Mon compte Devenir membre Newsletters

Alliances aériennes, au bénéfice de qui?

Publié le par

On comprend l'intérêt, pour les transporteurs aériens, d'unir leurs moyens commerciaux et logistiques au travers d'alliances à géométrie multidimensionnelle. Reste que des mises à niveau s'imposent pour le voyageur professionnel, notamment en matière de prestations de services.

Star Alliance, SkyTeam et One world sont les trois principales alliances de compagnies aériennes. A elles seules, elles couvrent plus de 50 % du trafic passager.

Le marché aérien se structure de plus en plus autour de ces accords de coopération non-exclusifs, c'est-à-dire qu'une compagnie appartenant à Star Alliance peut également mettre en place un accord bilatéral avec un transporteur aérien étiqueté SkyTeam.

L'intérêt des compagnies est, principalement, de maximiser la rentabilité et d'optimiser la gestion des services aux escales. Actuellement, et dans un souci d'économies, une entreprise de transport aérien centralise ses activités administratives et de maintenance sur une base, également appelée "hub" comme à Paris pour Air France ou à Francfort pour Lufthansa. Cependant, une compagnie peut gérer ces activités sur plusieurs hubs, même si leur nombre reste limité. Comme ces services aux escales coûtent plus chers, les alliances permettent donc de sous-traiter certaines tâches, par exemple l'enregistrement et la gestion des bagages, à prix très intéressants.

Autre avantage des alliances aériennes: la capacité à proposer des vols en partage de code. Un transporteur aérien intégré dans une union peut offrir des destinations qu'il ne desservait pas auparavant grâce à une structure partenaire; il s'agit alors de l'avion et du personnel de ce dernier. Avantage: enrichir le catalogue des liaisons proposées sans avoir à ouvrir de nouvelles routes.

@ ARNAUD OLSZAK

L'expert

Christophe Drezet est consultant au sein du cabinet de conseil Epsa, spécialisé dans les achats hors production et notamment les voyages d'affaires.

Et le voyageur dans tout ça?

Dans la pratique, qu'est-ce que cela apporte au consommateur final? Afin de promouvoir leur stratégie d'alliance, les compagnies aériennes ont misé sur l'aspect fidélisation. Un voyageur peut cumuler des "miles" avec toutes les compagnies d'une alliance. Ainsi, il optimise ses déplacements et conserve des conditions de fidélisation similaires.

Le confort du passager a lui aussi été maximisé puisqu'il a accès aux salons des compagnies partenaires. De plus, les formalités d'enregistrement et de transfert sont censées être facilitées. Le système de vol en partage de code permet d'offrir davantage de destinations associées à une fréquence plus élevée. Du point de vue de la relation commerciale, enfin, il est possible de négocier son contrat avec un seul et unique interlocuteur par alliance, ce qui facilite la tâche des entreprises.

La plus grande évolution attendue reste l'harmonisation des classes de réservation. Air France - KLM prévoit de procéder à une uniformisation de ses classes de réservation début 2011. Une évolution qui devrait rendre le marché aérien plus transparent et faciliterait le pilotable d'un point de vue achats.

Les clés

- Les trois principales alliances aériennes couvrent plus de 50 % du trafic - La sous-traitance des services aux escales par un partenaire de l'alliance permet à chaque transporteur aérien de réaliser des économies conséquentes - Quant aux destinations proposées aux voyageurs, leur nombre apparent et leurs fréquences s'accroissent mécaniquement. Pour l'entreprise, les alliances sont supposées simplifier la relation commerciale.

Christophe Drezet, consultant au sein du cabinet de conseil Epsa