Mon compte Devenir membre Newsletters

Ces PC portables qui favorisent la mobilité

Publié le par

Le prix des portables concurrence désormais celui des ordinateurs fixes. Une aubaine pour les agents territoriaux qui souhaitent des outils mobiles. Rappel des critères d'achats pour une utilisation professionnelle.

@ Fotolia

«A performances égales, un portable coûte aujourd'hui à peine plus cher qu'un ordinateur de bureau», constate Antoine Ferraz, chef de produits des solutions portables chez Fujitsu Siemens. De plus en plus de collectivités sont donc tentées d'opter pour ce type d'ordinateur. En effet, «grâce à une plus grande flexibilité, les agents gagnent en productivité», confie Antoine Ferraz. Selon l'Observatoire de l'agent public 2006, publié en février dernier, ils seraient d'ailleurs nombreux à réclamer des outils plus flexibles.

Le choix d'un PC portable dépend d'un certain nombre de critères, à commencer par les performances techniques de chaque modèle. Tout d'abord, en ce qui concerne les processeurs, les modèles double coeur remplacent progressivement les modèles simple coeur. Pour une utilisation professionnelle, il est préférable d'opter pour un double coeur, car il peut traiter plusieurs programmes lancés simultanément. «Ce système permet aussi un gain phénoménal en puissance de calcul pour les traitements de gros fichiers», souligne le chef de produits de Fujitsu Siemens. Deux fabricants se partagent le marché des processeurs: Intel et AMD. Chez Intel, le Core 2 Duo est venu remplacer le Core Duo. Chez AMD, le Turion 64x2 s'impose.

Pour le disque dur, «une capacité de 60 Go est un minimum», estime Antoine Ferraz. Il existe des modèles affichant 120, voire 200 Go. L'augmentation de la capacité s'est accompagnée d'une augmentation de la vitesse de rotation du disque. «Il y a deux ans, elle était de 4 200 tours par minute. Aujourd'hui, les modèles avec des vitesses de 5 400 ou 7 200 tours se généralisent», indique Lionel Bohar, responsable marketing des postes clients chez Dell Europe du Sud. Pour les utilisateurs qui manipulent des fichiers volumineux, il est recommandé de choisir un disque qui tourne plus vite. En ce qui concerne la mémoire vive, les PC possédant 512 Mo sont aujourd'hui dépassés. «D'ailleurs, le nouveau système d'exploitation de Microsoft, Windows Vista, lancé début 2007, nécessite un minimum de 1 Go de mémoire ram pour être à l'aise», rappelle Antoine Ferraz.

Module 3G, wi-fi et sécurité

Au-delà des prouesses techniques, les critères de mobilité sont déterminants pour faire son choix. Toujours selon le même Observatoire de l'agent public, de plus en plus d'agents souhaitent pouvoir consulter leurs messageries où qu'ils soient et notamment de leur domicile. L'étude révèle d'ailleurs que 24 % des agents qui ont un extranet se servent déjà de leur ordinateur personnel pour accéder à leur messagerie professionnelle. Mobiles par excellence, les PC portables 3G apparaissent peu à peu sur le marché et devraient prendre de l'ampleur dans les mois à venir. L'idéal est de choisir un module 3G intégré. «Ce dernier est mieux géré par le système qu'un module externe, qui comporte en plus le risque de casse ou de perte», insiste Antoine Ferraz. Si les PC 3G ne sont pas encore généralisés, le wi-fi est en revanche devenu standard. En outre, une augmentation de la mobilité doit s'accompagner de plus de sécurité. «De plus en plus de PC portables intègrent un lecteur biométrique ou un lecteur de cartes à puce», remarque Antoine Ferraz. Ainsi, les modèles E8110 et E8210 de Fujitsu Siemens comprennent un lecteur de cartes à puce. Les modèles Vaio VGN-396VP de Sony ou ThinkPad T60 1951 PSG de Lenovo disposent d'un lecteur d'empreintes digitales intégré. Le service après-vente est aussi devenu un critère d'achat essentiel. Il permet de faire la différence. Fujitsu Siemens offre, par exemple, un enlèvement des machines en panne sur site. Dell va plus loin en proposant un service de réparation sur site, sans retour en atelier.

Antoine Ferraz, Fujitsu Siemens

«A performances égales, un portable coûte à peine plus cher qu'un ordinateur fixe.»

Service après-vente, critère d'achat essentiel

Dans le domaine des garanties, il y a eu des évolutions, dues à une plus grande fiabilité accordée aux équipements. La plupart des fabricants affichent désormais une garantie de trois ans. Un point qui n'est pas négligeable pour les collectivités «car leur taux de renouvellement oscille autour de 36 mois», indique Antoine Ferraz. Certains acheteurs publics demandent parfois une garantie de quatre ans. Autre élément qui retient l'attention des acheteurs: l'écran. «La taille de 15,4 pouces s'est imposée», constate Antoine Ferraz. Il existe des modèles plus grands, de 1 7 à 20 pouces. «Mais alors, le poids de l'ordinateur, supérieure 3 kg, rend le PC moins mobile», indique Antoine Ferraz. Côté dimensions, le format 4/3 est en perte de vitesse au profit des formats panoramiques ou «wide». «Pas plus lourds, ils permettent d'afficher des sous- menus et offrent un plus grand confort d'utilisation», affirme Lionel Bohar. Autre paramètre: la luminosité de l'écran. «Aujourd'hui, 95 % des PC portables choisis par les collectivités ont un écran mat», remarque Antoine Ferraz. Si les écrans brillants se sont imposés auprès du grand public, ils demeurent très rares dans l'univers professionnel. «Ces écrans occasionnent beaucoup de reflets et ne sont pas adaptés à un environnement de travail au bureau», confirme Lionel Bohar.

En termes de mobilité, le poids reste un critère d'achat important. Les PC avec un écran de 15,4 pouces pèsent en moyenne entre 2,5 et 3 kg. Il existe des portables ultralégers de moins de 2 kg, avec des écrans de 10 à 14 pouces. Ainsi, les modèles Vaio VGN-G11XN/B de Sony et Lifebook P7239 de Fujitsu Siemens pèsent respectivement 1,12 et 1,25 kg. «Mais ces ordinateurs ultralégers, très petits, ne sont pas compatibles avec un travail à plein- temps», note Lionel Bohar. D'ailleurs, ils sont souvent choisis pour des populations très nomades, en complément d'un autre ordinateur de bureau. La batterie fait partie des éléments les plus lourds. Les PC portables sont équipés de modèles au lithium qui affichent des autonomies situées entre deux et quatre heures. Pour les agents les plus mobiles, les fabricants offrent la possibilité d'ajouter une seconde batterie. Enfin, certains modèles intègrent une caméra. «Si cet équipement est très utilisé parle grand public, il est peu demandé parles collectivités. C'est plus un gadget qui trouvera son application plus tard avec la visionconférence émergente», conclut Antoine Ferraz.

Mot clés :

Anne Le Mouëllic