Mon compte Devenir membre Newsletters

« Nous avons réalisé un gain à deux chiffres »

Publié le par

Dans le périmètre fonctionnel du service de coordination achats de Limagrain, la consolidation des données achats constitue une mission essentielle. C'est pourquoi cette dernière s'est lancée dans l'acquisition et le déploiement d'un outil mieux adapté à ses besoins. Retour sur une négociation rondement menée.

Un outil et une prestation dédiés à l'analyse des dépenses achats hors matières premières qui respectent l'intégrité des données comptables traitées et garantissent une traçabilité complète. Voilà le défi que relève en 2010 la coordination achats du groupe semencier coopératif. Un enjeu stratégique qui concerne plusieurs entités, puisque la structure achats travaille avec une vingtaine d'acheteurs détachés dans les neuf entités du groupe. «Notre mission a consisté à faire l'acquisition d'une prestation de développement d'un outil visant à diffuser une analyse des dépenses réalisée par la coordination groupe mais aussi par les acheteurs des unités économiques de Limagrain», précise Bertrand Salomé, coordinateur pour les catégories industrielles.

L'acheteur

Bertrand Salomé, 49 ans, ingénieur en industries agro-alimentaire de formation, entame sa carrière dans le transfert de technologies alimentaires. Il entre chez Limagrain en 1996 et prend en charge la gestion des achats industriels durant dix ans dans l'un des sites de productions alimentaires. Depuis 2006, Bertrand Salomé occupe au sein de la coordination achat la fonction de coordinateur pour les catégories industrielles de Limagrain (transport, énergie, fournitures industrielles...).

Une préparation rigoureuse

La coordination achats du semencier doit répondre à une série d'exigences. D'abord, la préparation du projet se doit d'être très rigoureuse, «car, une fois la solution sélectionnée mise en oeuvre, il sera impossible de faire machine arrière», explique Bertrand Salomé. De plus, les mises à jour régulières de la solution ne doivent pas entraîner de retard dans le traitement des données et pénaliser le travail des services de contrôle de gestion. Enfin, l'intégrité des données doit être respectée. «Il a également fallu convaincre les contrôleurs de gestion du bien-fondé dune application métier dédiée», ajoute Bertrand Salomé.

En juin 2010, le service achève la rédaction de son cahier des charges. Fin novembre, la coordination achats sollicite les acheteurs détachés dans les BU pour réaliser une série de tests sur les solutions proposées par les candidats. Une short list est déterminée et, en février 2011, l'offre du prestataire EasyPics, qui propose un outil en mode SaaS, est retenue. « Le bon dimensionnement de notre besoin nous a permis de réaliser un pourcentage de gain à deux chiffres entre le prix de l'offre choisie et celui des solutions poids lourds du marché», souligne Bertrand Salomé. Livré en juillet 2011, l'outil d'EasyPics n'a pas encore révélé tous ses bénéfices. Mais la coordination achats tire déjà les enseignements de cette négociation. Désormais, chaque acheteur peut analyser les dépenses de son portefeuille dans le groupe, savoir avec qui ses collègues travaillent et sur quels volumes. « Nous sommes capables de faire évoluer notre outil en fonction de demandes spécifiques de traitement de données pour les services avec lesquels nous travaillons», ajoute le coordinateur achats. Une approche transparente séduisante pour les autres entités du groupe, «si bien que l'on nous demande maintenant d'élargir le périmètre à l'Europe pour accompagner le développement soutenu de notre groupe à l'international», confie Bertrand Salomé.

Limagrain

ACTIVITE
Semences et produits céréaliers
CHIFFRE D'AFFAIRES 2011
1,55 milliard d'euros
VOLUME DACHATS
150 millions d'euros (France)
EFFECTIF MONDE
7 200 collaborateurs
EFFECTIF ACHATS
24 collaborateurs en France