouelle, Vertdéco

« Pour une toiture végétalisée, il faut compter entre 120 et 200 euros HT le mètre carré. »

Syngenta fait la part belle aux plantes

Le groupe spécialisé dans l'agro-industrie accorde une place de choix au végétal. Aux trois étages de son siège parisien, il a installé de nombreux bacs de couleur et de formes variées contenant tous des plantes différentes.

Henry Dadon, Syngenta

« Notre prestataire intervient deux fois par mois pour arroser, tailler et remplacer, si nécessaire, nos plantes. »

Au sein de Syngenta, les plantes occupent une place privilégiée. «Elles rappellent notre raison d'être, souligne Laurent Péron, directeur de la communication de Syngenta. Nous sommes un groupe dédié à l'agriculture. Nous créons, développons et mettons sur le marché des produits pour protéger les plantes ainsi que des semences pour les professionnels.» En effet, Syngenta a installé environ 70 bacs dans son immeuble. Ces bacs sont également de différentes couleurs, conformément à la charte graphique de Syngenta. Ainsi, au premier étage, les bacs sont verts. Au deuxième, ils sont orange. Enfin, au troisième, les pots sont bleus. En plus de ces couleurs spécifiques, leurs formes sont rectangulaires, rondes ou carrées. Ils comportent différentes plantes vertes (beaucarnea), arbustes (dracaena/dragonnier) et palmiers d'intérieur (kentia). «Les plantes apportent une touche de couleur, souligne Laurent Péron. Nous avons également mis en place des cloisons en verre dans les bureaux pour gagner en luminosité et ainsi contribuer au bien-être de nos collaborateurs.»

Un investissement de 13 000 euros HT

En avril 2008, Syngenta a lancé un appel d'offres pour choisir le prestataire chargé de l'aménagement paysager. Parmi les trois candidats sélectionnés, c'est Vertdéco qui a remporté le contrat. «Lorsqu'ils sont venus sur notre site, les commerciaux de Vertdéco ont fait preuve de créativité et de proactivité (écoute et analyse besoins client), en nous proposant d'adopter des bacs de couleur qui respectent notre charte graphique, explique Henry Dadon, directeur achats de Syngenta. Ils ont conçu un aménagement fl oral qui s'inscrit dans la dynamique que nous souhaitions insuffler à notre entreprise.» Dans le cadre de son contrat avec Vertdéco, Syngenta a investi environ 13 000 euros HT dans l'achat de bacs et de plantes. «Nous avons également passé un contrat de maintenance de 700 euros HT par mois avec notre prestataire. Ce dernier intervient ainsi deux fois par mois sur notre site pour entretenir nos plantes, afin qu'elles soient toujours en excellent état», conclut Henry Dadon.

Syngenta

ACTIVITE
Groupe spécialisé dans l'agro-industrie
CHIFFRE D'AFFAIRES 2007 FRANCE (AGROCHIMIE, HORS SEMENCES) 345 millions d'euros
EFFECTIF GLOBAL 350 collaborateurs
VOLUME D'ACHAT BIENS ET SERVICES 2007 20 millions d'euros
EFFECTIF SERVICE ACHAT FRANCE (AGROCHIMIE) 5 collaborateurs