Mon compte Devenir membre Newsletters

Cadeaux d'affaires: misez sur les arts culinaires

Publié le par

Cadeaux d'affaires par excellence, les produits de bouche sont très prisés par les entreprises. Leur atout majeur: plaire au plus grand nombre, hommes et femmes, toutes générations confondues. En termes de gastronomie, les mots d'ordre pour cette rentrée 2011 sont qualité et originalité.

 

Pour flatter les papilles, optez pour la «boîte 100 % gourmandises» des Comptoirs Richard. Prix: 39 euros HT.

Pour flatter les papilles, optez pour la «boîte 100 % gourmandises» des Comptoirs Richard. Prix: 39 euros HT.

Étonnants, les artisans chocolatiers le sont et proposent des créations inattendues. A mille lieues des traditionnels ballotins... C'est le cas de Jadis et Gourmande qui développe, en cette rentrée, un nouveau type de personnalisation: l'impression sur chocolat. « Le but de ce procédé est de jouer sur les couleurs et pouvoir reproduire, par exemple, un logo ou les visuels d'une campagne de communication, explique Domytile d'Eliassy, directrice du département cadeaux d'affaires du chocolatier. Les couleurs sont réalisées à partir de beurre de cacao et de colorants naturels. » L'impression est réalisable sur des tablettes de chocolat (lait, blanc ou noir) allant de 70 g à 500 g, mais également sur des objets originaux en chocolat confectionnés par le producteur d'idées en chocolat (CD, bouteilles, agendas, portables, outils, etc.).

Côté tarifs, comptez, par exemple, 11,50 euros HT la tablette de 120 g avec impression, pour une commande de 200 plaques. Connu également pour sa technique de gravure sur chocolat et ses plaques décorées d'un «merci», le chocolatier élargit son off re et propose, trois nouveaux messages: «bienvenue», «bonne année» et «joyeuses fêtes». Pour un étui de quatre plaques gravées de 120 g, comptez 3,46 euros HT. La boîte comprenant six tablettes gravées de 120 g assorties de dragées chocolatées est au prix de 9,95 euros HT.

Toujours au chapitre des plaisirs sucrés...

Les Comptoirs Richard sont connus pour leurs compositions associant douceurs sucrées, chocolat, thé et café et pour leur sélection de produits naturels. Pour cette rentrée, l'enseigne reste fidèle à ses engagements au travers de deux nouveautés.

La première: un coffret baptisé «Autour du commerce équitable» au prix de 62 euros HT. Présenté dans un emballage en carton, il comprend un ensemble de produits bio, une poche de tisanes assorties, un miel de tilleul, du gingembre doux à croquer, des biscuits au sésame, de la pâte à tartiner chocolat noir et noisette, du café moulu Colombie Kachalou, des biscuits au chocolat, du cacao nature, une tablette chocolat Madagascar, un étui de six bâtons candy roux/blanc, des tuiles et une gourmandise des Comptoirs Richard (une recette traditionnelle de confiture au chaudron élaborée par un maître artisan).

Une nouvelle boîte gourmande intitulée «boîte 100 % gourmandises» au prix de 39 euros HT contient, elle, un assortiment de douceurs issues pour la plupart de productions locales: caramels fondants à la fleur de sel, nougats de Montélimar, mini-calissons d'Aix, pâtes de fruits et tendres cubes de guimauve légèrement aromatisée à la fleur d'oranger. A noter que la boîte en métal couleur taupe comporte une zone en ardoise qui permet d'inscrire un message à l'attention de son destinataire.

Autres saveurs à découvrir du côté de la Grive et l 'Olivier qui ajoute régulièrement à son catalogue de nouveaux coffrets salés chics et «tendance». « Notre objectif est de surprendre nos clients grâce à nos produits et à leur contenant », indique Muriel Roudières, en charge du marketing. C'est à nouveau vrai cette année avec le lancement de deux nouvelles collections. La première s'intitule «Les bourriches du goût» et propose des compositions de produits français et raffinés, présentés dans des bourriches en bois «made in France». Au choix, quatre thèmes: «plutôt nature», «plutôt Sud», «plutôt chic» et «plutôt terroir». Les prix varient entre 20 et 80 euros HT. Comptez 57,87 euros HT pour une bourriche «plutôt chic» baptisée «Fêtes gourmandes», comprenant un Bordeaux blanc moelleux des Hauts de Garmont, un foie gras de canard entier, deux pots de confiture (de cerises et d'abricots du Roussillon bio), un bocal de choc'olives, un ballotin de velours du Roussillon à la crème catalane, une réglette de pâte de fruits et un bocal d'abricots au muscat.

Nommée «L'Italie en barrique», la seconde collection invite à la découverte de la gastronomie italienne. Au menu, douze barriques - petits pots de peinture transparents en plastique et métal très design - à l'intérieur desquelles sont proposés tous les ingrédients et ustensiles nécessaires pour réaliser d'une main de maître les meilleures spécialités italiennes. Comptez de 23 euros HT à 46 euros HT la barrique. Pour exemple, la barrique «Pizza» facturée 43,90 euros HT contient un fl acon d'huile d'olive vierge extra ail et tomate, un sachet de farine à pizza, un bocal de sauce tomate, un pot d'origan, un pot de câpres, un livret de recettes et un coupe pizza. Sont aussi proposées les barriques «Risotto», «Pasta», «Truffe», «Bruschetta», «Dolcetoscana», «Barbecue poisson», etc. De quoi mettre l'eau à la bouche de vos clients et/ou collaborateurs.

Tradition française modernisée

Maison de renom spécialisée dans l'épicerie fi ne de luxe, Fauchon a pris le parti de se renouveler et sort un tout nouveau catalogue de cadeaux d'affaires. « Nous avons repensé la sélection de nos produits et la composition de nos coffrets pour répondre au plus près aux attentes des entreprises qui, par le cadeau d'affaires, ont pour objectif de fidéliser et de récompenser leurs clients, fournisseurs et salariés », précise Diana Gob, responsable B to B. Parmi les nouveautés, des coffrets baptisés « Expérience gastronomique à la française» qui se déclinent sous différentes versions. La version «mini» au tarif de 30 euros HT, comprenant, tout en mini, un sac, un thé parfumé, un foie gras, des biscuits au beurre et aux trois chocolats et une confiture. A 80 euros HT, la version chic propose un champagne Fauchon, un feuilleté au parmesan, un minitoast brioché, une crème de chèvre et basilic, une terrine de pintade aux pommes, une gaufrette citron poivre, une flûte de sésame étui, une tapenade olives noires et des rillettes de saumon. Si vous voulez marquer la mémoire du destinataire par un cadeau d'exception, la version grandiose permet pour 500 euros HT le coffret, de déguster, entre autres, des écrins de 25 assortiments de chocolat, un foie gras de canard, une crème de champignons aux truffes, un kit confiture, un champagne rosé Fauchon et un miel toutes fleurs du Poitou-Charentes. Pour accompagner tous ces mets, un bon vin ou une bouteille de champagne sont les cadeaux ad hoc. Là aussi, des nouveautés sont à découvrir. A commencer par les vins doux naturels proposés par la société Vindemiatrix avec sa gamme «Grain de lune». Des crus de prestige peu connus du grand public et qui présentent de nombreux atouts. Concentrée essentiellement autour de la Méditerranée (Pyrénées orientales, Hérault, Aude, Vaucluse et Corse), la production de ces vins doux naturels repose sur un procédé spécifique: le mutage. La fermentation alcoolique est alors stoppée par addition d'alcool vinique neutre, ce qui augmente le taux d'alcoolémie du vin tout en conservant une grande partie des sucres naturels du raisin. « Sur les onze zones de production qui existent aujourd'hui autour du bassin méditerranéen, nous en présentons sept d'entre elles dans notre catalogue », souligne Christophe Nousbam, directeur commercial de Vindemiatrix. A déguster: le muscat de Beaumes de Venise, le Rivesaltes ambré, le Maury, le Rasteau rouge, etc. Pour un coffret de trois bouteilles de 37,5 cl, comptez 64,32 euros HT, ou, plus original, optez pour trois tubes en verre de 10 cl, à 16,08 euros HT. Sans oublier la collection «Mémoire vintage» qui propose de vieux millésimes, et depuis l'hiver dernier, le Rivesaltes années 1959, 1974 et 1989. Comptez là aussi 64,32 euros HT pour un coffret de trois bouteilles.

Côté champagne, la société Nicolas Feuillatte fête ses 35 ans et a conçu, pour l'occasion, la cuvée «Edition limitée» présentée dans une élégante bouteille parée d'un habit noir et de rayures bayadères (motif créé pour l'anniversaire de la marque). Nicolas Feuillatte a pensé à tout et propose, pour transporter cette cuvée spéciale, un ice-bag (seau à champagne nomade) au motif bayadère spécial 35 ans. Les tarifs: 25 euros HT pour une bouteille de champagne Nicolas Feuillatte brut édition limitée ou une bouteille Nicolas Feuillatte brut réserve particulière accompagnée de l'ice-bag édition limitée.

Vindemiatrix propose sa gamme «Grain de lune» qui se présente dans des tubes en verre de 10 cl. Prix: 16,08 euros HT.

Vindemiatrix propose sa gamme «Grain de lune» qui se présente dans des tubes en verre de 10 cl. Prix: 16,08 euros HT.

Pour ses 35 ans, Nicolas Feuillatte a conçu la cuvée «Edition limitée». Prix: 25 euros HT.

Pour ses 35 ans, Nicolas Feuillatte a conçu la cuvée «Edition limitée». Prix: 25 euros HT.

zoom Le régime fiscal des cadeaux d'affaires

Cet été, le législateur a introduit deux nouveautés dans le régime fiscal applicable aux cadeaux d'affaires. La première est relative au seuil des cadeaux de faible valeur. La seconde, plus générale, concerne la déductibilité des cadeaux d'affaires.
L'arrêté du 9 juin 201 1 modifie le seuil qui permettait de ne pas réintégrer les cadeaux de faible valeur au titre d'une livraison faite à soi-même, de déduire la TVA correspondante et de ne pas les porter sur le relevé des frais généraux. Ce seuil est passé de 60 à 65 euros.
Dans un arrêt du 21 février 201 1, le conseil d'Etat facilite la réintégration par l'administration fiscale des cadeaux d'affaires par deux critères non-cumulatifs. Il précise que les dépenses en cause peuvent être réintégrées, lorsqu'elles sont excessives, ou quand la preuve n'a pas été apportée qu'elles ont été engagées dans l'intérêt direct de l'entreprise. La Haute Juridiction renverse ici la charge de la preuve. L'administration conserve l'obligation de prouver que les dépenses sont excessives. Si elle n'y parvient pas, la réintégration restera possible toutes les fois que le contribuable ne sera pas en mesure de prouver que les dépenses remises en cause ont bien été faites dans l'intérêt de l'entreprise. A noter qu'il n'existe pas de restriction au niveau de la valeur unitaire des cadeaux, dès lors qu'elle reste «raisonnable» par rapport à la stratégie et la taille de l'entreprise. L'administration fiscale se réservant la liberté d'interpréter comme elle le souhaite la valeur d'un «cadeau raisonnable».

Mot clés : euro |

Emmanuelle Sampers, Laurent Baillard