Mon compte Devenir membre Newsletters

« BPCE a uniformisé ses prestations multitechniques »

Publié le par

Fort d'une quarantaine d'implantations, le réseau bancaire BPCEDeuxième groupe bancaire en France, BPCE intègre deux réseaux de banques commerciales autonomes et complémentaires: celui des 20 Banques Populaires et celui des 17 Caisses d'Epargne. Dans le domaine du financement de l'immobilier, il s'appuie sur le Crédit Foncier de France. Il est un acteur majeur de la banque de financement, de la gestion et des services financiers avec Natixis. s'est lancé dans la rédaction d'un cahier des charges multitechnique unique pour l'ensemble de ses sites. Le chantier de deux mois a débouché sur une baisse significative des frais par établissement.

Pourquoi avez-vous décidé de rédiger un cahier des charges unique?

Jean-Philippe Boillet: Nous souhaitions établir un référentiel groupe pour l'ensemble de nos agences en France, afin d'uniformiser les prestations multitechniques. En effet, chaque établissement bancaire avait passé des accords sur la fourniture de ce type de services avec des prestataires locaux ou des sociétés comme Cofely, Dalkia, Snef ou encore Spie. Nous avions donc besoin d'un référentiel unique, qui soit aussi un résumé de nos bonnes pratiques dans ce domaine et non une simple compilation des expériences de chacun des établissements. Pour le constituer, nous avons mis en place un groupe de travail avec des correspondants en région, au début de l'année 2010. La mission a duré deux mois.

Au final, le cahier des charges propose des recommandations. Chaque établissement y a ajouté ses propres préconisations, avec l'avis de son comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Que préconise votre cahier des charges?

Une optimisation de l'existant. Outre la maintenance préventive et corrective, il s'agit d'effectuer un suivi rigoureux des prestations et de la consommation énergétique. Nous avons rencontré les différents candidats à l'appel d'offres afin d'aligner leurs propositions. Parmi les termes du cahier des charges figurent deux nouveautés: le forfait pièces détachées et une meilleure maîtrise des délais d'intervention. Généralement, au-delà d'un certain montant de pièces détachées, le prestataire doit lancer un appel d'offres pour les éléments manquants. Pour limiter les factures, la BPCE a requis un forfait pièces détachées supérieur aux préconisations habituelles. Concernant les délais d'intervention, la nouvelle démarche consiste à indiquer les pannes «non urgentes», afin de limiter les déplacements du prestataire. Enfin, les délais d'intervention sont spécifiés pour réduire les factures de maintenance.

Au final, quels bénéfices ont été retirés de cette uniformisation?

En regroupant les sites par trois ou quatre, nous avons observé une baisse significative des frais par établissement. Finalement, plusieurs appels d'offres ont été lancés, et un seul prestataire a été retenu par grande région. Le groupe n'a pas fait le choix d'un intervenant unique pour l'ensemble des agences, car les fournisseurs multitechniques nationaux n'offrent pas forcément de bonnes prestations dans toutes les régions. Des contrats avec obligations de résultats ont ainsi été signés pour une durée de trois ans maximum grâce à la filiale BPCE Achats. La mise en application des nouveaux accords a été échelonnée dans le temps en fonction des dates de terme des anciens contrats des prestataires multitechniques.

JEAN-PHILIPPE BOILLET, RESPONSABLE DE DEPARTEMENT A LA DIRECTION IMMOBILIER ET SERVICES GENERAUX DE GROUPE BPCE ET MEMBRE DE L'AGORA DES DIRECTEURS IMMOBILIER ET SERVICES GENERAUX

JEAN-PHILIPPE BOILLET, RESPONSABLE DE DEPARTEMENT A LA DIRECTION IMMOBILIER ET SERVICES GENERAUX DE GROUPE BPCE ET MEMBRE DE L'AGORA DES DIRECTEURS IMMOBILIER ET SERVICES GENERAUX

« Le groupe n'a pas fait le choix d'un intervenant unique pour l'ensemble des agences, car les fournisseurs multitechniques nationaux n'offrent pas forcément de bonnes prestations dans toutes les régions. »

Mot clés :

Marie-Amélie Fenoll