Mon compte Devenir membre Newsletters

Des biocarburants pas si verts

Publié le par

L'OVE a réalisé une série de tests pour comparer les émissions de polluants du bioéthanol et du biodiesel avec celles de l'essence et du diesel. Les résultats sont surprenants.

Seule l'émission de monoxyde de carbone est nettement diminuée lorsqu'on utilise un carburant vert sur un moteur essence. Pour les moteurs diesel, et s'agissant des autres polluants, la différence n'est pas si flagrante. C'est ce qui ressort de la dernière étude menée par l'Observatoire du véhicule d'entreprise (OVE). Un véhicule flex fuel - qui peut utiliser plusieurs types de carburant - et un véhicule diesel équivalent en puissance et en cylindrée ont permis à l'Observatoire de comparer l'essence ordinaire avec le bioéthanol E85 (85% d'éthanol et 15% d'essence sans plomb), mais aussi le gasoil avec le biodiesel B30 (30% d'ester de colza et 70% de gasoil de référence). Plusieurs indicateurs ont été observés: les émissions de monoxyde de carbone, d'hydrocarbures à brûler, d'oxydes d'azote et de dioxyde de carbone, ainsi que la consommation.

Pour le véhicule flex fuel, l'E85 permet une diminution d'environ 50% des émissions de monoxyde d'azote, alors que l'OVE ne note pas de différence de taille entre le diesel et le biodiesel B30. S'agissant des hydrocarbures à brûler, les émissions croissent d'environ 10% avec l'E85. L'utilisation de celui-ci n'a en revanche pas d'incidence sur les émissions d'oxydes d'azote, alors qu'elles augmentent de 10% avec le biodiesel B30. Quant aux émissions de CO2, elles sont un peu plus faibles avec le bioéthanol. En ce qui concerne la consommation, diesel et biodiesel affichent des niveaux quasi identiques. En revanche, celle de l'E85 est nettement augmentée par rapport à l'essence sans plomb de référence, de l'ordre de 30%. Toutefois, avec des niveaux de prix au litre bien inférieurs, l'E85 reste une option intéressante selon l'OVE.