Mon compte Devenir membre Newsletters

« Acheteurs et responsables des services généraux travaillent main dans la main »

Publié le par

Leur rivalité est révolue. Aujourd'hui, acheteurs et responsables de services généraux préfèrent collaborer et entretiennent désormais d'excellentes relations. Le président de l'Arseg et celui de la CDAF font le point sur l'évolution de ces deux fonctions cousines.

L'Arseg vient de réaliser une étude sur l'importance économique des services généraux dans les entreprises françaises. Pensez-vous que ces derniers sont parfois sous-estimés ?

François Delatouche (Arseg) : Je pense que peu de chefs d'entreprise ou de directeurs financiers se rendent compte du poids économique représenté par les services généraux. En effet, dans les entreprises, ceux-ci restent encore trop considérés comme un poste de coûts, trop cher par nature. J'invite donc tous les responsables de services généraux à défendre et expliquer leur budget, avec l'aide des responsables achats. Intitulée « Les services généraux dans l'entreprise en France », notre étude montre que les services généraux pèsent de tout leur poids dans les entreprises. En France, le total des budgets des services généraux atteint près de 111 milliards d'euros. Le secteur emploie près de 1,1 million de personnes en équivalent temps plein.

Les acheteurs hors-production ont longtemps été décriés par les acheteurs de production. Pensez-vous que cette époque est révolue ?

Pierre Pelouzet (CDAF) :

Il n'existe plus de rivalité entre les acheteurs hors-production et les acheteurs de production. En effet, ces relations ont évolué favorablement depuis que les entreprises ont pris conscience du volume d'achat hors-production, notamment dans les services généraux. Les économies qui ont été dégagées ont permis de valoriser la position des acheteurs hors-production au sein de l'entreprise. Au final, s'il est une profession qui a formidablement évolué, c'est bien celle des achats. Pendant longtemps confinés à des tâches plutôt administratives, les acheteurs ont tout d'abord gagné leurs galons de négociateurs. Puis, progressivement, ils sont allés plus loin en intégrant les concepts de coût total de possession, d'approche sur le cycle de vie ou d'analyse de la valeur, comme bases de véritables stratégies d'achats. Aujourd'hui, les achats représentent l'une des fonctions les plus en pointe dans les entreprises et les administrations.

Les responsables des services généraux n'ont pas toujours bien vécu l'intervention croissante des acheteurs dans leurs dossiers. Qu'en est-il aujourd'hui ?

François Delatouche (Arseg) : La situation s'est améliorée depuis que les acheteurs ont acquis une plus grande maturité. L'acheteur est un fournisseur interne, précieux et apprécié, quand la décision d'achat est prise collectivement avec le responsable de services généraux.

Pierre Pelouzet (CDAF) : Il y a une dizaine d'années, les relations entre les responsables des services généraux et les acheteurs étaient tendues, chacun ayant besoin de défendre son périmètre d'intervention car ces deux fonctions étaient en pleine évolution et recherchaient une certaine forme de reconnaissance. Ces deux métiers bénéficient désormais d'une bonne aura au sein de l'entreprise. Les acheteurs et les responsables des services généraux préfèrent aujourd'hui fonctionner sur un mode coopératif plutôt que de se concurrencer. Ce changement se reflète d'ailleurs dans les excellentes relations qui existent, au niveau associatif, entre la CDAF et l'Arseg.

Le développement durable est un dossier qui vous tient à cœur. Avez-vous des exemples de bonnes pratiques concernant l'achat durable de prestations de services généraux ?

Pierre Pelouzet (CDAF) : Outre la réduction des coûts et la sécurisation, la prise en compte du développement durable dans les achats est nécessaire et souhaitée par les acheteurs. Des critères environnementaux peuvent concerner aussi bien le papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement (certification FSC), les produits d'entretien que la construction de bâtiment respectant la démarche HQE (haute qualité environnementale). De même, des critères sociétaux peuvent être pris en compte, par exemple par le recours à des entreprises du secteur protégé ou des entreprises d'insertion.

François Delatouche (Arseg) : Les achats durables sont certainement les plus difficiles à réaliser. En effet, les prestations de services généraux concernent avant tout les prestations de main-d'œuvre comme l'accueil, la propreté ou le gardiennage. L'acheteur trouvera toujours un fournisseur pour proposer des coûts faibles au niveau de la main-d'œuvre, provoquant ainsi un dumping social très préjudiciable. Le fait que certaines entreprises s'interdisent d'acheter une prestation de services généraux en dessous d'un certain taux horaire est une bonne chose. S'agissant du volet social du développement durable, le recours aux Établissements et services d'aide par le travail (Esat) ex-CAT -, qui permettent l'insertion professionnelle des personnes handicapées, fait aussi partie des bonnes pratiques de l'entreprise.

François Delatouche, Arseg

« Les acheteurs ont acquis une plus grande maturité. »

Biographie

François Delatouche, 54 ans, est président de l'Arseg, l'association des responsables des services généraux. Il est également directeur immobilier et services aux collaborateurs de Bouygues Telecom depuis 2002. Précédemment, François Delatouche s'est occupé du déploiement des antennes relais de Bouygues Telecom pendant huit ans.

CDAF

La CDAF est la Compagnie des dirigeants et des acheteurs de France. Sa mission est de faire connaître le rôle stratégique des acheteurs dans les entreprises mais aussi d'encourager les dirigeants à garantir le bon positionnement de la fonction achats au sein de leur organisation pour une compétiti vité accrue. La CDAF compte 1 500 membres.

Arseg

L'Arseg est l'Association des directeurs et des responsables des services généraux. Ses objectifs portent essentiellement sur la professionnalisation et la valorisation de la profession des services généraux dans les entreprises à travers une dynamique d'outils et de réseau. L'Arseg compte 1 600 membres.

Biographie

Pierre Pelouzet, 44 ans, est président de la CDAF, la Compagnie des dirigeants et des acheteurs de France. Depuis 2007, il est aussi le directeur achats de la SNCF. Auparavant, Pierre Pelouzet était le directeur achats monde de Cegelec.