Mon compte Devenir membre Newsletters

«Nous avons mis en place un contrat de propreté sans précédent»

Publié le par

Didier Gauzere et Tatiana Hérault ont été les premiers acheteurs de la MAIF à s'attaquer au marché du nettoyage. Un dossier compliqué, le volet social étant aussi important que la recherche d'économies. Un modèle de contrat qui fait désormais référence pour toutes les entités de la mutuelle.

@ GSF

Il n'est pas toujours facile pour un service achats de s'attaquer à une famille n'ayant jamais été traitée auparavant, qui plus est quand cette dernière comprend un fort enjeu social et que les leviers d'économies sont relativement limités. C'est pourtant le défi qu'ont relevé Tatiana Hérault et Didier Gauzere, acheteurs à la MAIF, chargés de l'achat des prestations de nettoyage pour le siège social de la mutuelle d'assurances, situé à Niort (Deux- Sèvres). Une famille d'achats qui représente un budget d'environ 1,5 million d'euros par an. «Aucun référentiel n'avait été formalisé avant le lancement de l'appel d offres», relate Tatiana Hérault.

Les deux acheteurs décident donc de s'appuyer sur le cahier des charges élaboré par les services techniques. La mission est d'autant plus difficile que les objectifs potentiels d'économies à long terme, fixés par la direction générale, sont élevés (40%), avec obligation pour les prestataires de reprendre l'ensemble du personnel en poste. «Dans ce genre de dossier, le volet social est très important. Le personnel représentant 80% du coût de la prestation, les leviers d'économies sont donc très réduits», précise Didier Gauzere. Pour réaliser ces objectifs, le contrat prévoit la mise en oeuvre d'un plan de progrès. Le but est d'optimiser la masse salariale des futurs prestataires par palier, d'années en années, tout en préservant la qualité. L'utilisation de produits respectueux de l'environnement fait également partie des prescriptions. Enfin, l'obligation de résultat, plutôt que de moyens, est érigée en principe.

Un appel d'offres en deux lots

L'appel d'offres est lancé en juillet 2006. «Lors du dépouillement, nous avons été très attentifs à la politique sociale des prestataires, insiste Tatiana Hérault. Nous avons notamment regardé quels plans de formation étaient proposés au personnel, dans quelle mesure ils favorisaient la mobilité interne, etc.» L'appel d'offres, divisé en deux lots, est remporté par GSF et par Derichebourg. Le contrat est signé en octobre 2006. Selon Tatiana Hérault et Didier Gauzere, le changement s'est fait en douceur, sans impact sur la qualité des prestations rendues. Qui plus est, la MAIF a réalisé 27% d'économies dès la première année du contrat. «Ce dossier a été particulièrement important car il nous a permis d'appliquer le même cahier des charges, avec succès, sur les autres sites de la MALF», conclut Sylvie Noël, responsable de la division achats.

Les acheteurs

Didier Gauzere, 37 ans, ingénieur de formation, est responsable achats à la MAIF.
Tatiana Hérault, 28 ans, occupe le poste d'acheteur au sein de la MAIF Elle est diplômée de l'Ecole supérieure de commerce de Montpellier, spécialisation achats.

L'entreprise

MAIF
ACTIVITE
Mutuelle d'assurances
CA 2007
2,6 milliards d'euros
EFFECTIF
5 800 salariés
VOLUME D'ACHATS DE NETTOYAGE
1,5 million d'euros
EFFECTIF ACHATS
15 personnes