Mon compte Devenir membre Newsletters

« Notre métier deviendra un métier d'acheteur responsable »

Publié le par

Du luxe à la banque, il n'y a qu'un pas, comme le montre l'itinéraire d'Eric Dewilde qui est à l'origine de la direction des achats groupe du Crédit Agricole. Rencontre avec un ardent défenseur des achats durables.

Quels objectifs vous ont été fixés par votre direction générale ?

Au 1er septembre 2010, quand je suis entré en fonction, il m'a été demandé de créer la direction achats groupe. Le comité de direction générale m'a laissé carte blanche. J'ai passé "mon grand oral" le 6 décembre. J'ai alors présenté notre déclinaison du Plan stratégique "engagement 2014" du groupe Crédit Agricole S.A. Ainsi, je me suis assuré que le comité de direction générale partageait ma vision des choses. Car, mettre en place des achats groupe est l'un des principaux intérêts de la création d'une telle structure. J'ai eu la confirmation que dans leur esprit, la direction des achats n'était pas cantonnée à une fonction régalienne, ni vouée à faire uniquement du relationnel, mais bel et bien destinée à être une direction avec un rôle à jouer sur une ligne métier achats en coopération avec l'ensemble des entités existantes. Pour mener à bien cette mission, il faut d'abord créer une ligne métier achats, car elle n'existe pas. Ainsi, la fonction achats sera reconnue au même titre que les autres fonctions du groupe, qu'il s'agisse de la finance, du crédit ou des ressources humaines. Le chantier est en cours et avance rapidement. Deuxième action à mener : mettre en place un processus décisionnel commun. Le groupe s'engage, comme chaque entité qui le compose, sur des montants significatifs. Il a donc fallu que les collaborateurs en prennent conscience. Les décisions prises se traduisent aujourd'hui par des changements de modes opératoires, même au niveau de la direction. Troisième objectif à atteindre : se doter d'un système d'information nous permettant de tracer tout ce que nous faisons, et de le restituer aux dirigeants. L'un des principes de base de la fonction achats est de remplir une fonction support auprès des décideurs et non de chercher à substituer sa vision à la leur. Les gains sont toujours remportés pour le compte d'un décideur et ne sont jamais la performance directe du métier d'acheteur.

Biographie

Après avoir créé la structure PPR BuyCo et accompagné la mise en place de la direction des achats (production et hors production) au sein du groupe éponyme il y a une dizaine d'années, Eric Dewilde est entré au Crédit Agricole en 2002. Artisan de la création du service achats du Crédit Agricole S.A. issue du rapprochement avec le Crédit Lyonnais, il s'est vu confier la direction générale d'un des cinq GIE informatiques de la banque en région, la filiale Atlanti CA (550 personnes), pendant un an. Puis il a pris la direction des achats Groupe nouvellement créée en remplacement de Christian Laurenceau, le 1er septembre 2010.

Comment comptez-vous atteindre votre objectif de massification des achats ?

La création d'une ligne métier achats groupe en France, comme à l'international, sera un atout de poids dans cette démarche de massification. Je voudrais également développer des outils et objectifs communs à tous les acheteurs, en instaurant un pilotage de bout en bout du processus achats. La visualisation des engagements de dépenses et la réduction de la masse achats font partie du b.a ba, sans oublier le déploiement d'un système information achats commun à l'ensemble de la banque (Oméga). Nous allons identifier les leviers d'optimisation propres à chaque famille d'achats en misant essentiellement sur la massification, les achats groupés, la signature de contrats-cadres, etc. Enfin, nous devons renouveler la relation avec nos fournisseurs car nous voulons développer des partenariats avec nos prestataires-clés pour instaurer une relation de gagnant-gagnant.

Quelle place occupent les achats responsables dans votre stratégie ?

Je suis convaincu que le développement durable et la RSE (Responsabilité sociale des entreprises) apporteront des changements radicaux, non seulement au niveau des salariés (pour le levier social), des clients et des fournisseurs. La notion de relation contractuelle est, en effet, déterminante dans notre secteur. Je crois qu'avec les années, notre métier deviendra de plus en plus un métier d'acheteur responsable. Jusque-là, notre profession était basée sur des fondements économiques et la recherche du moindre coût. Avec la lame de fond des achats responsables, les process vont changer. Les points d'entrée de cette nouvelle stratégie dans l'entreprise seront bien sûr les RH car cela va nécessiter une prise de conscience collective, d'abord des managers mais également à notre niveau, nous, les acheteurs. Pour l'instant, nous n'avons pas encore tous la même vision, loin de là. Nous avons beaucoup du travail à faire en ce sens, notamment dans notre manière de rédiger les appels d'offres. Quand on intègre certains critères allant dans le sens de la RSE, nous voyons apparaître au niveau des prestataires de services des PME que nous n'aurions pas touchées avec des cahiers des charges "traditionnels". Nous en avons des exemples récents sur des procédures d'appels d'offres concernant l'achat de prestations intellectuelles (NDLR : prestations de marketing). Sur ceux-ci nous n'attendions que les poids lourds du secteur, or, nous avons eu de belles surprises en ouvrant différemment notre approche et en retenant certains types d'indices et d'analyses plutôt que d'autres. Sur 28 prestataires clairement identifiés, huit sont des PME de moins de 500 personnes. Il y a dix ans, cette démarche aurait été, selon moi, inenvisageable.

Crédit Agricole

ACTIVITE
Banque et assurances
PRODUIT NET BANCAIRE
Au 31 décembre 2010 : 34,2 milliards d'euros
NOMBRE D'EMPLOYES
164 000 personnes (dans le monde)
NOMBRE DACHETEURS
50 personnes
VOLUME D'ACHATS
5,6 milliards d'euros

zoom
Une charte RSE au coeur de la gestion RH du Crédit Agricole

Signée fin 2009 par Crédit Agricole S.A. et ses filiales, la "charte Respect" est née d'une certitude : le respect des droits humains n'est pas de l'unique responsabilité des états. Ainsi, le Crédit Agricole s'engage à promouvoir et développer ces principes dans ses domaines d'activités et ses sphères d'influence.
Sous l'acronyme "Respect" sont rassemblés les engagements du groupe : R pour "reconnaissance" E pour "égalité", S pour "sécurité" P pour "participation", E pour "équité" C pour "cohérence" et T pour "territoire".
Les principes de cette charte sont déployés dans l'ensemble des entités du groupe, en France et à l'international. Pour améliorer la gestion des carrières de ses collaborateurs le Crédit Agricole a mis en place PeopleC@re, un outil de gestion des ressources humaines, accessible dans plusieurs entités du groupe depuis 2009 et présenté comme un accélérateur de carrière.
Son objectif : permettre à l'ensemble des collaborateurs, managers et professionnels RH du groupe de prendre une part active au développement et à la gestion de leurs carrières par une information complète, partagée et interactive. Depuis 2009 il a ainsi permis de mener à bien les évaluations de plus de 36 000 collaborateurs, en France et à l'étranger Autre priorité du groupe en termes de gestion RH : la mobilité interentités. La bourse à l'emploi permet aux collaborateurs d'accéder aux offres d'emploi publiées en interne.

Mot clés :

Emmanuelle Serrano