Mon compte Devenir membre Newsletters

« Un ouvrage militant pour les bonnes pratiques achats »

Publié le par

Olivier Menuet (SNCF) et Agnès Rambaud-Paquin (Des enjeux et des hommes) sont les coauteurs d'une étude sur les achats responsables. Le point avec eux sur cet ouvrage qui devrait faire date.

Pourquoi un tel ouvrage?

OLIVIER MENUET: Les achats responsables constituent un sujet d'une importance croissante. Nous avons voulu réaliser un travail de mise en perspective des enjeux liés à cette thématique et du rôle de l'acheteur en adoptant une approche opérationnelle. Les outils indicateurs de performance à déployer sont ainsi traités en détail. C'est aussi un ouvrage militant valorisant les bonnes pratiques achats au sein des entreprises. Nous avons inclus dans cet ouvrageLes Echos études: Achats responsables: mettre en oeuvre une stratégie opérationnelle Enjeux, bénéfices, best practices et facteurs clés de succès. 416 pages. Prix: 1 650 euros HT Renseignements: www.eurostaf.fr 15 études de cas et retours d'expériences d'entreprises (voir l'une d'entre elles en encadré) illustrant de nombreux secteurs d'activitéOnt participé à cette étude les entreprises suivantes Accor, Alstom, Bouygues Telecom, ECPAR Québec, Eiffage, General Electric, L'Occitane, LOréal, La Poste, Outilacier, Renault, SNCF, Sodexo, Veolia Environnement et la ville de Lyon.. Toutes ces entreprises ont accepté de jouer le jeu et nous ont fourni de précieux témoignages opérationnels.

AGNÈS RAMBAUD-PAQUIN: Cet ouvrage vient combler un véritable manque: s'il y a pléthore d'initiatives dans le domaine des achats responsables, il n'y avait pas pour autant un ouvrage les recensant de façon exhaustive et donnant des repères et des outils opérationnels pour conduire le changement au niveau de la fonction achats et des acheteurs. En rédigeant ces pages, notre souci a été de mettre en perspective ces initiatives pour aider entreprises et cabinets de conseil dans leur pratique professionnelle au quotidien.

Olivier Menuet, SNCF

«Le soutien des dirigeants à un haut niveau de l'entreprise est un prérequis pour assurer le succès d'une politique d'achats responsables. »

Quelle est votre vision des achats responsables?

AGNÈS RAMBAUD-PAQUIN: Même si les entreprises ont fait des progrès dans ce domaine, le changement reste, à mon avis, à conduire au niveau des salariés. Le sujet est d'autant plus complexe qu'il invite les acheteurs à s'interroger sur des pratiques bien ancrées. L'ignorer peut entraîner à terme un échec des démarches engagées par la filière.

OLIVIER MENUET: Début 2003, j'ai ressenti le besoin de redonner du sens à mon métier. Il me semblait que l'on pouvait faire beaucoup mieux, notamment en matière de construction d'une véritable relation fournisseurs. Je crois énormément dans la force et la puissance du réseau. C'est pour cela qu'avec cette étude, nous avons voulu faire émerger le travail de pionniers afin que les personnes à qui l'on demande aujourd'hui dans les entreprises de s'atteler aux achats responsables puissent gagner du temps dans la mise en place de leurs actions.

Quel est votre regard sur le rôle de l'acheteur?

AGNÈS RAMBAUD-PAQUIN: C'est à un travail de réflexion en profondeur que nous invitons les acheteurs. Sans ce travail, impossible de traduire le développement durable et la RSE dans les métiers et les étapes du processus achats. Il ne s'agit pas uniquement de diffuser des outils ou des connaissances sur l'écoconception des produits ou les labels... La posture de l'acheteur doit être au coeur de cette réflexion: sa relation aux donneurs d'ordres comme aux fournisseurs. Cela nécessite aussi que l'évolution de la mission soit clarifiée auprès de son N+1. Il faut faire évoluer les pratiques achats actuelles en les adossant à un système de pilotage par objectifs fondés sur une batterie de nouveaux indicateurs que les lecteurs peuvent 'retrouver dans notre ouvrage.

OLIVIER MENUET: L'acheteur sur le terrain se retrouvera dans les témoignages que nous avons recueillis car c'est son point de vue que nous donnons. Les actions décrites dans l'ouvrage se situent au coeur des entreprises et de leurs processus. L'aspect pratico-pratique n'a pas été négligé, loin de là, car tout doit se faire sur le terrain ; nous avons notamment résumé en 14 points les facteurs-clés du succès d'une politique d'achats responsables bien déployée et cultivée au fil du temps.

Pouvez-vous citer quelques exemples?

AGNÈS RAMBAUD-PAQUIN: Je pense notamment à la relation entre acheteurs et fournisseurs qui devrait être beaucoup plus co-construite et cela sur le long terme. Les achats responsables rapportent plus qu'ils ne coûtent et il faut en apporter la démonstration en interne, dans les entreprises. Il [peut être utile de travailler sur le sujet avec un expert en capital immatériel.

OLIVIER MENUET: Le soutien des dirigeants à un haut niveau de l'entreprise est un prérequis pour assurer le succès d'une politique d'achats responsables. Une équipe doit y être dédiée. Il est clair que ce n'est pas en y consacrant 30 minutes par-ci par-là que l'on peut y parvenir. Ce qui signifie aussi des efforts en termes de formation pour que les collaborateurs d'une entreprise montent en compétences sur le sujet. Les fournisseurs sont pour moi la partie externe des achats. En ce sens, nous sommes des managers des ressources externes. Nous devons connaître leurs propres objectifs en termes de développement durable et leur donner des objectifs à moyen et long termes en conséquence. Acheteurs et fournisseurs doivent inscrire leur démarche dans une vision systémique, à l'intérieur d'un écosystème.

Pierre-Yves Lévy, président d'Outilacier

Pierre-Yves Lévy, président d'Outilacier

Témoignage: « L'entreprise doit disposer d'éléments permettant de valoriser sa démarche d'achats responsables »

« Afin de démontrer la pertinence et la compétitivité économique globale d'une pratique d'achats responsables, son déploiement doit être corrélé à la mise en place d'une politique d'achat en TCO avec une analyse de la valeur intégrant une démarche du juste besoin au juste prix, explique Pierre-Yves Lévy, président d'Outilacier, spécialisée dans l'outillage et les fournitures industrielles. Il faut aussi y adjoindre une communication interne et externe, permettant de valoriser le travail des équipes achats, en y impliquant l'ensemble des collaborateurs de l'entreprise, dans le cadre d'un projet collectif à vocation fédérative et productive. Ainsi, tant en interne qu'auprès de ses clients et de ses fournisseurs, l'entreprise disposera d'éléments permettant de justifier, de valoriser, et d'amplifier sa démarche. L'absence de mise en oeuvre de ces éléments serait un frein opérationnel au déploiement d'une politique d'achats responsables concertée. »

Quel est le ROI des achats responsables?

Agnès Rambaud-Paquin: Comme illustré par l'étude Ecovadis Inséad parue en début d'année, il y a trois champs où les achats responsables peuvent avoir un impact direct: en premier lieu, la gestion des risques eu égard aux nouvelles réglementations, la réduction des coûts à travers l'analyse en TCO et l'innovation notamment par le biais de la coconstruction avec les fournisseurs qui peut ouvrir sur de nouveaux marchés.

OLIVIER MENUET: Les achats responsables sont indissociables de la gestion des coûts, de la maîtrise des risques de la supply chain. Ils sont aussi au coeur du développement d'un nouveau modèle économique lié à une progression du chiffre d'affaires réalisé par les entreprises en lien direct avec leur off re issue des achats durables. Les exemples ne manquent pas: que cela soit dans le Bto C: glaces Ben & Jerry's, vêtements Armor Lux ou dans le B to B: coton équitable (SNCF) ou café équitable (Accor).

Agnés Rambaud-Paquin, cabinet Des enjeux et des hommes

«Les achats responsables rapportent plus qu'ils ne coûtent, il faut en apporter la démonstration dans les entreprises. »