Mon compte Devenir membre Newsletters

« Les acheteurs doivent challenger les ingénieurs »

Publié le par

Si Jean-Marc Astorg a la tête dans les nuages, c'est professionnel, car quand on a la responsabilité des achats du Cnes, on a beau avoir les pieds sur terre, on pense forcément à ce qui se passe au-delà de notre stratosphère. Surtout si on a eu la responsabilité d'un des étages de la fusée Ariane. Rencontre avec un directeur des achats que la fréquentation de l'infiniment grand a su garder humble mais déterminé.

Comment passe-t-on des lanceurs de fusée aux achats?

Jean-Marc Astorg: J'ai passé 26 ans à la direction des lanceurs du Cnes (Ariane, Soyouz en Guyane). Ayant la fibre de la négociation et des affaires juridiques aussi, j'ai accepté le poste de directeur des achats, des recettes externes et des affaires juridiques (propriété intellectuelle comprise). Devenir directeur des achats était une occasion pour moi d'occuper une fonction transversale vis-à-vis des autres directions.

Comment est structurée votre direction?

La direction des achats et des affaires juridiques a la responsabilité globale de la performance économique de l'établissement, ainsi que de la conformité juridique de tous les actes du Cnes. C'est donc une mission extrêmement large qui inclut en particulier la responsabilité du processus achats depuis les avis de marché jusqu'à la clôture des contrats. La direction est constituée d'une centaine de collaborateurs dont 70 acheteurs en métropole répartis entre le siège de Paris, le centre spatial de Toulouse et la direction des lanceurs à Paris-Daumesnil, auquel on doit ajouter une dizaine d'acheteurs Guyane. La moyenne d'âge est de 40 ans, avec des profils variés (administratifs, RH, juristes, écoles de commerce). Je demande à mes acheteurs de challenger les ingénieurs, par exemple, sur le périmètre de l'achat, le choix de recourir ou pas à un appel d'offres ou l'écriture des spécifications techniques.

@ ARNAUD OLSZAK

Biographie

Jeau-Marc Astorg (50 ans) est diplômé de l'Ecole centrale des arts et manufactures. Il entre au Cnes en 1985, en tant que responsable technique des protections thermiques de l'avion spatial Hermes. Depuis, il y a dirigé une multitude de projets et avant-projets (véhicule inhabité de microgravité, petits lanceurs, programmes de lanceurs conventionnels (Ariane 5 Plus) et nouvelle génération). Il a été chef de projet Soyouz en Guyane de 2003 à 2011 (Soyouz en Guyane a effectué à ce jour quatre lancements tous réussis).
De 2009 à 2011, Jean-Marc Astorg a occupé la fonction de sous-directeur lanceurs (Ariane 5, Soyouz, Vega) et coordinateur Soyouz en Guyane. En novembre 2011, il est nommé directeur des achats, recettes externes et affaires juridiques du Cnes. Il est également en charge de la propriété intellectuelle.

Quels sont le taux de couverture achats et le volume achats de votre direction?

La couverture est quasi-totale. En 2004, une direction des achats fonctionnelle a été créée au Cnes pour harmoniser les processus achats des différentes directions techniques de l'établissement. Puis, en 2007, la direction des achats a intégré les acheteurs de tous les centres, sauf celui de Guyane. L'organisation de la direction des achats est en miroir de celle des directions techniques pour privilégier la constitution d'un binôme d'ingénieurs/acheteurs travaillant ensemble sur les différentes familles d'achats. Le Cnes est une agence qui se charge de la conception préliminaire, du management et de la recette des produits finis, puis fait réaliser ses projets par ses partenaires (industriels et laboratoires). Ses achats sont donc tout sauf des achats standards, ce qui nécessite une grande compétence de nos acheteurs.

Le budget achats est d'environ un milliard d'euros. Le Cnes est soumis à l'ordonnance et au décret de 2005Décret n° 2005-1742 du 30 décembre 2005 fixant les règles applicables aux marchés passés par les pouvoirs adjudicateurs mentionnés à l'article 3 de l'ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics.. La majeure partie de nos contrats dépasse 200 000 euros et passe par des appels d'offres. 75 % de nos achats (750 millions) sont réalisés sur le coeur de métier spatial. Les achats généraux, qui représentent 3 1 millions d'euros, sont remis en appels d'offres tous les trois à quatre ans. Nous n'avons pas de flotte de véhicules importante (une dizaine de véhicules). Quant à la travel policy, elle avait été déjà définie et fortement centralisée avant mon arrivée. La direction de la sécurité encadre de près la sécurité des données et des collaborateurs en déplacement.

Quelle est votre feuille de route?

Je suis là pour simplifier et fluidifier les achats, pas pour les révolutionner. Les axes de progrès sont la standardisation et la simplification des contrats et la dématérialisation (notamment des paiements). Chaque année, nous réalisons 6 000 actes contractuels, dont 600 contrats complexes. La propriété intellectuelle est un domaine où la définition de cas types peut aider à raccourcir les délais de négociation. Nous avons signé avec le GifasGifas: Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales un accord-cadre qui définit les régimes de propriété des logiciels: cession des droits au Cnes, concession large ou concession restreinte. On ne rediscute plus au cas par cas. J'essaie de généraliser cette démarche à tous les contrats de notre agence.

Un autre axe de ma mission est de valoriser les acheteurs en leur permettant de challenger la technique ou d'étendre la massification des achats. On utilise beaucoup le contrat-cadre car cela accélère la passation des contrats suivants et donne de la visibilité aux industriels partenaires du Cnes sur les affaires qui vont arriver. Autre grand chantier: responsabiliser davantage les industriels en permettant aux PME-PMI et autres entreprises de valoriser les résultats obtenus grâce aux contrats signés avec le Cnes sur d'autres marchés et auprès d'autres clients. Il y a toujours de la part des ingénieurs la tentation d'essayer de garder les fournisseurs sous leur contrôle.

De quels moyens disposez-vous pour avoir une connaissance fine de votre TCO?

Au sein de la direction des achats, une équipe assure un support aux acheteurs en réalisant des études économiques diverses: estimation des coûts des projets spatiaux sur la base d'outils internes, suivi des fournisseurs, évaluation des risques, enquêtes de coûts. Une loi de 1964 autorise le gouvernement français, ainsi que le Cnes et la DGA, à faire des enquêtes de coûts chez les fournisseurs. On les utilise avant contractualisation pour déterminer les éléments comptables de valorisation, ce qui permet de calculer des taux horaires nous servant dans nos négociations ultérieures, sur la base d'un accord avec nos partenaires. Une fois un contrat terminé, nous pouvons aussi regarder, en toute confidentialité, avec l'industriel combien cela lui a coûté.

Qualifieriez-vous votre relation fournisseur de très mature et très intégrée?

Nous menons de grands projets qui se chiffrent en centaines de millions d'euros et durent de trois à dix ans et nous avons su faire grandir les industriels autour de nous au fil du temps. Notre approche ne peut être que partenariale. Pour susciter des propositions à nos appels d'offres et élargir notre panel fournisseurs, nous organisons régulièrement des journées d'information à destination des PME qui sont les meilleurs pourvoyeurs d'innovation et animons des réseaux avec les industriels pour leur donner plus de visibilité sur nos projets. En matière de propriété intellectuelle, nous avons cassé le lien entre le financement du projet et la propriété intellectuelle car ce sont les industriels qui sont les mieux placés pour valoriser leur développement. Cela demande un changement de la part des acheteurs qui ne doivent plus raisonner que «Cnes» mais plutôt écosystème. L'an dernier, une enquête a été réalisée auprès des PME françaises sur leurs relations avec les grands comptes par le pacte PME dont nous sommes cofondateurs. Le Cnes est arrivé premier sur la flexibilité des achats, la réactivité, les délais de paiement. Nous sommes aussi signataires de la charte des relations interentreprises et j'ai été nommé médiateur. Nos délais de paiement sont de 25 jours et nous essayons de faire encore mieux en dématérialisant les factures.

Centre national d'études spatiales (Cnes)

ACTIVITE
Etablissement public à caractère industriel et commercial (Epic) Accès à l'espace, observation de la Terre, applications pour le grand public, recherche scientifique et technologique, sécurité et défense


BUDGET 2011
2,015 Mds Euros (Etat 1,49 Mds Euros et contrats externes 520 MEuros)


EFFECTIF EPIC
2 400 salariés répartis sur quatre centres: Paris Daumesnil (direction des lanceurs), Kourou (base de lancement), Paris (siège et fonction d'agence), et Toulouse (systèmes orbitaux)


VOLUME D'ACHATS 2011
1,015 MdsEuros


EFFECTIF ACHATS
110 personnes (70 en métropole et 10 en Guyane)