Mon compte Devenir membre Newsletters

«Les acheteurs sont sensibles aux initiatives sociales»

Publié le par

Lauréat des derniers Trophées de la responsabilité globale, Jacques Albert, le président du fabricant de mobilier de bureau Arféo, estime que les acheteurs prennent de plus en plus en compte les initiatives sociales de leurs fournisseurs, même si le critère du prix Teste Omniprésent.

Que représente pour vous le Trophée de la responsabilité globale qui vous a été remis le 2 juin dernier?

JACQUES ALBERT: C'est une belle reconnaissance du travail que nous avons accompli depuis 2008, à la fois sur les plans environnemental et social. Je pense qu'il est essentiel que notre travail soit reconnu en interne comme à l'externe, en particulier par une école de la région, où notre rôle est important. Je pense à l'emploi des seniors ou à l'égalité professionnelle. Sur ce dernier point, nous avons signé un accord au sein de l'entreprise en avril dernier alors que, dans l'univers industriel, les femmes sont encore en minorité. Pour faire évoluer les pratiques, nous avons mené des campagnes d'information auprès de nos salariés, en organisant notamment des expositions de photos sur les sites de l'entreprise.

Les directions achats sont-elles réellement sensibles aux actions à caractère social lors des appels d'offres?

Je le pense, en particulier depuis le Grenelle de l'environnement. Bien entendu, le critère du prix est encore omniprésent. Mais ce type d'initiatives peut aussi jouer lorsque nos clients visitent nos sites de production et se rendent compte des actions que nous avons mises en place. Ils y sont d'autant plus sensibles qu'ils sont confrontés aux mêmes problématiques dans leur entreprise. Depuis quelque temps, les acheteurs publics, également, prennent désormais en compte ces considérations d'ordre social. Quant aux critères environnementaux, cela fait plusieurs années qu'ils sont intégrés dans les appels d'offres.

Qu'est-ce qui caractérise aujourd'hui le besoin des entreprises en matière de mobilier de bureau?

Les donneurs d'ordres recherchent de plus en plus un mobilier modulable qui façonne les espaces de travail partagés. Les entreprises ont compris qu'il était important que leurs collaborateurs évoluent dans un cadre professionnel qui favorise la productivité, tout en étant agréable à vivre. C'est pourquoi nous devons nous montrer le plus innovant possible. Par exemple, nous avons présenté lors du Salon de l'immobilier d'entreprise (Simi), en décembre dernier, un nouveau concept de bureau modulable baptisé «@tribu». Grâce à toute une gamme d'accessoires, chaque collaborateur peut personnaliser son poste de travail tout en gardant une cohérence d'ensemble. Les espaces de rangement sont directement intégrés au bureau, ce qui permet de délimiter les différents postes. Ce nouveau produit sera commercialisé à partir de cet été et nous espérons qu'il répondra aux besoins des entreprises.

zoom
Les Trophées de la responsabilité globale, mode d'emploi

Organisés par Audencia et l'Ecole des mines de Nantes, en partenariat avec le conseil régional des Pays de la Loire et Grant Thornton, les Trophées de la responsabilité globale récompensent les entreprises de la région des Pays de la Loire ayant mis en place des démarches innovantes pour concilier les enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Pour départager les sociétés candidates, les étudiants ont interrogé leurs dirigeants et salariés, avant de présenter une première synthèse à un représentant du cabinet d'audit Grant Thornton. Les synthèses finales ont été soumises à un jury composé de deux lauréats 2009, Bel'm et GTB Construction, et de représentants de la chambre régionale de l'économie sociale et solidaire, de la CFDT, de l'Aract et d'Audencia.

Mot clés :

Sébastien de Boisfleury