Mon compte Devenir membre Newsletters

« Professionnaliser les achats au sein des organismes de sécurité sociale»

Publié le par

L'Observatoire de l'achat des organismes de sécurité sociale a rendu son bilan d'activité pour l'année 2008. Présentation par son président des chiffres-clés et des actions mises en oeuvre pour optimiser l'achat en réseau de ses membres.

PHILPE RENARD, PRESIDENT DE L'OBSERVATOIRE DE L'ACHAT DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

Vous venez de publier votre rapport d'activité 2008. Quelles grandes tendances chiffrées s'en dégagent ?

Philippe Renard : En 2008, l'Observatoire de l'achat des organismes de sécurité sociale a recensé 8307 marchés pour un montant total de plus de 658 millions d'euros. Par comparaison, seulement 1 892 marchés nous avaient été déclarés en 2007. Quant à la participation à notre recensement, elle a été également plus élevée en 2008, avec 387 organismes soumis au code des marchés publics contre 222 en 2007 Selon les chiffres que nous avons recueillis, les postes les plus importants concernent le matériel informatique et les fournitures de bureau (63 millions d'euros), les logiciels et systèmes d'information (44 millions d'euros), les imprimés et produits connexes (17 millions d'euros).

Comment votre rapport d'activité est-il élaboré ?

Toutes les entités publiques ou privées soumises au code des marchés publics ont l'obligation de produire une fiche de recensement pour chacun de leur marché (article 131). Dans le cas des organismes de sécurité sociale, chaque fiche est collectée par notre Observatoire au travers d'un applicatif accessible sur le site de l'Union des caisses nationales de sécurité sociale (Ucanss). L'ensemble des fiches sont alors transmises au niveau de l'Etat à l'Observatoire économique de l'achat public, pour être ajoutées aux données nationales et européennes. Ce rapport d'activité est utile car il fournit des données brutes aux responsables des achats des organismes de sécurité sociale (régime général, agricole, etc.) par type de marché, région ou taille d'organisme. Nous prévoyons d'ailleurs d'améliorer ce rapport, dans les prochaines années, grâce à une analyse plus qualitative des données collectées.

«De par leur statut juridique, les organismes de sécurité sociale bénéficient d'une large autonomie, notamment en matière d'achats. »

Le taux de participation des organismes a été plus élevé en 2008 qu'en 2007. Quelle en est la raison principale ?

Pour récupérer les fiches de recensement, nous avons contacté et relancé les organismes de sécurité sociale à plusieurs reprises en leur expliquant pourquoi nous collectons ces informations. En effet, il n'existe pas de texte de loi qui les oblige à nous fournir leur fiche de recensement. Mais si l'Ucanss ne peut pas imposer une déclaration, en revanche, chaque pouvoir adjudicateur a l'obligation de recenser l'ensemble des procédures passées au cours d'une année civile. Les organismes de sécurité sociale n'en sont pas exempts.

Comment les différentes structures ont-elles organisé leurs achats ?

Les organisations diffèrent selon les régimes et les branches (recouvrement, allocations familiales, assurance maladie, etc.). Il y a des branches et des organismes qui ont un réseau d'acheteurs. Etant donné que les achats sont un enjeu majeur, il est en effet important de mutualiser les ressources à travers des réseaux. D'ailleurs, nous aidons ceux qui ne disposent pas d'experts en achats à mieux acheter par le biais d'échange de bonnes pratiques. Nous mettons également en place des actions dans le domaine de la formation professionnelle.

Depuis deux ans, votre Observatoire organise des rencontres régionales d'information. En quoi consistent-elles ?

Ces rendez-vous interpellent tous les acteurs de la chaîne achats, quels que soient les branches et les régimes. Ils ont pour objectif de mieux faire connaître nos missions, notre fonctionnement et les services que nous pouvons apporter aux organismes. Par exemple, en 2008, quand l'Ucanss a reçu le statut de centrale d'achat, nous avons rassuré certains organismes et branches qui avaient peur qu'elle ne auto saisisse sur de nombreux sujets en matière d'achats. Ces craintes étaient infondées puisque l'Ucanss a une démarche pragmatique. Elle observe et analyse les données pour diffuser des bonnes pratiques mais aussi rechercher systématiquement le bon niveau de valeur ajoutée.

«Notre Observatoire aide les organismes de sécurité sociale à mieux acheter par le biais d'échange de bonnes pratiques.»

Que contient la feuille de route instaurée par votre Observatoire sur la période 2009-2012 ?

En 2009, notre Observatoire a diffusé un guide pratique sur les contrats de nettoyage, l'achat de formation, la carte d'achat et la dérégulation postale. L'Observatoire s'attachera prochainement à développer des actions pour faire reconnaître les métiers autour de l'achat et à leur professionnalisation, en veillant à l'existence de parcours de formations adaptées.

Les organismes de sécurité sociale vous semblent-ils en avance par rapport aux autres organisations publiques ?

De par leur statut juridique, les organismes de sécurité sociale bénéficient d'une large autonomie, notamment en matière d'achats. Chaque branche et organisme disposent de nombreuses compétences et prennent de bonnes initiatives en matière d'achats. Quant aux autres entités publiques, elles ont aussi leurs spécificités, ce qui rend toute comparaison difficile. Par ailleurs, l'efficacité en matière d'achats est aujourd'hui liée à la taille des organismes puisque ceux qui ont le plus de collaborateurs sont également ceux qui ont le plus d'acheteurs. D'une manière générale, nous enrichissons l'approche juridique de nos organismes d'une approche économique. Aujourd'hui, nous devons nous poser la question du bon niveau des achats (local, régional, national) pour tendre à une efficience optimale.

Existe-t-il un plan de formation pour tous les acheteurs des organismes de sécurité sociale ? Ces organismes recrutent-ils des acheteurs du privé ?

Nous proposons à nos futurs acheteurs des modules pour se former sur différents thèmes. Et dans le cadre de nos formations, nous favorisons l'échange de bonnes pratiques. Concernant le recrutement, les organismes de sécurité sociale, de par leur statut, ont la même souplesse que tout recruteur de la sphère publique pour embaucher des experts et acheteurs venant du privé. n

Biographie

Philippe Renard, 58 ans, est directeur de l'Union des caisses nationales de sécurité sociale (Ucanss) et président de l'Observatoire de l'achat des organismes de sécuritésociale.
Diplômé en sciences économiques de l'Université Paris XII, il a enseigné pendant cinq ans dans l' Education nationale. Après avoir occupé plusieurs postes à responsabilité, notamment au sein de la branche recouvrement de la sécurité sociale, il a pris la direction de l'Ucanss en mars 2005.

A savoir

Créé en 2005, l'Observatoire de l'achat des organismes de sécurité sociale (instance interbranche et interrégime) a pour principale mission de rassembler et d'analyser les données économiques liées aux achats. Les données, collectées selon une méthodologie identique permettent une consolidation institutionnelle. Elles contribuent à l'établissement d'une cartographie des achats qui sera le fondement d'un système de rationalisation des politiques d'achats. L'Observatoire favorise l'échange de bonnes pratiques et mène des actions dans le domaine de la formation professionnelle.

Mot clés :

Nathalie Costa