Mon compte Devenir membre Newsletters

1,4 point de croissance en moins pour les entreprises en 2008

Publié le par

Selon Euler Hermes SFAC, la hausse des coûts d'achats répercutée dans les prix de vente a lourdement pénalisé les entreprises françaises en 2008.

L'automobile est le secteur où l'impact du choc des matières premières est le plus marquant.

@ P. JACOB / RENAULT

L'automobile est le secteur où l'impact du choc des matières premières est le plus marquant.

En 2008, le «choc» des matières premières va coûter en moyenne 1,4 point de croissance de marge aux entreprises françaises. Telle est la principale conclusion de Euler Hermes SFAC à travers son Observatoire de la conjoncture française. La dégradation de la rentabilité des entreprises est double et résulte tout d'abord de l'augmentation des coûts d'achats des entreprises, estimée à environ 23 milliards d'euros. Puis de la répercussion de cette augmentation dans les prix de vente, de l'ordre de 50% à 70%, d'où une baisse de la demande. Trois secteurs voient notamment leur marge finale particulièrement menacée: le transport aéronautique, l'électronique et la chimie. Pour d'autres secteurs, comme l'agroalimentaire, le transport routier ou l'énergie, la faible élasticité de la demande au prix permettront aux entreprises de rétablir progressivement leur marge sur 2009.

D'autres marchés seront amenés à se restructurer. «Nombre de secteurs doivent contrebalancer leur réduction de marge par des réductions de coûts, qui passent par des suppressions d'emplois ou des fermetures de sites de production», estime Karine Berger, directrice des études d'Euler Hermes SFAC. Le cas de l'automobile est, à ce stade, le plus illustratif: 10 000 pertes d'emplois en 2006 et 2007 pour les constructeurs et équipementiers, chiffre porté à plus de 8 000 sur le premier semestre 2008.