Mon compte Devenir membre Newsletters

Dépenser plus pour économiser plus

Publié le par

Les investissements technologiques supérieurs de 7 % à la moyenne des entreprises permettraient aux services achats de réduire de 25% leurs dépenses. Tel est l'un des nombreux constats révélés par une étude réalisée par Hackett Group sur les meilleures pratiques en matière de dépenses informatiques.

Selon l'étude annuelle de Hackett Group, société spécialisée dans les études de benchmarking, les services informatiques des entreprises les plus performantes, les «World Class Hackett Group», dépensent 7 % de plus que les autres dans les nouvelles technologies. Cependant, Hackett Group estime qu'elles rentrent largement dans leurs frais, car ces investissements contribuent à l'amélioration des performances dans les départements finance, achats, RH et autres fonctions de back-office. Cette analyse, portant sur une base d'étude de 2100 grandes entreprises internationales, dont 81 françaises, établit une corrélation mathématique entre l'augmentation des dépenses informatiques et la réduction des coûts des autres fonctions support. Rien de plus logique, selon Eric Dorr, analyste en chef chez Hackett: «En choisissant de pousser ses investissements informatiques, une entreprise ne peut que générer des bénéfices au- delà de ses investissements de départ et entraîner des baisses significatives des coûts de fonctionnement de ses services administratifs et généraux.» Et vice-versa: «86% des sociétés qui sont excellentes sur deux fonctions parmi les ventes, services généraux et services administratifs, sont les plus performantes en matière d'informatique.»

Scott Holland, Hackett Group

«Les investissements informatiques accompagnent la mise en place de nouveaux process de performance dans l'ensemble des départements de l'entreprise.»

Les financiers ne sont pas en reste

 

Cette tendance a été observée depuis 2005 et représente le seul poste dans lequel les entreprises dites «World Class» dépensent davantage que leurs pairs. «Tandis que de nombreuses entreprises sacrifient leurs budgets informatiques, celles qui occupent pour nous le rang World Class investissent dans des projets informatiques de façon sélective. Ces investissements accompagnent la mise en place de nouveaux process de performance dans tous les départements de l'entreprise», commente Scott Holland, analyste senior chez Hackett Group.

Par exemple, dans les départements financiers, les sociétés «World Class» sont en mesure d'éditer plus de 57% de factures électroniques en plus, ce qui permet de réduire les erreurs de facturation de moitié, de réduire le nombre de jours de règlement et d'augmenter ainsi le niveau de cash flow. Les effets de ce «surinvestissement» informatique se traduisent également dans les services achats, qui traitent 36 % de commandes en plus et réduisent leurs coûts de gestion de moitié. De leur côté, les coûts de gestion RH des sociétés «World Class» se révèlent 13% plus bas par employé. Il apparaît également que ces mêmes entreprises emploient 15% de personnel en moins pour y parvenir. Elles sont en mesure de trouver les bonnes personnes aux postes de cadres dirigeants 10% plus rapidement que les autres. Enfin, elles sont trois fois plus utilisatrices d'outils d'accès en ligne aux services de santé et de prévoyance.

Si la précision de ces chiffres peut laisser dubitatif, les conclusions de cette étude ne sont pas vraiment de bonnes nouvelles pour certaines directions achats, qui s'escriment à prouver que dépenser mieux ne veut pas forcément dire dépenser plus.

Les gains par fonction support

Pour un investissement technologique, 7 % supérieur à la moyenne des entreprises, les économies réalisées par fonction sont les suivantes:


SERVICES FINANCIERS
- 57% de factures électroniques en plus
- Erreurs de facturation divisées par deux


SERVICES ACHATS
- 36% de commandes traitées en plus
- Réduction de moitié des coûts de gestion


SERVICES RESSOURCES HUMAINES
- Coût de gestion réduit de 13% par employé
- Recrutement de cadres supérieurs 10% plus vite