Mon compte Devenir membre Newsletters

Collectivités: sécurité à tout prix pour les aires de jeux

Publié le par

En plastique ou en bois, les aires de jeux font partie des équipements publics réclamés par les Français, dans leur commune. Et les collectivités placent la sécurité en tête de liste. Sur quels points, les acheteurs doivent-ils se montrer vigilants? Et quelles tendances émergent sur ce marché? Décryptage.

 

@ FOTOLIA / DURIS GUILLAUME

@ FOTOLIA / PHILIPPE DEVANNE

On ne badine pas avec la sécurité des enfants. Ainsi, les collectivités doivent-elles respecter des cahiers de charges très stricts pour l'achat de jeux d'enfants (toboggans, balançoires, portiques... ) installés dans les jardins publics ou les écoles. Ces équipements doivent être rigoureusement conformes à la réglementation en vigueur et en particulier aux articles L 212-1 et L 221-1 du code de la consommation et à leurs décrets d'application. Les acheteurs des collectivités doivent renouveler la passation de marchés tous les 5 à 7 ans en fonction de la durée de vie des équipements, de la maintenance, etc. Leur principal critère? La sécurité bien sûr, qui passe notamment par des spécifications sur la hauteur de chute des éléments ainsi que sur la présence de sols amortissants.

De nouvelles tendances de marché

En matière de prévention des risques, certaines tendances se dessinent. Les sols synthétiques se substituent au sable, jugé non hygiénique et difficile à entretenir. Pour Morgan Guerin, chef de produits aires de jeux et services techniques chez Camif Collectivités: « Les sols dits « coulés» (sorte de résine chauffée) s'avèrent plus résistants que les dalles ». Côté jeux, les «toiles d'araignée» envahissent les cours de récréation aux dépens des balançoires ou des cages «d'écureuil», considérées trop dangereuses pour les enfants. Les bambins encourent moins de risques dans ces toiles en fils qui les retiennent en cas de chute. Une autre règle s'impose: les zones de sécurité autour de la balançoire, du toboggan ou du tourniquet, par exemple, doivent être délimitées distinctement pour qu'en cas de chute, les enfants ne se blessent pas entre eux.

Enfin, les acheteurs de collectivités ont à disposition une off re de plus en plus large, pour tous les publics, y compris pour les jeunes handicapés. Camif Collectivités développe ainsi des gammes, adaptées aux instituts médico-éducatifs. « Des rampes d'accès pour les enfants en fauteuil, des jeux à ressort solidifiés pour supporter des poids de plus de 70 kg ou encore des parcours vibratoires composés d'éléments tactiles pour donner des sensations aux jeunes aveugles se développent », commente Morgan Guerin, chef de produits Camif Collectivités.

Julien Louvet, Mairie de Blagnac

Julien Louvet, Mairie de Blagnac

Témoignage

« La société de maintenance assure la traçabilité des réparations grâce à des puces informatiques »


Pour un appel d'offres, clos en janvier 2011, « nous avons décidé de constituer cinq lots distincts pour diversifier les fournisseurs, en précisant le matériau souhaité (métal ou bois...) », explique Julien Louvet, acheteur à la mairie de Blagnac. Ainsi, pour un parc au Ritouret (lot n°1), avec des installations pour les 2-6 ans et les 4-10 ans, la mairie a souhaité une structure en bois pour mieux intégrer l'aire de jeux dans le paysage ainsi qu'une rampe d'accès pour handicapés, le tout complété par des activités au ras du sol. Pour un budget de 70 000 euros HT, la société Proludic a remporté le marché. Le lot n°2 concernait des jeux pour les 2-6 ans dans un quartier résidentiel du parc Montaigne. « Pour cette aire de proximité, qui n'est pas contrôlée au quotidien, nous avons privilégié une gamme en métal car elle est jugée plus solide et plus facile d'entretien », commente l'acheteur.
Ideal jeux (Husson) a remporté ce marché de 19 000 euros HT. Le lot n°3 concernait un parcours sportif en bois (agrès, filets, cordes) destiné aux 4-10 ans. Ce budget de 21 000 euros HT a été confié à la société Koala. Quant au lot n°4, il comportait un sol amortissant en copeaux de bois. La raison? Cette aire de jeux pour les 2-6 ans est située près d'espaces où jardinent les parents. Là encore, Ideal jeux a remporté le marché d'une valeur de 21 000 euros HT.
Enfin, le prestataire Loisirs diffusion a remporté le cinquième et dernier lot d'un montant de 12 000 euros HT. Et la maintenance? « Nous avons opté pour une société unique de maintenance. Celle-ci utilise un logiciel informatique avec des puces installées sur chaque site pour une meilleure traçabilité des réparations à effectuer », conclut Julien Louvet.

Mairie de Blagnac

NOMBRE D'HABITANTS: 21 000
EFFECTIFS ACHATS (NOMBRE DACHETEURS): 60 responsables de familles d'achats, dont 4 acheteurs qui se consacrent exclusivement à cette mission
BUDGET DE LA VILLE: environ 85 millions d'euros

Des activités pédagogiques pour chaque âge

Outre la sécurité les communes prennent en compte d'autres critères de sélection. Parmi eux, figure en bonne place la capacité d'accueil des aires de jeux. Recevoir une dizaine d'enfants ou une cinquantaine peut modifier considérablement l'aménagement d'un tel espace. Les collectivités peuvent également préciser les activités pédagogiques qu'elles souhaitent mettre en place pour les jeunes enfants. Mentionner les termes «ramper, se balancer, glisser» dans le cahier des charges requerra respectivement l'installation de parcours découvertes, de balançoires, ou encore de toboggans. Enfin, le choix dépend de l'âge des enfants concernés par ces installations. Ainsi, les jeux existent en trois tranches d'âge, soit pour la crèche (enfants de moins de 2 ans), les 2-6 ans et les 6-12 ans. « Les jeux pour les 2-6 ans représentent la plus grosse part du marché, précise Morgan Guerin. La tranche d' âge des 6-12 ans concerne majoritairement les grandes villes. » Quant au choix des matériaux, il est capital pour assurer l'entretien des aires de jeux. A côté des produits en bois classique, le polyéthylène, dérivé du plastique, a fait son entrée récemment sur le marché. L'aluminium, plus onéreux, est davantage utilisé dans les zones urbaines. « Le critère développement durable prend de plus en plus d'importance. Des labels PEFC et FSC sont apposés sur les complexes en bois certifiant qu'ils proviennent de forêts gérées durablement», confirme Morgan Guerin.

Morgan Guerin, Camif Collectivités

« Le critère développement durable prend de plus en plus d'importance. »

Maintenance: faire appel à des prestataires spécialisés

La sécurité des aires collectives de jeux passe obligatoirement par un entretien des sites et par une maintenance des équipements. Il est recommandé de signer un contrat de maintenance avec un prestataire extérieur. « Ces opérations peuvent être complexes et ne s'improvisent pas », explique Frédéric Magnan, directeur de la commande publique de la ville de Saint-Germain-en-Laye (78). «Elles passent par la constitution d'un dossier de base pour chaque aire de jeux, l élaboration d'un plan prévisionnel des interventions à effectuer et l'organisation d'inspections régulières avec la tenue d'un registre attestant ces visites», poursuit-il.

Si nécessaire, un prestataire est sollicité sur la réparation. « Pour la maintenance des aires de jeux, nous passons un marché à bon de commande classique tous les quatre ans. Le cahier des charges impose un délai d'intervention rapide sur les installations. Enfin, tous les ans, un appel d'offres est réalisé pour retenir un bureau d'études chargé de l'audit de ces équipements comme le préconise la réglementation », détaille Frédéric Magnan. Preuve que les collectivités, une fois encore, ne s'amusent pas avec la sécurité de ces installations.

Mot clés :

Marie-Amélie Fenoll